[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Rassemblement du Front Social le 19 juin à Paris : « tout le monde déteste les ordonnances ! »

Comme dans une trentaine de ville, le collectif Front Social a appelé à se rassembler à Paris le 19 juin devant l’assemblée nationale. C’est finalement place de la Concorde qu’environ mille personnes se sont réunies. L’endroit ne propose que très peu d’ombre sous une chaleur abrutissante et les flics barrent le passage vers le Palais Bourbon. L’ambiance est malgré tout bonne enfant et combative ! Face à une assemblée au service de la bourgeoisie (par ailleurs élue avec une abstention record), un air de fronde se lève contre la destruction programmée du code du travail.

Sans surprise, les troupes syndicales sont essentiellement à Solidaires (notamment SUD PTT et Solidaires étudiant-e-s) et la CGT (Infocom, Energie…). La CNT est également présente, ainsi que des associations comme Droit Devant (sans-papiers), le Collectif Féministe révolutionnaire ou Plateforme 2016 (issu de Nuit Debout). Alors que les partis politiques ne peuvent pas adhérer au Front Social, des militant-e-s étaient présen-e-s en nombre, surtout NPA, Ensemble et France Insoumise.

Une dizaine d’interventions rythment le rassemblement. Prennent la parole des syndicalistes chevronnés comme Gael Quirante, figure de proue de SUD-PTT et Mickael Wamen, leader des Goddyear. Mais aussi des militant-e-s moins connu-e-s : un représentant de la CGT Campanile Tour Eiffel qui revient sur les scandaleuses conditions de travail des agent-e-s de ménage et appelle à soutenir leur grève ; Ramata Dieng, sœur de Lamine Dieng (mort étouffé dans un fourgon de police il y a déjà dix ans, affaire classée sans suite)… L’objectif est clair, construire le rapport de force le plus large face à Macron.

Les slogans fusent, souvent en forme de clins d’oeil : « tout le monde déteste les ordonnances », « make our code du travail great again ». Plus classique : « c’est nous qui travaillons, c’est nous qui décidons ! » et « c’est pas les salariés, c’est pas les immigrés, c’est Macron qu’il faut virer ». Mais pour cela, attendre la rentrée, comme le suggèrent hypocritement les directions syndicales, serait suicidaire. C’est dès maintenant qu’il faut agir, notamment en structurant localement le Front Social, pour construire un véritable cadre de lutte démocratique. Sans renoncer, bien sûr, à exiger la rupture des confédérations syndicales avec les pseudo-négociations du gouvernement.

C'est sur cette note que le rassemblement se disperse à partir de 20h30.
Avec de beaux devoirs de vacances en perspective !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Congrès CGT

Intervention de Marie (SFA) au 52e congrès de la CGT

Les artistes sommes aujourd’hui dans une précarité toujours grandissante. On voudrait nous faire croire que nous sommes précaires par essence. Comme syndicat, même si nous défendons au quotidien les conditions de travail des artistes, nous ne perdons jamais de vue qu’il nous faut revendiquer une permanence de l’emploi. A l’échelle confédérale, tout le monde en a parlé, il nous faudra progresser dans notre implantation parmi les plus précaires, nous pensons ça ne pourra pas se faire sans la collaboration avec les UL et les UD, particulièrement bien placées pour s’occuper ces travailleurs/euses isolé.e.s. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Lutte de classe

Pour le groupe Hyatt, maintenir les salariéEs en sous-traitance, ça paye énormément

Une grève a débuté le 25 septembre à l’hôtel de luxe Park Hyatt Paris-Vendôme, au 5 rue de la Paix à Paris, ou « rue de la Guerre » comme l’ont renommée les 55 grévistes syndiquéEs de la CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques). Une grève où salariéEs de l’hôtel et de la sous-traitance se battent main dans la main pour leurs droits syndicaux et de meilleures conditions de travail et d’embauche. Une grève en majorité de femmes, de personnes qui subissent tous les jours le racisme, une grève de notre classe sociale.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook