[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    "On est amenés à freiner les agents sinon ça irait beaucoup plus loin"

    Décembre2019

    Brève publiée le 24 janvier 2020

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.lemonde.fr/politique/live/2020/01/24/greve-du-24-janvier-suivez-en-direct-la-journee-de-manifestations-contre-la-reforme-des-retraites_6027061_823448.html

    « On est amenés à freiner les agents sinon ça irait beaucoup plus loin »

    Dans le cortège, les égouttiers de la mairie de Paris, qu’on avait croisés déjà le 10 décembre mais qui sont beaucoup plus nombreux aujourd’hui. Parmi eux, Nicolas Joseph, élu CGT, secrétaire du CHSCT eaux et assainissement de la mairie de Paris, et chef du service des permanences, qui intervient 24h/24 sur les urgences :

    Chez nous, les taux de grévistes augmentent. On est passés de 10% il y a 45 jours à 60% hier. Il faut toujours du temps chez nous pour que les gens se mettent en grève mais là c’est parti.

    Cette semaine ils ont à leur tour déposé symboliquement leurs outils de travail devant le ministère des finances pour protester contre la réforme des retraites.

    On était beaucoup plus nombreux que la police, on aurait pu entrer dans le ministère ! Et si on avait vraiment bloqué notre outil de travail, qui consiste je le rappelle, à collecter les eaux usées, et bien Paris, après 45 jours de grève, serait dans un beau merdier, au sens propre du terme ! On est attaché à notre métier, on ne veut pas en arriver là. Mais je peux vous dire qu’en tant qu’organisation syndicale, on est amené à freiner les agents sinon ça irait beaucoup plus loin !

    Jusqu’ici les égouttiers bénéficiaient d’un régime spécial, en tant que catégorie « active », qui leur permettait de partir en retraite avec 10 ans de bonification après 32 années de cotisations dont 24 aux égouts.

    Là on nous propose seulement de partir deux ans plus tôt ! Mais chez les égouttiers, les études montrent qu’on a 17 ans d’espérance de vie en moins que la moyenne des français. Donc pour nous ce n’est pas négociable, ça ! C’est une lutte pour ne pas mourir au travail ! On comprend que la RATP et les cheminots ne puissent plus tenir mais la relève est là et nous, on faiblit pas !