[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Note d'ambiance PSA (accord de compétitivité ) site de Mulhouse

lutte-de-classe

Brève publiée le 10 septembre 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Message d'un camarade du NPA

Voici quelques informations sur l’ambiance depuis l'annonce des mesures (ou plutôt des attaques) contre les salaires le jeudi soir. Tout d'abord il y a eu de l’écœurement, un couperet d'une rare violence et de la colère, les salariés qui font tous de suite leurs calculs... Si nous prenons le blocage des salaires sur 3 ans, cela fait une perte de  plus de 1200 euros alors que les prix n’arrêtent pas de grimper. La suppression de la prime d’ancienneté de la part PSA après 20 ans de boîte entraîne en moyenne des pertes de plus de 50 euros par mois. La baisse de la prime de nuit (ou nuit partiel) qui passerait de 18% à 15 % fera perdre 170 euros à certains salariés.  A tout cela s’ajoute la suppression de la prime de rentrée de 187 euros versée fin qui ne fait en réalité que compenser sur un période de 4 semaines la prime de panier que les salariés ne touchent pas pendant les congés. 
 
En plus de ces pertes directes, avec la suppression de la subrogation (le système de maintien de salaire en cas de maladie) demain tous les salariés auront des pertes de salaire quand ils seront en arrêt et dans le cadre des samedis toujours obligatoires, il n'y aura plus qu’un compteur avec zéro euro de paiement et une régularisation en fin d'année.  Quand on voit le nombre de samedis planifiés sur le modèle 2008 il y a de quoi péter les plombs, sans parler de la baisse du paiement en cas de chômage partiel qui sera de 84 % contre 90 % aujourd’hui. Pas besoin de dire que tout cela pèsera très lourd sur le pouvoir d’achat des ouvriers.
 
Dès vendredi lors que les militants CGT ont défilé dans les ateliers de Ferrage, Mécanique, CPL  et Montage, l’accueil des salariés a été très bon. Nous avons vu des salariés comme en Mécanique arrêtait le travail pour écouter ce que nous avions à leur dire sur le fait que la seule solution pour contrer cette attaque contre nos vies est la mobilisation et la grève . Ça discutait bien  dans tous les ateliers sont toute centrer sur cette attaques et même si au jour d'aujourd'hui l'ambiance n'est pas tout de suite à la lutte et au mouvement de grève pour s'opposer à cet accord scélérat, nous  avons  remarqué un changement dans l’état d’esprit par rapport à la possibilité d’une bagarre.
 
Il y a même eu un arrêt de travail au secteur QCP équipe où il y a une majorité d’ouvrières. Elles ont décidé de se mettre en grève une demi-heure par jour pour protester contre l'accord en commençant aujourd'hui malgré la pressions de la CFDT et de la CFTC contre le débrayage en leur disant que rien  n'était fini et qu'il fallait attendre. Elles ont tout de même cessé le travail à 6 avec des sérieuses prises de bec à la direction. C'est une première réaction qui peut en appeler d'autres. 
 
Aujourd’hui nous allons  continuer à tourner dans les ateliers pour dénoncer l'accord et mesurer l’ambiance. Il y a  eu  des prises de parole pendant les pauses au Montage et d'autres choses dans les autre usines du site et des appel  débrayer  pour partir en manif.  Ce qui est certain ce que la journée d’action d’aujourd’hui a pris un tout autre contenu la question du lien entre les attaques à PSA et la question des retraites est donc posée dans les faits. Reste à voir combien on sera et il faudra de toute façon continuer à construire la solidarité entres les ouvriers et préparer dès aujourd'hui la suite dans la perspective d’une coordination inter-usines, dans  les  prochaines  échéance lors des débrayages coordonné qui aurons lieu sur le groupe PSA.