[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un conflit impérialiste trop peu connu au NPA Jeune : les massacres du Yémen

Nous pensons qu'au NPA Jeune l'actuel conflit au Yémen est trop peu connu et ce alors que le gouvernement Macron est pleinement complice des massacres s'y perpétuant. Informer et commencer à penser des positionnements pour notre organisation jeune, voilà ce à quoi tente de s'atteler cette contribution.

Un conflit mené par un impérialisme régional...

Certes il n'y a pas de pétrole au Yémen, mais qui contrôle le passage de Bab El Mendel et le détroit d'Ormuz contrôle le centre névralgique de tout le commerce mondial.
L'opération intitulée « Retour d'espoir » a été lancée en mars 2015 par le régime saoudien appuyé par « la coalition du Golfe » officiellement nommée Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Elle a eu lieu suite à la crise provoquée par le scrutin de l'élection présidentielle yéménite, au prétexte de sauver leur allié, le président Mansour Hadi. Ce dernier élu soi-disant démocratiquement, est semble-t-il pris en otage en Arabie Saoudite, et n'a donc pas son mot à dire. Comme a pu l'être le premier ministre libanais Saad Hariri en automne 2017 qui avait été contraint à présenter sa démission avant de revenir dessus une fois rentré à Beyrouth. Le régime saoudien, a ainsi lancé une vaste opération militaire sur le Yémen, dans le but d'éliminer les bases des rebelles « houthies » du nom de leur chef Malik al-Houthi. Ce dernier étant accusé d'accointances avec le régime chiite iranien, et allié alors avec l'ancien président yéménite Ali Abdallah Salah. Jusqu'à ce que ce Salah trahisse les rebelles yéménites pour tenter de passer un accord avec les saoudiens, se faisant assassiner par les yéménites avant de pouvoir signer quoi que ce soit. Agitant la division interconfessionnelle entre chiites et sunnites pour favoriser leurs vils intérêts commerciaux, le gouvernement d'Arabie Saoudite n'hésite pas à pilonner les zones largement habitées par les civil-e-s, comme la capitale Sanaa et sa banlieue. Quant à l'armée des Émirats Arabes Unis, renforcée par des milices privées, elle occupe la ville d'Aden et a chassé les habitant-e-s de l'île de Sokotra.

… qui assassine, appuyé par nombres des principales puissances impérialistes, dont la France

Pour commettre ces massacres, les saoudiens et leurs alliés sont largement armés par les puissances que sont les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et la France. En 2015 et 2016, lors des deux premières années de l'opération, 45 milliards d'euros d'armes, de véhicules blindés, de missiles et autres matériels de guerre ont été vendues aux pétromonarchies du Golfe par les grandes puissances, en 2018 Macron signe encore des contrats d'armements faramineux avec l'Arabie Saoudite dont Jean-Yves le Drian vient d'ailleurs de se revendiquer.

10 000 personnes sont mortes dans les bombardements depuis 2015, mais entre choléra, famines, crimes de guerres, et destructions massives le bilan est bien plus lourd : le Yémen s'avère être le Viêtnam des saoudiens. Depuis 2015 le régime saoudien ignore les trêves humanitaires réclamées par l'ONU et impose un blocus aérien et maritime qui prive les habitant-e-s d'eau potable, d'électricité, de vivres et de moyens de transports, dans le pays qui était déjà considéré avant la guerre comme étant l'un des plus pauvres du monde.
Aujourd'hui sous les regards du monde silencieux, les émiratis et les saoudiens se partagent les cendres du Yémen.

Le NPA Jeune doit clairement dénoncer la complicité des gouvernements impliqués dans ce massacre depuis trois ans, au premier rang desquels notre propre impérialisme. Notre organisation doit aussi dénoncer l'indignation sélective de la grande majorité des médias qui se traduit par un silence assourdissant, et doit oeuvrer à relayer les informations quant à ce conflit. Nous nous devons par ailleurs d'être pleinement au côté du peuple yéménite dans son opposition à l'intervention impérialiste saoudienne qu'il subit.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Mobilisation étudiante

Une Coordination Nationale Etudiante du 24 Mars marquant la structuration d’une mobilisation minoritaire et un noyautage de l’UNEF

La deuxième Coordination Nationale Etudiante de la mobilisation en cours contre la sélection à l’université s’est tenue entre le 24 Mars et le petit matin du 25 à l’université du Mirail sur Toulouse. Elle a été marquée par l’actualité faite de répression étatique policière et fasciste ayant touché de nombreuses universités. Elle a par ailleurs réunit 38 délégations représentant chacune une fac différente, et en cela elle a marqué une avancée significative dans la structuration de la mobilisation. Celle de Montpelier qui lui avait précédée en ayant rassemblée bien moins. Mais ce jolie chiffre est à nuancer grandement, d’abord parce que sur les 38 délégations seule 25 facs connaissent une véritable mobilisation (28 en comptant les facs non représentées). Et puis parce que le niveau de mobilisation est très diversifiée et reste sur la plupart des facs extrêmement minoritaire. De ce fait mais aussi du fait de mauvais choix tactiques elle a été complètement noyauté par l’UNEF et a donc aboutit à un appel des plus moyens s’alignant globalement sur la politique des directions syndicales. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

La Coordination Nationale de l’Education du 17/02 : un résultat plutôt positif pour un outil très limité

La troisième Coordination Nationale de l’Education a eu lieu à Paris le 17/02. Elle a permit à des personnes représentants des mobilisations de l’enseignement supérieur et secondaire contre la sélection, la réforme du bac et du lycée de se réunir. Nous amenant à partager nos expériences de luttes et à élaborer une politique commune. En grande partie trusté par les directions syndicales, son organisation a été complètement anti-démocratique, mais, du fait d’un rapport de force interne l’appel qui en est sortie a été plutôt bon. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Universités

Mobiliser Paris 3, c’est d’abord informer et politiser !

Dans le contexte des luttes contre les réformes de l’éducation, la situation de Paris 3 n’est pas comparable à celle de P8, de Rennes 2 ou du Mirail. Malgré un combat mené et gagné en 2016 contre la fusion de Censier avec Paris 7 et Paris 5, le campus reste très dépolitisé, parfois à peine au courant des implications du Plan Vidal. Il ne s’agit pas de déplorer la situation ou d’en chercher les causes lointaines, mais bien d’affirmer que face à ces réalités, la priorité des organisations militantes présentes doit être de fournir dès aujourd’hui un travail d’information et de politisation au sein de la fac. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook