[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Allègements records de cotisations sociales : c’est le salaire différé des travailleurs qui est amputé !

    Une nouvelle fois, les exonérations de cotisations ont explosé en 2008 : +13,1%, après +13,5% en 2007 et +13,6% en 2006 ! Elles représentaient 30,7 milliards d’euros en 2008, ce qui correspond au fameux déficit record de la Sécurité sociale prévu pour 2010. Principale mesure responsable cette hausse spectaculaire en 2008 : les exonérations de cotisations sur les heures supplémentaires (qui représentent 2,8 milliards d’euros).

    La baisse des cotisations sociales payées par les patrons est une baisse du salaire différé. Certes, l’État compense (partiellement) ces exonérations en alimentant les caisses de la Sécurité sociale. Mais cette compensation n’est pas neutre, puisque ce sont alors essentiellement les travailleurs qui financent, via les impôts (prélèvement sur leur salaire direct), leur protection sociale. Avec les exonérations de cotisations – que celles-ci soient ou non compensées par l’État – il y a donc une baisse du salaire total et corrélativement une hausse des profits.

    Même si elles sont plus « indolores », les exonérations de cotisations sociales sont tout aussi inacceptables que les baisses du salaire direct. Il faut revendiquer la suppression de toutes les exonérations, sans lesquelles il n’y aurait pas le fameux « trou » de la Sécurité sociale.

    Salaire

    La distinction entre cotisations « salariales » et cotisations « patronales » est une distinction purement comptable : les cotisations « salariales » apparaissent sur la feuille de paie et constituent, en sus du salaire net, le salaire brut (si bien qu’elles peuvent apparaître comme une déduction du salaire net, et donc « payées » par le salarié) ; les cotisations « patronales n’apparaissent pas sur la feuille de paie. Mais les deux types de cotisations sont payés par le patron, qui paie donc l’ensemble du salaire (direct et indirect). Le salaire direct va directement dans la poche du salarié, alors que le salaire indirect (ou différé) est mutualisé sous forme de prestations sociales.

    Salaire
    Source : slovar.blogspot.com

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Congrès CGT

    Intervention de Marie (SFA) au 52e congrès de la CGT

    Les artistes sommes aujourd’hui dans une précarité toujours grandissante. On voudrait nous faire croire que nous sommes précaires par essence. Comme syndicat, même si nous défendons au quotidien les conditions de travail des artistes, nous ne perdons jamais de vue qu’il nous faut revendiquer une permanence de l’emploi. A l’échelle confédérale, tout le monde en a parlé, il nous faudra progresser dans notre implantation parmi les plus précaires, nous pensons ça ne pourra pas se faire sans la collaboration avec les UL et les UD, particulièrement bien placées pour s’occuper ces travailleurs/euses isolé.e.s. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Gilets jaunes

    Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

    Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Fiscalité

    Les riches, grands gagnants des mesures fiscales de 2018-2019

    L’OFCE et l’Institut des politiques publiques ont mesuré les effets des mesures fiscales 2018 et 2019 du gouvernement sur le pouvoir d’achat. Les 1 % les plus riches verraient leur revenu disponible grimper de 6,4 % (entre 2017 et 2019) grâce à ces mesures alors que les gains seraient inférieurs à 2 % pour tous les autres, et même négatifs pour les 10 % les plus pauvres. 

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook