[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

L’économiste marxiste MichaeL Roberts nous parle des débats parmi les économistes hétérodoxes

économie

Lien publiée le 15 janvier 2022

Tweeter Facebook

Ces articles de la rubrique « Ailleurs sur le web » sont publiés à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Traduction automatique du billet de Michael Roberts

Dans ce deuxième article sur la conférence économique annuelle de l’ASSA,je regarde les articles et les présentations faits par des économistes radicaux et hétérodoxes. Ces présentations sont principalement sous les auspices des sessions de l’Union of Radical Political Economics (URPE), mais l’Association of Evolutionary Economics a également fourni un parapluie pour certaines sessions.

Le courant dominant s’est concentré sur la question de savoir si l’économie américaine et mondiale était sur le point de se redresser fortement ou non après la COVID; si la hausse de l’inflation finirait par s’atténuer ou non et que faire à ce sujet? Les sessions hétérodoxes étaient plus axées, comme on pouvait s’y attendre, sur les lignes de faille dans les économies capitalistes modernes et sur les raisons pour lesquelles l’inégalité de la richesse et des revenus a augmenté.

Fait intéressant, cette année, la plupart des présentations hétérodoxes provenaient du cadre post-keynésien et non de l’économie politique marxiste. L’article le plus intéressant est venu d’Al Campbell de l’Université de l’Utah et Erdogan Bakir de l’Université Bucknell. Bakir a examiné la dynamique des récessions américaines depuis 1945 à travers le prisme du modèle de profit kaleckien(Bakir et Campbell (AFEE 2022) .pdf )

Maintenant, j’ai discuté de la différence entre les modèles de profit de Kalecki et marx à plusieurs reprises sur mon blog. L’article de Bakir et Campbell décrit les identités macro dans le modèle Kalecki. Mais en termes simples, les deux modèles agrégés peuvent être réduits à cette formule simple:

Profit = Investissement + Consommation capitaliste

Mais c’est une identité : le profit total doit correspondre aux dépenses totales des capitalistes (investissant et consommant) par définition. On suppose que les travailleurs dépensent et n’économisent pas leur salaire. Comme l’a dit Kalecki : « les travailleurs dépensent tout ce qu’ils gagnent, tandis que les capitalistes gagnent tout ce qu’ils dépensent ».

Cela résume la différence avec Marx. Kalecki soutient que la direction de la causalité dans l’identité va de l’investissement au profit, tandis que Marx soutient que la direction de la causalité est du profit à l’investissement. Kalecki commence par l’investissement tel qu’il est donné et les capitalistes investissent pour « réaliser » des profits. Marx commence par les profits tels qu’ils sont donnés et les capitalistes investissent ou consomment ces profits. Kalecki dans le vrai style keynésien estime que les économies capitalistes sont motivées par la demande globale et que l’investissement capitaliste fait partie de cette demande, de sorte que les profits ne sont que le « résidu » ou le résultat de l’investissement. En revanche, Marx estime que les économies capitalistes sont motivées par le profit, qui provient de l’exploitation de la force de travail, fournissant les profits pour l’investissement. Kalecki enlève tout semblant de la loi de la valeur et de l’exploitation de Marx de son modèle ; pour Marx, c’est primordial.

À mon avis, cela fait une différence fondamentale parce que la théorie marxiste des crises sous le capitalisme dépend de ce qui arrive au profit, en particulier au taux de profit. Pour Marx, les crises sont causées par un manque de plus-value extraite du travail ; pour Kalecki, ils sont causés par un manque de demande de biens d’investissement de la part des capitalistes et de biens de consommation de la part des travailleurs.

Mais il est toujours vrai que l’identité macro des deux modèles est la même. L’article de Bakir-Campbell part de là et « analyse les composantes du profit kaleckien, par opposition à ses déterminants ». En utilisant les comptes du revenu national américain, Bakir et Campbell délimitent combien va aux différents secteurs de la classe capitaliste, c’est-à-dire combien aux banquiers, aux actionnaires et aux capitalistes et aux intérêts, aux dividendes et à la consommation capitaliste.

Le tableau 2 de leur article montre que la part du revenu du propriétaire dans les bénéfices était, en moyenne, de 47,6% pendant l’âge d’or (I-IV) et est tombée à 34,4% sous la période du néolibéralisme (VII-XI). La part des bénéfices non distribués a également chuté de manière assez substantielle, passant de 17,4% pendant l’âge d’or à 10,3% pendant la période néolibérale. La part des revenus locatifs a également diminué, passant de 13,8 % à 9 % entre ces deux périodes. La part des paiements nets d’intérêts et des paiements nets de dividendes dans les bénéfices a toutefois considérablement augmenté au cours de la période néolibérale par rapport à l’âge d’or: de 10% à 28,7% pour les paiements d’intérêts nets et de 11,2% à 17,6% pour le paiement net de dividendes. « Les données confirment que le néolibéralisme a impliqué une redistribution substantielle des revenus des entreprises aux rentiers et aux actionnaires. Dans la mesure où cette redistribution réduit l’épargne des entreprises, elle décourage l’investissement. » 

En d’autres termes, il y a de bonnes preuves que les capitalistes ont détourné une plus grande partie de leurs profits de l’investissement productif pour faire plus de profits de la spéculation financière dans la période néolibérale. Cela explique le déclin de la croissance de l’investissement productif et l’expansion de la finance. Malheureusement, en utilisant le modèle Kalecki, Bakir-Campbell cache la cause marxiste de ce changement; à savoir une baisse du taux de profit dans les secteurs productifs. Mais comme on dit, les déterminants de la rentabilité n’étaient pas le but du document.

Dans un autre article de Bakir et Campbell, les auteurs examinent le rôle de l’augmentation de la dette dans la promotion et le soutien de ce taux de profit accru. Dans cette présentation, Al Campbell a soutenu que la finance n’était pas un parasite sur le secteur productif comme le soutiennent des économistes comme Michael Hudson; c’était pire que ça ! C’est parce que cela ralentit l’accumulation productive. Si ce n’était que du parasite, pourquoi les stratèges du capital ont-ils laissé la dette sous toutes ses formes se développer pendant la période néolibérale ? Le néolibéralisme ne peut être réduit à ce qu’on appelle la « financiarisation » ; Le néolibéralisme avait de nombreuses caractéristiques différentes, toutes visant à augmenter la rentabilité à laquelle l’augmentation du crédit / de la dette joue un rôle important, mais au détriment de l’investissement productif. C’est donc une illusion réformiste que le capitalisme peut revenir à l’âge d’or de la croissance rapide de l’investissement et de la production en contrôlant ou en réduisant la dette.

Un autre thème de plusieurs articles sur le ralentissement du rythme de l’investissement et de la productivité dans les économies capitalistes modernes était le point de vue de Keynes-Kalecki selon lequel cela était dû à la réduction de la part du travail dans le revenu national, de sorte que la croissance de la demande globale ralentissait. Thomas Michl de l’Université Colgate a estimé que la part des salaires régule le changement technique qui permet d’économiser de la main-d’œuvre et que l’emploi régule son capital en utilisant un biais. Ainsi, la stagnation séculaire sous le capitalisme néolibéral a été provoquée par une combinaison d’investissements réduits et de réduction du pouvoir de négociation des travailleurs plus que par un changement technique plus lent et une croissance démographique. Cela augmente la part des bénéfices et réduit ainsi les taux de changement technique, d’accumulation de capital et de croissance démographique. Encore une fois, c’est une théorie qui est à l’opposé de celle de Marx.

De même, Carlos Aguiar de Medeiros et Nicholas Trebat affirmentque« sur la base de l’économie politique classique et de l’approche des ressources de pouvoir » que « le facteur clé derrière l’inégalité croissante des salaires et des revenus de cette période était le déclin du pouvoir de négociation des travailleurs, plutôt que la mondialisation ou le changement technique. Il est certainement exact que la démolition du pouvoir syndical dans la période néolibérale a eu un effet important sur la réduction de la part du travail dans les revenus nationaux. Mais il ne s’ensuit pas que la réduction de la part du travail ait été la cause des crises de la production capitaliste après 1980, comme le soutiennent les post-keynésiens lorsqu’ils se réfèrent aux « économies dirigées par les salaires ».

Une autre variante de cette analyse post-keynésienne des crises capitalistes a été présentée par John Komlos de l’Université de Munich. Partant de l’acceptation du point de vue de Keynes selon lequel « je pense que le capitalisme, sagement géré, peut probablement être rendu plus efficace pour atteindre des objectifs économiques que n’importe quel système alternatif encore en vue.», Komlos a estimé que la récession pandémique était si grave parce que l’économie capitaliste était déjà fragile. Il n’a donc fallu qu’un événement de « cygne noir » comme la pandémie pour le renverser. L’idée de cygnes noirs, ou « inconnus inconnus » à l’extrême du spectre des probabilités, a été proposée comme explication de la Grande Récession par certains en 2008-2009 à la suite du point de vue de l’analyste financier Nassim Taleb selon lequel le hasard règne. À cette époque J’ai soutenu que l’explication du cygne noir des effondrements (c’est-à-dire le hasard) ne pouvait pas expliquer les crises régulières et récurrentes (à chaque fois étaient-elles par hasard?).

Mais que faire pour éviter ou améliorer les effondrements sous le capitalisme. Une alternative politique très populaire a été adoptée dans les cercles hétérodoxes, à savoir plus de dépenses publiques et même des déficits budgétaires permanents financés par la création monétaire selon la théorie monétaire moderne (MMT). MMT a trouvé un certain soutien dans les sessions hétérodoxes. Devin Rafferty de l’Université St Peters a estimé que l’économiste hétérodoxe Karl Polanyi et MMT seraient d’accord sur le processus par lequel la monnaie est créée ainsi que sur les mécanismes qui régulent sa valeur. Polanyi aurait adopté les mesures politiques de la MMT d’une « garantie d’emploi » et d’une « finance fonctionnelle » – les deux éléments de base de l’approche DE LA MMT– qui, selon lui, favoriseraient la paix internationale, la liberté nationale et la liberté individuelle. Je pense que cela nous dit quelque chose sur la forme de marxisme et de MMT de Polanyi.

Brian Lin de l’Université nationale Chenghi était beaucoup plus critique à l’égard du MMT. Lin a fait valoir que l’investissement public des entreprises d’État serait beaucoup plus efficace pour éviter les récessions que le MMT. L’investissement de l’État «est plus une création opportune d’institutions avancées pour soutenir les économies mondiales qu’un phénomène politico-économique comme le MMT ». Il serait de loin préférable pour un pays d’adopter une politique décisive de nationalisation des entreprises privées en difficulté financière au lieu d’émettre plus d’argent pour les chômeurs. Le point de vue de Lin a fait l’objet de vives critiques de la part de certains participants qui estimaient que les entreprises d’État étaient bureaucratiques et inefficaces par rapport au secteur privé et qu’on ne pouvait pas s’y fier. Lin n’a pas répondu avec le modèle chinois comme l’exemple de réussite pour l’investissement public mais, de tous les pays, les entreprises d’État en Suède!

Cependant, en ce qui concerne les solutions d’investissement pour les pays dits du Sud, l’idée d’élargir les banques publiques de développement a été soutenue. Gaëlle Despierre Corporon de l’Université de Grenoble a estimé que de telles institutions « peuvent donner une impulsion positive aux relations mondiales entre le Sud et le Nord et devenir des institutions dynamiques capables d’offrir de nouvelles perspectives pour le financement du développement à long terme et d’assurer la cohérence du système mondial ». Donc, apparemment, le secteur public peut travailler à l’échelle mondiale, mais pas à l’échelle nationale.

Cela nous amène à l’inégalité mondiale croissante de la richesse et des revenus – un sujet important, ignoré à l’ASSA de cette année par le grand public, mais repris dans un article de Victor Manuel Isidro Luna de l’Université de la Mer. Il a souligné que la majorité des pays du monde ne rattrapent pas systématiquement les pays riches. Ainsi, les inégalités « entre les pays » ont augmenté. En particulier, entre les pays latins les plus riches et les plus pauvres, il reste « un fossé infranchissable». Les pays les plus pauvres du monde étaient handicapés par la dépendance à l’égard des investissements de portefeuille étrangers à court terme et par les IDE à plus long terme, qui étaient contrôlés par les pays les plus riches. Cela a laissé les pays les plus pauvres sous l’emprise des plus riches. L’ouverture des marchés ne peut donc pas être le modèle de développement des pays les plus pauvres.

L’inégalité « à l’intérieur du pays » a également été discutée lors de certaines sessions. Certains économistes norvégiens ont estimé que le revenu du travail est le déterminant le plus important de la richesse, sauf parmi les 1% les plus riches, où le revenu du capital et les gains en capital sur les actifs financiers étaient plus importants – à peu près comme on peut s’y attendre dans une économie capitaliste. Alicia Girón de l’UNAM Mexique a également confirmé que la récente augmentation des inégalités est associée à une hausse de la valorisation des actifs par opposition à l’accumulation de capital à la fois à l’échelle mondiale et à l’intérieur des pays et n’est pas motivée par des facteurs potentiellement fallacieux tels que les changements démographiques et la croissance. En d’autres termes, pour les 1% les plus riches, le gain provient principalement de la hausse des prix de l’immobilier et des actifs financiers.

L’un des nouveaux actifs financiers majeurs pour les riches a été l’émergence des crypto-monnaies. En utilisant la conceptualisation marxiste de l’argent, Juan Huato du St Francis College a fait valoir que les acheteurs de crypto-monnaies n’obtenaient pas un grand actif monétaire décentralisé, mais dépendaient toujours de l’État « qu’ils imaginent avoir échappé ». Edemilson Parana de l’Université fédérale de Ceara a estimé que Bitcoin serait incapable de s’établir comme une alternative au système monétaire actuel car il ne répond pas aux exigences élémentaires de la monnaie. Malgré sa recherche déclarée d’une substitution de la monnaie mondiale, de la stabilité monétaire contre la monnaie d’État soi-disant « inflationniste » et de la « dépolitisation », de la décentralisation et de la déconcentration du pouvoir monétaire, ce qui est empiriquement observé est exactement le contraire : faible volume et gamme de circulation, grande instabilité contre la monnaie d’État, inefficacité transactionnelle (économique, écologique, etc.) et plus grande concentration relative du pouvoir politique et économique parmi ses utilisateurs. En fin de compte, la non-réalisation des aspirations néolibérales radicales de Bitcoin montre que la tentative de ses créateurs et enthousiastes de vider l’argent de son contenu social, c’est-à-dire de le « neutraliser », dans le capitalisme, n’est pas réalisable.

Enfin, il y avait l’éléphant dans la pièce – la Chine. Étonnamment, il n’y avait pas grand-chose sur la Chine dans les sessions hétérodoxes, sauf sur l’inégalité des revenus. Pour être plus précis, dans une étude, il a été constaté que la « classe moyenne mondiale » de la Chine (c’est-à-dire équivalente en revenu à la classe moyenne européenne) avait augmenté très rapidement, passant de 2% de la population en 2007 à 14% en 2013, et encore à 25% de la population en 2018. Cette classe moyenne était principalement urbaine, réside en grande partie dans la région orientale de la Chine et dépend principalement de l’emploi salarié pour son revenu. Il existe une classe moyenne distincte des « entreprises », mais elle est relativement petite.

La financiarisation dans les économies capitalistes avancées à travers le paradigme Kalecki, les doutes sur le MMT et les crypto-monnaies, les études sur la montée des inégalités – tels étaient des thèmes de sessions hétérodoxes.