[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Opéra Bastille: des intermittents retardent la représentation de «La Traviata»

intermittents lutte-de-classe

Brève publiée le 8 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Le Parisien) Une trentaine d'intermittents du spectacle ont occupé samedi en début de soirée l'Opéra Bastille, à Paris, retardant d'une heure le début de la représentation de «La Traviata», qui a été maintenue après la tenue d'une assemblée générale et le départ dans le calme des manifestants.

Une centaine de personnes, intermittents et équipes artistiques et techniques de l'Opéra ont tenu une assemblée générale sur le plateau. 
«Nous avons pris la parole devant le public, avant la représentation, indiquant notamment que les membres du gouvernement étaient déclarés persona non grata dans les spectacles tant qu'une solution ne serait pas trouvée», a précisé Anne Loyal, une étudiante en théâtre qui participait à la manifestation.

Les intermittents du spectacle montent de plus en plus le ton à l'approche des festivals estivaux. Et les ministres ont été prévenus, ils ne seront pas les bienvenus aux représentations de théâtre, de danse ou de musique. Furieux contre l'accord sur l'assurance chômage du 22 mars, les intermittents ont reconduit samedi la grève entamée mardi à l'ouverture du 28e Printemps des Comédiens à Montpellier (Hérault). Ce qui entraîne l'annulation de six nouveaux spectacles, ont annoncé les organisateurs.

Les intermittents ont voté à 52 voix pour la poursuite de ce mouvement destiné à protester contre la nouvelle convention d'assurance chômage, tandis que 16 ont voté contre et 25 se sont abstenus. Un nouveau vote est prévu dimanche matin.

Face à cette pression, le gouvernement a nommé un médiateur, le député PS Jean-Patrick Gilles, pour ouvrir le dialogue avec les intermittents du spectacle. Le député d'Indre-et-Loire doit conduire un «dialogue avec toutes les parties concernées», dont les intermittents qui ont déposé un préavis de grève pour le mois de juin. Il doit remettre ses propositions au gouvernement «sous 15 jours», selon le communiqué de Matignon.

Les intermittents, soutenus par le monde du spectacle, font monter la pression depuis plusieurs jourspour obtenir du gouvernement qu'il ne signe pas la convention chômage qui réforme leur statut, avec un préavis de grève national pour tout le mois de juin.

Une trentaine d'intermittents du spectacle occupaient ainsi samedi en début de soirée l'Opéra Bastille, à Paris, où devait se dérouler une représentation de «La Traviata», a annoncé la coordination des intermittents et précaires d'Ile-de-France. «Pour répondre à certaines inquiétudes exprimées sur la situation des intermittents du spectacle, le Premier ministre, Manuel Valls a demandé au ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, François Rebsamen et à la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, de lancer une mission de propositions», a encore précisé Matignon. 

En 2003, le mouvement de grève des intermittents, qui avait déjà débuté à Montpellier, avait entraîné l'annulation du festival Montpellier Danse. Cette annulation avait fait tache d'huile, avec de nombreuses annulations de festivals, notamment celui d'Avignon, et d'une centaine de spectacles du off.

La convention chômage, qui durcit le régime des intermittents et des cadres à partir du 1er juillet, doit être examinée le 18 juin par le Conseil national de l'emploi, avant une signature projetée «dans la dernière semaine de juin» par le ministre du travail François Rebsamen. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, la maire PS de Lille, Martine Aubry, et celle de Paris, Anne Hidalgo, ont réclamé mercredi la réouverture des discussions.