[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Covid-19: 100 000 morts et un nouvel échec de Macron

    Covid

    Brève publiée le 17 avril 2021

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.les-crises.fr/covid-19-100-000-morts-et-un-nouvel-echec-de-macron-par-olivier-berruyer/

    L’optimisme aura été de courte durée, l’épidémie semble en fait se stabiliser à un niveau très élevé

    Plan du billet :

    Nous rappelons qu’un bon moyen de nous soutenir consiste simplement à nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance !

    N.B. : comme on m’a posé la question, je rappelle que ma formation est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité ; elle conduit donc à faire ce genre d’analyses.

    I. Incidence en France

    1-1 La situation au niveau national

    Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis début un an :

    Il semble que la baisse constatée la semaine dernière était essentiellement due au week-end de Pâques et à son jour férié. L’épidémie semble se stabiliser entre 35 000 et 40 000 cas par jour.

    On note bien ceci sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas) :

    Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

    La situation semble donc s’être retournée, et l’épidémie a actuellement une croissance nulle. Nous verrons la semaine prochaine l’effet réel de l’ensemble des mesures prises.

    Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser une anticipation robuste de l’évolution du nombre de cas à court terme.

    1-2 Les tests

    On observe que le nombre de tests repartent fortement à la baisse :

    On observe bien ceci au niveau de la croissance du nombre de tests (le gros pic correspond aux vacances de Noël) :

    Nous testons donc environ 7 % de la population adulte chaque semaine.

    1-3 L’épidémie « réelle »

    Comme on ne teste que les personnes qui se présentent, on oublie donc de tester les personnes symptomatiques qui ne le désirent pas, et les asymptomatiques qui n’ont pas été identifiés comme étant des cas contacts. Selon l’Inserm, on n’identifie pas entre la moitié et les deux tiers des personnes réellement contaminées.

    Nous vous proposons donc une estimation de l’épidémie réelle afin d’obtenir le nombre de nouvelles contaminations chaque jour :

    On note qu’au printemps, l’activité de test (le petit trait en vert) était presque invisible, tant elle était marginale.

    La veille des deux confinements, on devait approcher les 125 000 contaminations par jour ; nous sommes probablement autour de 100 000 actuellement.

    1-4 Situation départementale

    Voici le taux de reproduction moyen par région :

    L’épidémie stagne donc désormais globalement, mais a une décroissance marquée dans le Nord, et plus limitée en Ile-de-France.

    Il est surtout intéressant d’observer le nombre total de nouveaux cas chaque jour par département :

    Il y a seulement une dizaine de départements qui connaissent très peu de cas chaque jour. Pour plus de détails, nous vous renvoyons vers les analyses de @gforestier

    Après avoir observé le niveau absolu, il est intéressant d’observer son évolution :

    Nous vous proposons désormais les cartes des variants. Voici tout d’abord l’évolution du dramatique variant anglais, qui a colonisé notre pays en un trimestre :

    Le grave variant Sud-Africain a pour sa part colonisé en partie la Moselle ; sa prévalence semble heureusement baisser.

    Dès lors, l’ancien variant « souche Wuhan » est en forte diminution, et est désormais marginal presque partout :

    Voici donc l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

    Le département de Paris est désormais le plus touché de la métropole. La décroissance semble aussi terminée dans ces départements.

    Voici le détail pour l’Île-de-France :

    On voit que l’épidémie semble bien cesser d’y refluer.

    1-5 Situation par âge

    Enfin, point très important, voici le taux de positivité selon l’âge des contaminés :

    On constate que la positivité diminue sur la plupart des classes d’âge, et plus fortement chez les plus de 80 ans : à l’évidence, l’effet du vaccin commence à se faire sentir.

    Voici l’évolution pour celles les plus à risques :

    Le taux reste toutefois à un niveau absolu élevé.

    Voici en effet ce que cela donne en nombre de personnes testées positives :

    En plus de cette représentation classique, nous vous proposons le même graphique, mais présenté ainsi, afin de bien voir l’évolution pour les plus de 60 ans, population à risque :

    Et ici, voici un zoom sur les 50-70 ans et les plus de 70 ans :

    Le réservoir de futurs décès reste hélas très important…

    II. Hospitalisations en France

    La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais également à la hausse autour de 2 000 hospitalisations par jour (soit quand même 750 000 par an à ce rythme) :

    On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations, dont on constate actuellement le retour en zone de stabilité :

    Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

    Cela fait donc 6 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-21.

    Voici enfin la carte des nouvelles hospitalisations :

    et celle du nombre total de personnes hospitalisées :

    Les réanimations poursuivent leur forte hausse, le pic de la deuxième vague ayant été dépassé :

    Et voici pour l’évolution :

    Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

    Avec près de 6 000 personnes en réanimation, l’épidémie atteint des niveaux critiques dans certains départements.

    Voici enfin la carte des nouvelles entrées en réanimation :

    et celle du nombre total de personnes hospitalisées en réanimation:

    Et voici enfin la part des patients Covid-19 dans le total des personnes en réanimation (qui prennent donc la place des malades normalement reçus…) :

    On voit bien que le variant anglais est bien plus virulent que son prédécesseur. Cela commence à bien s’observer au niveau national en faisant le ratio entre le nombre de cas en réanimation et celui des hospitalisations :

    III. Décès en France

    Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

    Les effets de la vaccination se font enfin sentir, avec un retour à un niveau (effrayant) de plus de 300 morts par jour.

    Nous venons donc de dépasser le bilan effroyable de 100 000 morts :

    Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en mai, environ 20 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

    Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics :

    Voici pour conclure la carte des décès hebdomadaires :

    IV. Conclusion pour la France

    Le cap des 100 000 morts vient donc d’être franchi, nouvelle preuve de l’incapacité du gouvernement à protéger non seulement notre santé, mais également notre économie et notre santé psychique qui souffre de cette vie de semi-confinement, en raison du choix de ne pas viser une stratégie de très forte atténuation (moins de 3 à 5 000 cas par jour).

    L’Asie a pour sa part été gagnante sur tous les plans avec sa stratégie de suppression du virus, comme le montrent les études sanitaires et économiques.

    Le grand danger actuel est la propagation de nouveaux variants, en particulier depuis le Brésil et l’Inde.

    C’est donc dans ce contexte que, cette semaine, notre gouvernement a osé déclarer ceci, illustrant sa nullité proverbiale :

    L’article indique même que :

    « Le Portugal a ainsi suspendu ses vols avec le Brésil. La Grande-Bretagne a, quant à elle, placé le Brésil sur sa liste rouge. En France, chaque jour, deux vols directs en provenance du Brésil arrivent à l’aéroport Charles-de-Gaulle, en région parisienne. Des vols avec correspondance arrivent également dans d’autres villes de l’Hexagone.

    Alors, comment ces passagers sont-ils contrôlés ? Les voyageurs doivent être munis d’un test PCR négatif, et s’engagent sur l’honneur à respecter une quarantaine de sept jours.« 

    Ceci survient un an après le début de l’épidémie, alors que nous sommes confinés !

    L’inénarrable Clément Beaune est heureux d’indiquer :

    Comme l’article de presse parlait de deux vols par jour, soient les avions volent quasiment à vide, soir le ministre n’a pas dit toute la vérité.

    Rappelons également que l’incidence au Brésil est actuellement de 1 à 2 cas pour 1 000 habitants chaque semaine…

    Ensuite le ministre des Transports, entre deux propositions de Légion d’honneur à des patrons d’aéroclubs, a déclaré le 12 avril qu’il n’était pas légal d’interdire les vols :

    Avant que le lendemain, le Premier ministre interdise les vols « jusqu’à nouvel ordre »:

    Et que le lendemain, « le nouvel ordre » (non mondial) soit a priori le 19 avril :

    Puisqu’il semble évident à toute personne saine d’esprit que l’épidémie sera terrassée au Brésil d’ici lundi…

    Au final, pour LREM, tout se passe bien avec le Covid, et d’ailleurs tout s’est bien passé :

    Ce qui explique ceci, comme l’a indiqué cette députée LREM :

    Bref, on est tous « séduits » par ce bilan de 100 000 morts !

    Cependant, bien loin du grand timonier-épidémiologiste de notre belle Corée de l’Ouest :

    des pays ont fait des choix différents, aux résultats différents, comme la Première-Ministre de Nouvelle Zélande Jacinda Ardern. Écoutons-la :

    Bilan – sachant que l’écart de population n’est que de 1 à 13 :

    Rappel : Mal voter provoque des maladies graves…

    V. Incidence en Europe

    Voici la situation chez nos voisins européens :

    L’épidémie a bien diminué chez nos voisins, mais elle y reste néanmoins à des niveaux trop élevés pour espérer y mener une stratégie Zéro-Covid (une telle stratégie viserait à ramener l’épidémie à moins 5 000 cas par jour en France – et non pas 0…).

    Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

    Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

    Grâce à la vaccination, la situation s’améliore presque partout au niveau des décès :

    Il va cependant falloir surveiller ceci dans les prochaines semaines.

    VI. Incidence dans les pays les plus touchés

    Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

    Le nouveau variant indien commence à faire des ravages dans ce pays, qui connait plus 100 000 contaminations par jour.

    Voici un zoom sur l’Amérique latine :

    La situation y reste critique, et se dégrade presque partout avec l’arrivée de l’automne.

    Voici pour les décès :

    On voit que le nombre de décès reste à des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 3 000 morts par jour. La situation est notamment dramatique au Brésil.

    Voici enfin la situation des décès ailleurs en Amérique latine :

    Par chance, beaucoup de pays ont pris des mesures de protection des plus âgés (ou bien ils disposent de systèmes sociaux particuliers, ne les regroupant pas dans des Ehpads).

    VII. Situation mondiale

    Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie :

    Voici pour le nombre de cas par continent :

    On constate que l’épidémie repart à la hausse presque partout.

    On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

    L’épidémie a cessé sa décroissance et repart vers 600 000 contaminations par jour.

    Et on a ceci avec les cas cumulés depuis l’origine :

    On constate que l’Amérique a été très fortement frappée, avec plus de 55 millions de cas détectés, et que l’Asie dépasse à peine 20 millions alors qu’elle est bien plus peuplée. L’Europe a également été durement frappée avec une quarantaine de millions (en réalité bien plus, mais comme elle a moins testé au début, cela fausse quelque peu ce graphique).

    Au final, plus de 120 millions de personnes ont été testées positives à la Covid-19 – et beaucoup plus l’ont attrapée :


    Voici la situation au niveau des décès :

    On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

    La situation semble se dégrader de nouveau avec 10 000 décès par jour.

    Au final, les courbes des décès cumulés ressemblent évidemment aux courbes des cas cumulés :

    Désormais, plus de 2 500 000 de personnes sont mortes de la Covid-19, 1 300 000 en Amérique, 800 000 en Europe et 400 000 en Asie.

    VIII. La vaccination

    8-1 En France

    Voici un point sur la vaccination en France, avec encore des bonnes nouvelles :

    On constate que les injections restent fortement orientées à la hausse.

    Cela a permis d’injecter la première dose à 10,5 millions de Français. C’est encore bien insuffisant.

    Voici pour les secondes doses :

    Seulement 4 millions de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. C’est faible comparé à d’autres pays.

    Voici la situation au niveau national pour toutes les classes d’âge :

    Il est bien triste d’en être seulement là au bout de quatre mois de campagne de vaccination...

    Voici les prévisions des livraisons de doses de vaccin :

    8-2 Dans le monde

    Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde, qui atteignent plus de 17 millions par jour :

    soit environ 115 millions par semaine :

    En cumulant, on constate que plus de 800 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

    et en cumulant chaque semaine :

    Voici la situation actuelle, les États-Unis ont été très efficaces avec plus de 182 millions de doses de vaccin injectées :

    Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

    Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

    Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

    On voit ici tout l’intérêt de disposer de productions locales par des laboratoires nationaux…


    Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

    Olivier Berruyer

    P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !