[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé du 134ème jour de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 10 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Tenir et construire l’extension pas à pas
Les grévistes on continué à informer largement concernant le rassemblement de mercredi soir : des prises de parole ont eu lieu au CTED de Colombes, au SOTI de Villeneuve-La-Garenne et à La Garenne-Colombes.
Au CTED et au SOTI, les discussions individuelles qui ont suivi la prise de parole étaient encourageantes quant à la participation des collègues au rassemblement.
A La Garenne-Colombes, 3 collègues ont repris le travail aujourd’hui. Il reste 7 grévistes sur le centre, la grève est désormais minoritaire.
Pendant ce temps, une délégation du 92 était présente dès 6h15 sur le piquet de grève de Paris 15, pour la première journée du préavis de grève déposé à Paris par la CGT et SUD.
Les possibilités de la situation
120 facteurs ont participé à cette AG : environ 60 grévistes de Paris 15, un peu plus de trente grévistes du 92 et une trentaine de facteurs d’autres bureaux parisiens (Paris 6, Paris 7, Paris Louvre, Paris 11 notamment). L’AG a donc regroupé une bonne partie des grévistes de Paris 15 et du 92, ainsi que des noyaux militants plus minoritaires d’autres bureaux parisiens. La discussion a tourné autour de deux axes : les représentants des différents bureaux ont tous insisté sur la nécessité de regrouper les forces face à la direction et de préparer une contre-offensive générale des postiers et même de l’ensemble du monde du travail. Ensuite, ce sont les perspectives immédiates qui ont été débattues : qu’est-il possible de faire ici et maintenant ? Les postiers du 92, en sillonnant les bureaux parisiens en mars et avril ont pu constater que certains bureaux étaient plus susceptibles de se mettre en mouvement que d’autres. En concentrant le tir sur ces bureaux, il est possible d’étendre la grève à un (voire 2) autre(s) bureaux de Paris d’ici la semaine prochaine.
Les grévistes du 92 font le point
En AG, les grévistes ont discuté des conséquences des reprises de travail à La Garenne. La direction va évidemment s’appuyer sur elles pour chercher à faire traîner les négociations. Mais le noyau des grévistes restants (80 personnes) est solide et la direction sera obligée de faire des propositions aux grévistes pour qu’ils reprennent le travail. Cependant, les grévistes savent que la direction de La Poste va s’accrocher jusqu’au bout concernant les sanctions : elle attend en particulier de voir si l’Inspection du Travail va autoriser ou non le licenciement de Gaël, sachant que cette décision sera prise d’ici la fin de semaine prochaine. A partir de là, la stratégie des grévistes est simple : d’abord tenir pour peser sur la question de la répression, mais aussi chercher à améliorer le rapport de forces en cherchant à exploiter toutes les possibilités (même les plus petites) de faire augmenter le nombre de grévistes sur le 92, et chercher à aider à l’extension de la grève à Paris. Si une telle perspective devenait crédible, au moment où la grève des cheminots s’annonce massive, le gouvernement (qui dirige La Poste et la SNCF) n’aurait pas forcément envie de gérer trop de conflits à la fois.
Echéances :
Mercredi 11 juin rassemblement contre la répression et pour la victoire des grévistes sur leurs revendications
A partir de 18h30 au 44 bd de Vaugirard Paris, métro Montparnasse-Bienvenüe
Samedi 14 juin à partir de 20h30 : Fête des postiers du 92
Salle des Guignons, Nanterre, 7 bd du Général Leclerc RER Nanterre Ville