[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Manifestations monstres au Brésil

    Brève publiée le 18 juin 2013

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (Infos transmises par une camarade du NPA) Les manifestations d'aujourd'hui au Brésil marquent une massification du mouvement et ce sont les plus importantes des 15 dernières années. Toutes les grandes villes sont touchées. Au moins 65.000 à São Paulo, 100.000 à Rio, 20.000 à Belo Horizonte, 15.000 à Porto Alegre, 10.000 à Belém... A São Paulo des cortèges ont été organisés sur plusieurs universités et lycées. 4000 de l'Université de São Paulo. Les étudiants de la fac de Médecine se préparent a secourir les manifestants en cas de repression. Les mères de plusieurs jeunes ont organisé leur propre cortège. Des manifestations de solidarité de la part d'artistes et intellectuels se multiplient. La police a été contrainte d'accepter que les manifestants définissent le parcours de la manif et le gouverneur "d'interdire" l'usage du flashball A Rio il y a des affrontements avec des voitures brulées et 80 policiers pris en otage à l'intérieur du parlement local. A Brasilia les manifestants sont montés sur le toit de l'Assemblée Nationale et un siège a été mis en place, en empechant les députés de sortir. A BH un manifestant a été poussé d'un pont de 36 mètres et il pourrait y avoir des morts (information non confirmée). Avec la Turquie, on peut dire que les pays "emergents" deviennent le maillon faible de la chaine capitaliste! Face à la popularité du mouvement, Dilma et Lula ont été contraints de dire qu'il s'agissait de manifestations démocratiques qui faisaient progresser le pays. A suivre...

    ___________

    (Mediapart) Manifestants et policiers s'affrontaient lundi soir devant l'Assemblée législative de Rio de Janeiro, au Brésil, où le mouvement de contestation contre la hausse du coût des transports publics et la facture du Mondial-2014 a pris une nouvelle dimension en pleine Coupe des confédérations et où des dizaines de milliers de Brésiliens ont manifesté lundi dans tout le pays.

    Quelque 30 000 personnes, en majorité des jeunes de la classe moyenne, défilaient pacifiquement à Sao Paulo, alors qu'il n'étaient que 8 000 jeudi dernier lors d'un rassemblement violemment réprimé par la police. Des manifestations moins importantes avaient lieu dans d'autres villes du pays. A Brasilia, environ 200 manifestants, sur un total de plus de 2 000, sont parvenus à grimper sur le toit du Parlement.

    Et si dans la plupart des villes, la police surveillait étroitement les défilés sans les réprimer, à Belo Horizonte, la police a tiré des gaz lacrymogènes contre les manifestants pour les empêcher de s'approcher du stade Mineirao où se jouait le match de la Coupe des confédérations entre le Nigeria et Tahiti.

    Et à Rio de Janeiro, où le stade Maracana avait déjà rassemblé des Brésiliens mécontents dimanche, un groupe de manifestants a tiré des feux d'artifice sur la police et incendié des poubelles tandis que la police retranchée dans le bâtiment répondait avec des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc. Alors qu'un petit groupe de manifestants violents prenaient d'assaut depuis des heures le siège du gouvernement de l'Etat de Rio, à l'intérieur duquel étaient retranchés des dizaines de policiers, dont certains blessés lors des affrontements, des blindés de la police quadrillaient le centre de Rio dans la nuit de lundi à mardi, roulant sur des barricades en flammes, à la recherche de derniers groupes de manifestants.

    Tandis qu'à Sao Paulo aussi, la police a dispersé en fin de soirée des manifestants qui tentaient de pénétrer à l'intérieur du gouvernement de l'Etat de Sao Paulo.

    Mais bien qu'il s'agisse des plus importantes manifestations sociales depuis celles de 1992, dirigées contre la corruption du gouvernement de l'ex-président Fernando Collor de Melo, qui avait démissionné durant son procès politique devant le Sénat, il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Elle a déclaré lundi que les manifestations étaient « légitimes » et faisaient « partie de la démocratie ».