[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé du 92ème jour de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 30 avril 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

La direction accentue la répression et quitte la table des négociations

C’est à Paris 19 (97 tournées de facteur) que les grévistes du 92 accompagnés d’une délégation d’intermittents, précaires et chômeurs sont intervenus ce matin. Les cadres dirigeants du bureau et le responsable sécurité de Paris Nord n’ont pas du tout apprécié la venue des grévistes et semblaient trouver la venue de collègues en lutte d’un autre secteur totalement incongrue… contrairement aux facteurs, qui ont en grande majorité écouté les prises de parole. La collecte organisée immédiatement dans la foulée a d’ailleurs totalisé plus de 220 euros. Les grévistes ne se sont pas contentés d’expliquer les motifs de leur conflit, ils ont proposé aux facteurs de Paris 19 de participer à la coordination des postiers d’Ile-de-France du 6 mai. Les intermittents et précaires ont lu une déclaration de soutien aux postiers du 92 et ont également rendu compte de la réunion de leur coordination nationale du week-end dernier.

L’AG a regroupé les participants à l’action. Elle a permis de continuer les débats de fond sur les raisons de la convergence entre intermittents/précaires et postiers. Elle a aussi déterminé un programme d’action pour les jours à venir en tenant compte d’un élément central : la direction va tout faire pour laisser pourrir la situation, mais elle n’est pas en grande forme et ne pourra pas tenir éternellement. Alors que le conflit commence à battre des records de durée, c’est la détermination à ne pas lâcher qui va être décisive.

Les grévistes se sont ensuite dirigés vers les locaux de Formaposte, l’établissement où les contrats précaires en alternance de Région Parisienne suivent leurs cours. Ils ont effectué des interventions dans les salles de classe pour expliquer les raisons de leur grève, et pour dire aux contrats précaires, en particulier ceux du 92, qu’ils pouvaient compter sur eux si leurs contrats n’étaient pas pérénnisés ou si les direction locales cherchaient à leur faire faire tout et n’importe quoi. L’accueil des jeunes vis-à-vis des grévistes (dont une bonne partie étaient il y a encore quelques mois dans la même situation) a été particulièrement chaleureux, certains déclarant même que dès qu’ils seraient titularisés ils feraient grève !

Convocations à la sûreté territoriale et nouvel entretien préalable au licenciement

En fin de matiné, les grévistes ont appris que la police s’était simultanément rendue chez 4 grévistes (dont 3 représentants syndicaux) pour leur signifier des convocations à la Sûreté Territoriale. De plus, un huissier s’est également rendu chez Xavier Chiarelli, secrétaire départemental adjoint de SUD Activités Postales 92, pour le convoquer en entretien préalable au licenciement. La direction et la police cherchent ainsi à faire peur aux grévistes en multipliant les pressions sur eux. Le comité de grève a tiré la conclusion exactement inverse : c’est le moment d’augmenter la pression sur la direction

La direction met le protocole de fin de conflit à la poubelle et quitte la table des négociations

Pour ceux qui en doutaient encore, la négociation de cette fin d’après-midi a montré à quel point la direction est irresponsable et ne veut pas de compromis avec les grévistes . En effet, elle s’est présentée devant la délégation des grévistes au bout de 92 jours de grève en disant que les négociations repartaient de zéro. Les grévistes ont demandé à la direction ce qu’elle proposait pour en finir, s’il y avait un quelconque protocole de fin de conflit proposé par la direction. A ces deux questions la direction a répondu par la négative. Pire, alors que les représentants des grévistes souhaitaient faire de nouvelles avancées la direction a quitté la table des négociations... tout simplement irresponsable.

Il est urgent de donner à la caisse de grève, nous demandons à toutes celles et tous ceux qui n’ont pas encore donné de le faire, et à celles et ceux qui ont déjà donné de refaire un don dans la mesure du possible

Envoyez vos chèques à SUD Poste 92, 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombes. Ordre des chèques : SUD Poste 92, mention « solidarité grévistes » au dos

- RDV demain pour la manifestation du 1er Mai à partir de midi au 261 rue du Faubourg St-Antoine