[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Allemagne : l’âge de la retraite bientôt fixé à 69 ans ?

Allemagne

Brève publiée le 23 octobre 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.anti-k.org/2019/10/23/allemagne-lage-de-la-retraite-bientot-fixe-a-69-ans%e2%80%89/

Le Point, 22 octobre 2019

VIDÉO. La Bundesbank tire la sonnette d’alarme : pour conserver le système de retraite, il faudra travailler plus longtemps. Outre-Rhin, c’est l’onde de choc.

Les Allemands vont-ils devoir travailler jusqu’à 69 ans avant de pouvoir prendre leur retraite ? C’est ce que recommande la Bundesbank. Dans son rapport du mois d’octobre, la très influente banque centrale allemande tire la sonnette d’alarme : si l’on veut que les retraites conservent un niveau respectable, il fait absolument retarder encore l’âge du départ à la retraite. La Bundesbank propose de coupler l’âge effectif du départ à la retraite à l’espérance de vie de plus en plus longue. Concrètement, cela signifierait qu’à partir de 2032 les salariés partiraient à la retraite plein pot de plus en plus tard. La Bundesbank propose de reculer l’âge du départ à la retraite à 69 ans minimum. Par exemple, quelqu’un né en 2001 prendrait donc sa retraite à taux plein en mai 2070 à l’âge de 69 ans et 4 mois.

Un rapport qui produit une onde de choc dans ce pays qui, bien avant ses voisins européens et en particulier la France, avait en 2012 déjà procédé à une réforme musclée. Il fut déjà décidé que l’âge du départ à la retraite passerait, par étapes, de 65 à 67 ans en 2031. Mais cela ne suffit pas, met en garde la Bundesbank, qui invoque trois raisons. Premièrement : à partir des années 2020, le gros des troupes des baby-boomers va arriver à l’âge de la retraite. Deuxièmement : l’espérance de vie ne cesse d’augmenter. Troisièmement : l’Allemagne connaît depuis des années un déclin démographique qui n’est pas près de s’inverser. Dans cette pyramide à l’envers, qui donc va payer pour les vieux ?

Merkel fragilisée

Pour soulager la « pression considérable » sur les caisses de retraite et stabiliser le système de retraite par répartition, il faut donc apporter une nouvelle correction. Les experts de la Bundesbank proposent que, d’ici à 2070, le départ à la retraite soit progressivement fixé à 69 ans et 4 mois. C’est aussi, note le rapport, ce que recommandent la Commission européenne, le Fonds monétaire international et l’OCDE.

Cette mise en garde de la Bundesbank tombe plutôt mal pour le fragile gouvernement d’Angela Merkel. Le traité de coalition signé par l’union CDU-CSU et le SPD stipule que les partenaires dresseront au courant du mois de novembre un bilan à mi-parcours de leur travail en commun. Ce sont les sociaux-démocrates qui avaient insisté pour que cette clause soit inscrite dans le traité. En cas de conflit, cela offrirait au SPD une façon élégante de tirer sa révérence et de rejoindre les bancs de l’opposition. À l’époque, la direction du parti tenait surtout à rassurer ceux qui, de plus en plus nombreux, voyaient d’un mauvais œil cette nouvelle alliance. Or c’est justement sur la question de la « Grundrente », la retraite de base, que les deux partenaires de la coalition d’Angela Merkel s’affrontent en ce moment. La « Grundrente » permettrait aux petits revenus qui ont cotisé pendant de nombreuses années d’avoir une retraite suffisante. Très favorables à ce projet, les sociaux-démocrates étaient arrivés au mois de septembre à un compromis avec les conservateurs. Un accord que certains semblent aujourd’hui vouloir remettre en question.

De notre correspondante à Berlin, Pascale Hugues