[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Le Paon (CGT) s’inscrit dans la logique du pacte de responsabilté

CGT syndicalisme

Brève publiée le 9 septembre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

PARIS, 9 sept 2014 (AFP) - Le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, a écrit mardi au ministre du Travail pour réclamer des "engagements d'un tout autre niveau", à la veille d'une réunion où le gouvernement devrait mettre la pression sur le patronat afin qu'il s'engage dans le pacte de responsabilité.

      Dans une lettre adressée à François Rebsamen, le secrétaire général indique que la CGT se rendra à la réunion de mercredi, tout en se disant "surpris de la forme et du fond de cette initiative", qui consiste à réunir les représentants des 50 principales branches professionnelles, où doivent être négociées les contreparties au pacte en termes d'emploi et d'investissement.

      Thierry Lepaon y voit une démarche "ayant manifestement pour objectif d'écarter toute approche globale et d'éviter aux organisations patronales de devoir s'engager devant les confédérations syndicales et l'Etat", en échange des 40 milliards d'allègements qui leurs sont accordés.

      Selon lui, "les actes et le discours du patronat" prouvent qu'il "ne souhaite pas s'engager dans des négociations".

      Le leader du premier syndicat réclame "une forte impulsion politique pour contraindre l'ensemble des responsables patronaux à ouvrir des chantiers de fond", mais "constate que ce n'est manifestement pas le sens" que le ministre du Travail "souhaite donner à la réunion du 10 septembre". "La CGT attend des engagements d'un tout autre niveau de la part du ministère du Travail", conclut-il.

      Depuis le relevé de conclusion du pacte paraphé le 5 mars par le patronat et deux syndicats (CFDT, CFTC), un seul accord a été dûment signé dans un grand secteur: la chimie. Il prévoit 47.000 créations d'emplois entre 2015-2017. Des pourparlers ont eu lieu dans la métallurgie. 

      Selon le Medef, 47 branches sont "déjà mobilisées" et une vingtaine devraient finaliser leurs discussions d'ici à la fin octobre, une donnée contestée par les syndicats.