[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumé du 148ème jour de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 25 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 148ème jour de grève des postiers du 92 (mardi 24 juin 2014)

Le processus de négociation se poursuit

Le début de journée a été occupé par deux interventions. Tout d’abord, un représentant du 92 est revenu à Paris 5-6, où les collègues des voitures avaient décidé la veille à une courte majorité de reprendre le travail. Les discussions individuelles et la prise de parole qui a eu lieu dans le service a permis de tirer le bilan de la séquence de grève de ces derniers jours : les collègues ont réalisé qu’en acceptant les conditions fixées par la direction concernant qui avait le droit de représenter les grévistes (le directeur du centre avait mis un veto à la présence de syndicalistes du 92 dans un quelconque audience), ils étaient affaiblis. Lors de la prise de parole, des facteurs de Paris 5 sont descendus et ont assisté à l’intervention. A l’évidence, des liens se sont tissés entre les postiers du 92 et les collègues de ce centre. Le gros des grévistes était à Courbevoie, pour rendre compte de la décision de l’Inspection du Travail et de la reprise des négociations. L’écoute a été attentive, c’est désormais un réflexe établi pour une majorité de collègues de venir écouter les prises de parole

Après leur AG, les grévistes se sont dirigés vers la Préfecture, où ils se sont rendus au bureau du sous-préfet chargé des questions liées à l’Emploi… mais celui-ci a fait savoir qu’il ne recevrait pas les grévistes. C’est finalement la directrice de cabinet du Préfet qui a reçu brièvement les grévistes, et qui s’est rendue disponible pour intervenir auprès de la direction de La Poste en cas de blocage

La deuxième séance de négociation de la semaine a eu lieu aujourd’hui, pour le deuxième jour d’affilée. La direction a fait mine d’adopter un ton sec, mais pour la première fois depuis le début du conflit, la discussion concernant la possibilité d’un report de la réorganisation de Gennevilliers a été ouverte. La direction n’a pas envie de flancher d’un coup, cependant elle se voit obligée de céder peu à peu du terrain et de continuer le processus de négociation.