[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Plusieurs milliers de cheminots manifestent pour une autre réforme ferroviaire

lutte-de-classe

Brève publiée le 22 mai 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

   PARIS, 22 mai 2014 (AFP) - Avec fumigènes et pétards, plusieurs milliers de cheminots manifestaient jeudi à Paris, pour une "autre réforme ferroviaire", celle projetée par le gouvernement ne prévoyant pas, selon eux, de "vraie réunification" entre la SNCF et le gestionnaire du réseau RFF, ont constaté des journalistes de l'AFP.

      "Pour une autre réforme. Pour un service public SNCF de qualité", indiquait la banderole de tête en lettres bleu et rouge sur fond blanc, alors que le cortège, qui a démarré place de la Bastille, se dirigeait vers Montparnasse.

      La CGT-cheminots a dénombré 22.000 personnes. 

      Deux pantins, l'un vêtu d'un uniforme de la SNCF et l'autre en tenue noire et violette des commerciaux de la SNCF, étaient pendus au camion de la CGT. Des ballons rouges ont été lâchés par un autre camion de la CGT.

      Fortes détonations de pétards et fumigènes ont animé la manifestation joviale: vins, sandwichs et huîtres à vendre, sur l'air de la chanson "On lâche rien".

      "Cette réforme n'est pas du tout celle annoncée en 2012", les cheminots "ne laisseront pas faire", a assuré Gilbert Garrel, secrétaire général de la fédération CGT-cheminots.

      Les trois premiers syndicats de la SNCF, CGT, Unsa et SUD-Rail, ainsi que FO, cinquième syndicat, ont appelé au rassemblement pour s'opposer au projet de réforme ferroviaire du gouvernement. Le texte, qui sera examiné les 17 et 18 juin par l'Assemblée nationale, vise à regrouper en un seul grand groupe public la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). 

      Avec le projet du gouvernement, "on craint la fin d'un grand service public", a-t-il ajouté. L'affaire des trains trop larges, "voilà ce que c'est quand l'infrastructure travaille d'un côté et la SNCF de l'autre. Même à la SNCF, le travail est trop cloisonné".

      Pour Marc Baucher (Unsa), la bévue des trains, "malheureusement, renforce notre positionnement sur une réunification. C'est la preuve flagrante que le système ne fonctionne pas". L'Unsa réclame "une entreprise intégrée".

      Nathalie Bonnet (SUD), qui demande le retrait du texte, veut également "une vraie réunification de RFF et de la SNCF" et, pour tout le secteur, "une convention collective alignée sur la réglementation SNCF, nivelée par le haut".

      Les retraités étaient nombreux et les manifestants venus de toute la France: Clermont-Ferrand, Boulogne-sur-Mer, Avignon, Douai (Nord)... "C'est une lutte intergénérationnelle, on vient ici soutenir toute la profession", a expliqué René Féart, retraité de la SNCF.