[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Un 5 Février en forme de journée globalement motivante sur Toulouse

    Par ( 6 février 2019)
    Tweeter Facebook

    Sur Toulouse comme partout, ce 5 Février n’a pas été un 5 février de grève générale, les directions syndicales n’ayant pas mobilisé sérieusement leurs milieux. Mais malgré cela cette journée a été globalement motivante et a permis de continuer la dynamique de mobilisation, affermissant les liens entre gilets jaunes et syndicalistes de bases.

    La journée a commencé tôt. Avec d’abord des blocages de péages notamment celui de Toulouse Nord, ainsi que deux lycées bloqués (Jolimont et Arènes) et deux autres avec des blocages tentés mais qui ont échoués à tenir (St Sernin et Ozenne), le lycée Berthelot s’est aussi mobilisé. Mais aussi Science Po Toulouse qui après une AG à 60 lundi était bloquée et organisait une AG à 200 (sur 600 étudiant.e.s) où le rejet de loi anticasseurs était votée. A l’université une ambiance un cran en dessous, après une AG à 170 lundi ayant notamment voté une motion contre la répression (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=32864) ainsi que le blocage extérieur de l’université les parkings ont été bloqués et une tentative de ralentissement du métro a été menée. Tentative ayant amené les flics et la sécu de tisseo à réprimer nos camarades, à rentrer sur la fac (pour la police) et a manqué d’interpeller un camarade. Suite à ces actions un comité de mobilisation à 60 a été organisé. Le Mirail Ingouvernable a bien du mal à rentrer dans la mobilisation pour le moment mais une nouvelle AG va avoir lieu jeudi.

    La manifestation partie à 14h de Jean Jaurès a été un moment fort de la journée. Elle a réuni autour de 8.500 personnes ce qui est dans les chiffres hauts des actes gilets jaunes locaux. Cette fois, c’était une manifestation clairement gilets jaunes et forces traditionnelles du mouvement ouvrier. Ces dernières ont d’abord été représentées par la CGT, seule force syndicale a avoir un peu construit la journée, et ses effectifs se portaient aux alentours des 800 camarades. Solidaires a aussi été présent.e.s à une centaine, quand la FSU ou FO n’ont pas du tout construit cette date avec une cinquantaine de camarades pour la première et un vingtaine pour le second.

    Niveau force politique le PCF était 70-80, le PG avait une petite banderole et une vingtaines de militant.e.s, Génération avait quelques drapeaux et une vingtaine de militant.e.s, AL la CNT ou encore LO étaient aussi de la partie avec point fixe, drapeaux, ou/et vente de journaux. La CIP MP avait aussi une banderole et une vingtaine de militant.e.s. Niveau cortège auto-organisé, un cortège jeune a aussi été présent avec 150-200 personnes principalement de Science Po et des lycées (ceux-ci ayant fait leur propre manifestation à une centaine avant de rejoindre la manifestation principale) assez dynamique et au côté de la tête de cortège intersyndicale. Il y avait aussi des banderoles autoorganisées du lycée Berthelot, ou encore du lycée Victor Hugo. Des ALAEs pas mal mobilisés avaient aussi leur banderole. Le gros des forces était tout de même clairement représenté par des gilets jaunes (avec ou sans gilets). Sur la fin de la manifestation 2 camarades étudiant.e.s ont été interpellés, la répression innaceptable ne cesse pas !

    Une journée globalement réussie, à continuer avec l’acte 13 des gilets jaunes, en construisant l’auto-organisation vers la grève générale pour une auttre société.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    France

    Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

    Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook