[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les lois du capital sont-elles obsolètes ?

    économie

    Brève publiée le 18 octobre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/les-lois-du-capital-sont-elles-obsoletes

    Gérard Mordillat, cinéaste et écrivain, est co-réalisateur avec Bertrand Rothé de la série "Travail, salaire, profit", une vaste réflexion sur les concepts-clé de l'économie.

    Concept de workflow d’entreprise - Vectoriels

    Concept de workflow d’entreprise - Vectoriels• Crédits : sesame - Getty

    Quel sens pouvons-nous donner à notre travail ? Pour y répondre, la série Travail, salaire, profit met en scène vingt-et-un chercheurs, au long de six épisodes intitulés "Travail", "Salaire", "Capital", "Marché", "Capital", et "Profit". Sous les yeux du spectateur, c'est donc une réflexion sur ces grands concepts que proposent Gérard Mordillat et Bertrand Rothé. En faisant dialoguer des anthropologues, des économistes, ou encore des spécialistes d'histoire économique, le documentaire questionne les grandes thèses de l'économie dite mainstream, ou orthodoxe. Les grands principes du néolibéralisme sont expliqués et remis en perspective grâce aux paroles des chercheurs. L'image est sobre, entrecoupée par moments de plans sur les grands ouvrages de l'histoire économique, du Capital de Karl Marx, aux Inégalités mondiales de Branko Milanovic.

    Si on conçoit la pensée de Marx comme une philosophie, on ne peut être qu’admiratif de voir que toutes les questions que Marx s’est posées demeurent, mais elles demeurent comme demeure Spinoza.                        
    (Gérard Mordillat)

    C’est le doute qui compte.  Nous sommes partis sans a priori et les points de vue que nous proposons sont en réalité très divergents.      (Gérard Mordillat)

    Ces questions sont d'actualité au lendemain de l'attribution du prix d'économie par l'Académie Nobel à Esther Duflo, Michael Kremer, et Abhijit Banerjee en 2019. Les six heures de Travail, salaire, profitcherchent à renouer avec une vision globale de l'économie. Cela passe par un retour sur l'étymologie même des termes qui donnent leur titre à la série documentaire. Réintroduisant les termes les plus usuels dans leur contexte historique, Gérard Mordillat et Bertrand Rothé questionnent les principes fondamentaux qui dirigent les politiques économiques. "Travail" et "emploi" ne sauraient donc être confondus, comme ils le sont pourtant dans la langue quotidienne. Autre exemple, le mot de "travail" est utilisé pour désigner l'accouchement, comme le rappelle le juriste Alain Supiot dans le documentaire.

    Plus largement, c'est également la mondialisation qui est en jeu : les concepts se mondialisent-ils de la même façon qu'une marchandise ? De ce point de vue, Travail, salaire, profit est exemplaire du fait de la pluralité des points de vue qui sont exposés. Le mot "salariat" occupe ainsi une place conséquente dans la série documentaire, renvoyant au "contrat" et au lien de subordination qui attache un employé à son employeur.

    Le salariat est une gigantesque prise d’otage. Le contrat de travail est par nature déséquilibré, l’employé doit travailler sinon c’est la mort, ce qui n’est pas le cas de l’employeur. C’est cette inégalité fondamentale qui a conduit à l’adoption d’un droit du travail contre l’avis du patronat.                        
    (Gérard Mordillat)

    Travail, salaire, profit est diffusé le mardi 15 octobre 2019 sur Arte, disponible en replay jusqu'au 13 décembre, ainsi qu'en DVD.  Gérard Mordillat et Bertrand Rothé sont également co-auteurs de l'ouvrage Les Lois du Capital (Seuil, 2019)

    Une chercheuse allemande rappelle qu'on pourrait très bien travailler quatorze heures par semaine et que le monde fonctionnerait comme il fonctionne aujourd'hui. [...] On sait bien que le temps de travail tel qu'il est conçu aujourd'hui, il est conçu pour des raisons idéologiques : on veut garder les gens asservis à leur travail.                    
    (Gérard Mordillat)

    Extraits sonores :

    • Esther Duflo au sujet du revenu minimum ("Les matins d'été", France Culture, 24 juillet 2019)
    • Danièle Linhart, sociologue, et la "précarité subjective" (Extrait de Travail, salaire, profit, épisode 2 "Emploi")
    • Yann Giraud, historien de l'économie, sur l'entreprise (Extrait de Travail, salaire, profit, épisode 4 "Capital")

    INTERVENANTS

    Voir toutes les vidéos