[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un spectre hante le NPA Jeune, le spectre de l’âgisme... Pour un NPA Jeune véritablement autonome !

La Jeunesse contemporaine Française est en formation et/ou en situation de précarité (chômage ou travail précaire) et a un âge globalement inférieur à la trentaine, il s'agit d'un groupe social victime d'une oppression spécifique. Une part importante de celle-ci tient à ses bases matérielles d'existence qui sont dans toute l'histoire du capitalisme plus précaire que la moyenne et cette précarité sert directement les capitalistes car elle leur permet de maximiser leurs profits, de plus elle est en partie institutionnalisée:Les statuts d'apprentis et de stagiaire mettent une partie importante de la jeunesse en dehors du code du travail, les amenant à avoir des salaires allant jusqu'à être égal à seulement un quart du smic. Plus globalement cette précarité irrigue notre société, le chômage des jeunes en France étant par exemple 2,5 fois plus important que la moyenne. Une des justifications idéologiques à cette nécessité bourgeoise est le manque d'expérience qui nous est systématiquement accolé. De plus avec cette domination matérielle, les non-jeunes (notamment les trenta quadra et quinca) ont une domination symbolique vis à vis de nous, domination qui se construit dans la famille patriarcale et dans l'enseignement bourgeois, le non-jeune et la déférence leur étant dû servant plus tard à respecter l'état, le patron ou l'homme.

Comme tout groupe social structurellement opprimé nous pensons qu'il est légitime que les jeunes puissent s'autoorganiser en non-mixité. Mais plus que cela, du fait du rôle d'avant garde tactique de la jeunesse (comme capable d'entraîner en partie, mais aussi de radicaliser la mobilisation de la classe ouvrière) et de la forme que prend notre oppression qui nous amène à avoir une déférence vis à vis des non-jeunes, nous nous positionnons pour une autonomie de la jeunesse claire et affirmée. En effet sans une organisation pleinement autonome, nous avons structurellement tendance à nous écraser devant les non jeunes. Et de ce fait sans que nous fassions nos propres expériences, moins de cadres jeunes sont formé.e.s, ce qui nous empêche de nous adresser au mieux à la jeunesse. Et ce qui à terme amène notre organisation non-jeune à perdre en qualité militante. S'attaquer à l'autonomie de la jeunesse, c'est amener notre organisation non-jeune dans le mur à moyen-long terme.

Et c'est malheureusement ce qu'a fait d'abord un texte initialement proposé au congrès du NPA et finalement retiré par les camarades de la plateforme C et affilié.e.s. Texte qui ne proposait rien de moins que la suppression du NPA Jeunes et son remplacement par des comités n'étant que des rampes de lancement des orientations décidés par le NPA. Nous pensons qu'il s'agissait simplement d'une tactique pour des camarades se retrouvant en extrême minorité dans le NPA Jeune et préférant s'appuyer sur un NPA leur étant politiquement plus favorable plutôt que de mener la lutte interne. Cette tactique était mortifère. Par ailleurs localement de nombreux comportement politiques viennent remettre en cause assez souvent l'autonomie de la jeunesse, comme à Toulouse où des représentant.e.s des courants majoritaires sur la fédération se sont imposés lors de réunion de comités jeunes où illes n'étaient pas majoritaire, où plus généralement une politique systématique de tentative de contrôle des instances non jeunes sur les jeunes est mise en place. Moins grave, mais néanmoins dérangeant, quand des camarades font des contributions durant le congrés du NPA pour discuter de leur orientation dans la jeunesse, nous pensons que ce n'est absolument pas l'endroit. Et quand durant le congrés du NPA, le NPA Jeune vient faire à manger pour les délégué.e.s là aussi il y a malaise.

Au contraire de tout cela, nous devons aller plus loin dans l'autonomie du NPA Jeune. Nous devons refuser toutes réunions obligatoires avec les instances du NPA, et y aller seulement si nous le décidons. Nous devons peser pour avoir une indépendance complète dans le contrôle de notre trésorerie. Le NPA devrait apporter un soutien financier au NPA Jeune, sans conditions préalable ni contrôle. D'ailleurs, et là aussi malgré les désaccords et certains problèmes, on ne peut qu'observer que depuis que nous avons nos permanentats, le fonctionnement du NPA Jeune n'en est que meilleur.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Sur la réunion publique à Cazères (31) contre l’enfouissement des déchets nucléaires de Bure

Mercredi 6 Juin avait lieu en Haute Garonne à Cazères sur Garonne, une réunion contre l'enfouissement des déchets nucléaires à longue vie de Bure. Organisée par le Café des idées, Cazères Ethique, le Collectif Bure 31 et quelques camarades du NPA dont moi même, elle a permis à une quinzaine de personnes d'échanger sur ce grand projet néfaste et imposé, sur les luttes se développant contre, et, bien que trop peu, sur les alternatives au nucléaire et sur les moyens d'en sortir.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Lycées

Une deuxième coordination nationale lycéenne limitée numériquement mais avec des résultats relativement positifs

Les 26 et 27 mai au CSA d'Ivry-Sur-Seine s'est tenue la 2ème Coordination Lycéenne Nationale (CLN) du mouvement contre la loi ORE et la loi Blanquer.  Elle faisait suite à la 1ère CLN, le 5 et 6 mai à Bordeaux, durant laquelle des perspectives intéressantes avaient été abordées, mais dont le communiqué à l'orientation extremement limitée n'avait pas permis de proposer une politique claire et de convergence avec tous les secteurs en lutte.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook