[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Victoire de la grève des ouvrières du nettoyage aux Archives nationales

lutte-de-classe

Brève publiée le 2 octobre 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Syndicat des Archives de France CGT

Victoire de la grève des ouvrières et ouvriers du nettoyage aux Archives nationales !

Après 5 jours de grève unie de la totalité des 15 ouvrières et ouvriers du nettoyage soutenus par le personnel des AN avec le SAF-CGT, les grévistes ont obtenu satisfaction, en particulier contre le déplacement d’office de deux collègues. Qu’on en juge.

Le protocole de fin de grève comporte notamment les éléments suivants :

1/ "La Direction de SN PERFECT s'engage à respecter tous les acquis et notamment les dispositions de l'accord du 26 janvier 2011, dont celle prévoyant la suppression de la clause de mobilité."

ATTENTION POUR INFO : cette clause stipule que le salarié n'a pas d'affectation précise et qu'il n'est ni attaché à un chantier, ni à un établissement. Ainsi, en Ile-de-France, un ouvrier doit accepter tout poste sur les départements 75-77-78-91-92-93-94-95 (!) dès que l'intérêt de l'entreprise est invoqué. S'il refuse, le salarié s'expose à des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu'à la rupture du contrat, au tort du salarié.

2/ La société SN PERFECT "s'engage à vérifier la conformité des bulletins de paie avec la législation, et à régulariser les dossiers des salariés concernés."

3/ "La Direction SN PERFECT accepte l'aménagement des horaires de travail, à savoir la prise de poste sera désormais fixée à 06h15mn au lieu de 06h00."

4/ "la société SN PERFECT s'engage à rémunérer aux personnels grévistes concernés par le présent protocole trois jours de médiation et à imputer le cas échéant le reliquat sur le solde des congés payés."

A donc été obtenu :

1/ Le respect de la suppression de la clause de mobilité et des accords passés ;

2/ La réintégration des 2 ouvrières menacées de déplacement d'office ;

3/ La levée de toutes les menaces de sanctions disciplinaires pesant contre les ouvriers grévistes ;

4/ La mise en conformité des bulletins de paie ;

5/ L'amélioration des conditions de travail (horaires de prise de poste, vêtements de protection, chaussures de sécurité...)

C’est donc une victoire sur toute la ligne, malgré les tentatives d’intimidation, y compris physiques, comme l’agression dont notre camarade Pierre-Yves a été l’objet de la part des jaunes envoyés par le patron !

Cette victoire a été permise grâce, d’abord et avant tout, à la détermination sans faille des ouvrières et ouvriers du nettoyage, révoltés par la volonté du patron, au mépris des accords passés avec le donneur d’ordres, autrement dit le Ministère de la Culture, de
muter par la force deux ouvrières. Elle a été permise également grâce au soutien sans faille, dès le premier jour, du personnel des AN et de notre syndicat, le SAF-CGT, avec notre union syndicale, la CGT-Culture, associé à l’UL du 3ème et au syndicat du nettoyage et de la propreté CGT.

Dans ce cadre, elle a également été possible dès lors que le conseiller social du ministère a tenu à affirmer que, d’une part les accords du patron avec le donneur d’ordre, le Ministère devaient être nécessairement respectés et que d’autre part, il tenait à affirmer que ses sentiments allaient « aux plus fragiles d’entre nous »

De ce point de vue, cette déclaration qu’il faut saluer comme il se doit est à l’opposé de l’attitude de silence radio totale de Madame la directrice des Archives nationales encore à ce jour. Assurément, cette victoire n’a pas été arrachée grâce au mutisme et même à la complaisance de notre directrice qui n’a pas été le moins du monde émue, elle, par «  les plus fragiles d’entre nous » Dont acte.

Cette incontestable victoire, cette énergie et courage des ouvrières du nettoyage est pour nous une leçon et une référence que nous n’oublierons pas dans les combats qui sont devant nous. Et, bien entendu, nous serons vigilants pour que l’accord passé soit respecté.

Paris, le 1er octobre 2013

Pour tout contact :
CGT-Archives 56, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
Téléphone : 01 40 27 63 33 / Télécopie : 01 40 27 63 66 / courriel :
cgt.archives@culture.gouv.fr