[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Algérie. 44e vendredi: «Le serment du hirak pour le changement!»

    Algérie

    Brève publiée le 22 décembre 2019

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://alencontre.org/afrique/algerie/algerie-44e-vendredi-le-serment-du-hirak-pour-le-changement.html

    Par Madjed Makedhi

    Vingt décembre: 44e vendredi de la mobilisation populaire! Au lendemain de l’investiture du nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le hirak prête aussi son serment pour poursuivre la lutte pour une rupture avec le système en place.

    Ceux qui s’attendaient à un essoufflement du mouvement, après le passage en force du 12 décembre, doivent être déçus. Très, même. Car la mobilisation n’a pas faibli. Au contraire, elle est toujours intacte.

    En effet, les manifestants ont envahi massivement les rues d’Alger, mais aussi des autres villes du pays, pour exprimer, à nouveau, leur rejet de l’agenda du pouvoir en place, ses élections, son Président et son appel au dialogue. Dans la capitale, comme c’est le cas depuis le début du mouvement populaire, il y a eu plusieurs marches qui ont toutes convergé vers la place Audin et la Grande-Poste. Des processions immenses se sont ébranlées de différents quartiers de la capitale.

    La première a démarré de la rue Belouizdad pour traverser la place du 1er Mai et s’engouffrer ensuite dans la rue Hassiba Ben Bouali en direction d’Alger-Centre. Elle est composée de plusieurs centaines de personnes; hommes, femmes, vieux et jeunes et même des enfants. La foule a brandi des pancartes et banderoles sur lesquelles sont transcrits des slogans hostiles au plan du pouvoir en place. «Le hirak ne reconnaît pas le Président désigné par le système pour assurer sa pérennité. Pas d’acquiescement, pas de soumission, la révolution pacifique continue», peut-on lire sur l’une des pancartes. Les manifestants reprennent aussi les slogans habituels du hirak, appelant notamment à l’instauration d’un «Etat civil et non pas militaire!» «Daoula madania matchi 3askaria!» ( Etat civil et pas militaire!) lancent-ils, en s’attaquant violemment aux généraux, accusés d’avoir confisqué le pouvoir politique. «Les généraux à la poubelle et l’Algérie recouvrera son indépendance!» et «Nous sommes engagés à chasser les généraux d’El Mouradia!» (Palais de la présidence de la République) scandent-ils.

    Au même moment, d’autres foules, encore plus importantes, arrivent de Bab El Oued, de la place des Martyrs et de La Casbah. Les mêmes slogans sont aussi entonnés en chœur, au milieu d’un important dispositif policier déployé dans toute la ville. «Ya hna ya ntouma, ma ranach habsine!» (Ou c’est vous, ou c’est nous, nous n’allons pas nous arrêter), affirment les protestataires à l’adresse des tenants du pouvoir.

    Tebboune: la nouvelle cible

    Comme ce fut le cas à l’occasion de l’annonce de son élection, le nouveau président, Abdelmadjid Tebboune, a été la cible des manifestants. Ces derniers ont adapté les chansons consacrées par le passé au chef d’état-major de l’ANP (Armée nationale populaire), Ahmed Gaïd Salah, pour s’adresser à lui. «Ya Tebboune faq el ghachi dégagez !» (Eh Tebboune, le peuple est maintenant conscient, dégagez!) Et d’enchaîner : «Nous n’allons pas nous soumettre!»

    Les marcheurs qui ont rejoint aussi la foule amassée, dès le début d’après-midi, à la place Audin et à la Grande-Poste, disent ne pas reconnaître le nouveau Président. Ce faisant, ils rejettent aussi son invitation au dialogue faite il y a une semaine. «S’ils veulent un dialogue, qu’ils le fassent avec les personnes qui sont actuellement en prison», lance un des manifestants. «Je suis contre le dialogue tel qu’il est préconisé par le pouvoir», enchaîne un autre. Les manifestants n’ont pas également oublié les détenus politiques et d’opinion et ils réclament leur libération inconditionnelle, tout en brandissant leurs portraits et leurs photos.

    L’autre fait remarquable de ces manifestations est l’engagement, comme d’habitude, des débats avec des personnalités présentes dans le hirak. En effet, l’économiste Smail Lalmas et l’historien Mohand Arezki Ferrad ont engagé de longues discussions avec des groupes de manifestants dans la rue autour de la situation politique et des étapes à suivre pour atteindre l’idéal du changement. (Article publié dans El Watan en date du 21 décembre 2019)