[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

La majorité sortante (et d’autres !) ne veut pas discuter du programme !

Par Gaston Lefranc (10 janvier 2018)
Tweeter Facebook

Lors du dernier congrès, la plateforme 5 avait voulu mettre au centre des discussions la question du programme. Mais nous étions bien seuls à vouloir en discuter. Néanmoins, le congrès avait décidé de lancer un chantier sur les questions stratégiques et programmatiques. Le CPN de mai 2015 avait ensuite défini un calendrier devant déboucher sur la rédaction d’un document programmatique l’été 2016. Quelques bulletins de discussion sont sortis, mais le chantier a été enterré, au moment où nous devions discuter du projet de société. C’est révélateur de l’importance que la majorité sortante accorde à la question du programme !

Le texte de la plateforme U consacre de très longs passages à l’analyse de la situation. Mais quand il s’agit de parler du « programme du NPA », la majorité sortante nous dit que « le programme du NPA reste celui des principes fondateurs », et nous avons droit à une longue citation des textes saints ! Pour la majorité sortante, l’enjeu du congrès est simplement de « réaffirmer » le NPA. Près de dix ans après la création du NPA, et alors que les effectifs du parti ont été divisés par 5, quelle manque d’ambition !

Dans le dernier BI, un camarade de la majorité nous dit que « sur le programme, un chantier doit s’ouvrir associant touTEs les militantEs » pour… « aboutir à un ‘Manifeste’ ». C’est exactement ce qu’on nous a promis au dernier congrès et que la majorité sortante a été incapable de mener à bien. Pour que cet engagement soit crédible, il faudrait commencer à avoir une discussion sérieuse sur le contenu du programme dès ce congrès. Mais la majorité sortante considère en fait que les principes fondateurs font l’affaire, alors que la campagne présidentielle a montré que l’énorme faiblesse de notre parti résidait dans notre incapacité à formuler en positif un projet crédible pour sortir du capitalisme. Grâce à nos porte-parole, beaucoup de travailleurs/ses nous trouvent sympathiques, mais absolument pas crédibles pour incarner une alternative. C’est pourquoi nous devrions nous mettre immédiatement au travail pour produire une critique de fond du programme antilibéral de la France insoumise et pour élaborer un programme du communisme du 21ème siècle.

Malheureusement, les autres composantes de l’ex plateforme A ne partagent pas notre souci d’élaborer un tel programme. La plateforme X ironise sur notre quête du « bon programme ». Les plateformes V et W se crispent dès que la majorité parle d’« alternative politique » ou de « nouvelle représentation politique des exploités ». Au lieu de batailler pour donner un contenu à cette alternative politique, elles considèrent qu’il vaut mieux parler d’autre chose : de notre implantation, de notre intervention dans les luttes, etc. Sauf qu’il n’y a strictement aucune raison de les opposer à l’élaboration d’un programme communiste révolutionnaire cohérent et renouvelé, car les luttes ont besoin de carburant pour se développer. On ne bataille pas, ou beaucoup moins, quand on pense qu’il n’y pas d’issue, pas d’alternative.

C’est pourquoi nous devons convaincre qu’une issue communiste révolutionnaire est possible et nécessaire. Il ne suffit pas de le dire de façon évasive et incantatoire, ce qui ne pourra convaincre que les convaincus. C’est pourquoi la plateforme T veut mettre au centre du congrès la discussion sur le programme, et fait des propositions pour élaborer un programme de transition précis et actuel, afin d'y intégrer pleinement l'anti-productivisme, de mieux y intégrer les oppressions spécifiques, de proposer les moyens concrets que devrait mettre en œuvre un gouvernement des travailleur/se-s, de lever le tabou de la rupture anticapitaliste avec l'Union européenne…

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Congrès NPA

Mener les débats pour refonder le NPA 

La majorité sortante dépolitise les débats : elle cherche à faire croire qu'une majorité arithmétique (qu'elle a déjà au CPN et au CE) permettra au parti de se relancer. Pour cela, elle esquive les débats politiques. Elle ne veut pas discuter du programme. L'enjeu du congrès serait juste de « réaffirmer » le NPA, c'est-à-dire en fait de reconduire la majorité sortante. On ne construit rien de solide en refusant de mener les débats. En 2012, la majorité (relative) sortante a explosé en plein vol, avec des départs massifs au Front de gauche. En 2015, la P2 s'est placé au « centre » du parti... pour mieux exploser quelques mois plus tard.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

La rotation des mandats : c’est pour quand ?

Lors de l’adoption des statuts provisoires du NPA en 2009, il était écrit : « Le principe de rotation de l’ensemble des directions, soit en nombre de mandats successifs (2, 3 ou 4) soit en nombre d’années, est discuté pour être adopté dans les statuts définitifs ». En 2009, 4 mandats successifs apparaissait comme un maximum envisagé. En 2013, le congrès a précisé les choses : « Le nombre de mandats successifs au CPN est limité à 4 mandats consécutifs ». Mais la majorité sortante nous explique aujourd’hui que la règle des 4 mandats successifs doit s’appliquer… à partir de 2013, au nom du fait qu’une décision ne peut pas être « rétroactive » ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Un communisme autogestionnaire pour le 21e siècle

En 2017 au NPA, nous avons été nombreux·ses à commémorer les 100 ans de la révolution russe, expérience majeure pour notre courant. Pourtant, ça n’a pas été l’occasion d’un débat irriguant le parti, ce qui est lié à l’absence de débat de fond entre les principales tendances. La responsabilité première revient à la majorité (PFU), qui a préféré organiser une conférence allant jusqu’à C. Autain plutôt qu’un débat tourné vers la stratégie révolutionnaire au 21e siècle.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Le marxisme dogmatique n’est pas un bon remède au populisme

Au sein du NPA, les différentes sensibilités rivalisent d’attaques contre Mélenchon et la France insoumise. Malheureusement, ces attaques restent bien souvent superficielles, et elles ne peuvent donc pas convaincre les sympathisants de la France insoumise. On critique la posture césariste de Mélenchon, ses diatribes cocardières, autant de critiques que nous devons faire mais qui ratent l’essentiel : l’impasse de son programme keynésien antilibéral. 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook