[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Plus d’un million de pauvres de plus en dix ans

Par Gaston Lefranc (20 septembre 2016)
Tweeter Facebook

Article pour l’Anticapitaliste (hebdomadaire du NPA)

https://npa2009.org/actualite/societe/rapport-insee-plus-dun-million-de-pauvres-de-plus-en-dix-ans

Hausse des inégalités depuis 10 ans

D'après les derniers chiffres de l'Insee, il y a 14,1% de pauvres en 2014, soit près de 9 millions de personnes. Il a augmenté de 0,1 point par rapport à 2013, mais surtout de 1,5 point depuis 2004 (point bas historique), soit une augmentation du nombre de pauvres de 1,2 million, qui s'explique également par la croissance démographique. Le taux de pauvreté avait fortement régressé dans les années 1970, avant de légèrement remonter du début des années 1980 au milieu des années 1990, puis de diminuer à nouveau jusqu'en 2004.

En 2014, ce sont les familles monoparentales (qui sont à 85% des femmes seules avec enfants) qui ont vu leur situation le plus se dégrader. Leur taux de pauvreté a augmenté de 1,4% pour atteindre 35,9% (contre 11,4% pour les couples avec enfants). La hausse du temps partiel imposé explique en bonne partie cette évolution.

Ce « taux de pauvreté monétaire » est en fait un indicateur d'inégalités puisque les pauvres sont ceux qui ont un niveau de vie inférieur à 60% du niveau de vie médian. Et on définit le niveau de vie d’un ménage comme le revenu disponible (après redistribution) rapporté au nombre d’unités de consommation (pour prendre en compte la taille du ménage). Le niveau de vie médian est celui celui au-dessus duquel se situe la moitié de la population, l’autre moitié se situant au-dessous.

Hausse de la pauvreté absolue depuis le début de la crise

Les inégalités augmentent donc tendanciellement depuis une dizaine d'années. En 2012 et 2013, elles avaient régressé en raison de la baisse des revenus du patrimoine. En 2014, elles se sont stabilisées. Mais avec la crise, ce n'est pas seulement la pauvreté relative qui progresse, mais aussi la pauvreté absolue, ce que l'Insee appelle la « pauvreté en condition de vie » (ceux qui ne bénéficient pas des éléments essentiels au bien-être matériel élémentaire). Le taux de pauvreté absolue a augmenté en 2013 pour atteindre 12,5%. Le niveau de vie médian a baissé de 1% entre 2008 et 2014, et celui des 10% les plus pauvres de 3,6%.

Les promesses du capitalisme en crise : encore plus de misère et d’inégalités

Si les inégalités progressent légèrement en France, elles progressent fortement dans les pays qui ont mis en place les fameuses « réformes structurelles » avant ou après la crise. Le taux de pauvreté est passé de 12,2% à 16,7% en Allemagne entre 2004 et 2013, de 19,6% à 23,1% en Grèce entre 2004 et 2012. Dans l'UE, le taux moyen de pauvreté était de 17,2% en 2013.

Les conséquences sociales de la crise sont malheureusement encore à venir. D'une part, parce que le gouvernement français est en « retard », par rapport à ses voisins, dans la mise en place des « réformes structurelles ». Il a commencé à rattraper son retard avec la loi travail. Ces contre-réformes produiront une explosion des inégalités, aujourd'hui relativement contenues en France. D'autre part, une prochaine récession s'annonce à relativement brève échéance. La croissance ralentit dans les pays « émergents ». Aux USA, les profits ont chuté entraînant une baisse de l'investissement ces derniers mois. La bulle financière ne cesse d'enfler. Un rebond de la crise au cœur d'une dépression économique qui dure désormais depuis 8 ans entraînera une aggravation des politiques d'austérité et menacera les piliers de la protection sociale.

Le capitalisme en crise profonde doit détruire les conquêtes essentielles du salariat pour se régénérer. Avec la promesses d'une société anomique du tous contre tous et du repli sur soi. D'où l'urgence d'unifier notre classe autour d'un projet de rupture avec le capitalisme, basée sur l'expropriation des grands groupes capitalistes et le contrôle des travailleur-se-s sur les moyens de production pour satisfaire les besoins.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook