[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Le krach pétrolier : causes et conséquences

Par Gaston Lefranc (21 avril 2020)
Tweeter Facebook

Article initialement publié sur le site du NPA.

La nouvelle a fait grand bruit lundi : le prix du pétrole serait devenu négatif ! Ce n’est pas le cas : le cours du baril (WTI : pétrole américain ou Brent : pétrole de la mer du Nord) a fortement chuté ces dernières semaines, mais il reste positif, désormais entre 15 et 20 $. C’est le cours inscrit sur un produit financier (un contrat à terme pour livraison en mai de pétrole WTI) à la bourse de New York qui est devenu négatif. Les détenteurs de ce titre financier sont des spéculateurs et n’avaient aucunement l’intention de se faire livrer des barils de pétrole en mai ! Du coup, ils devaient trouver des acheteurs physiques qui voulaient vraiment réceptionner le pétrole. Avec la crise, les acheteurs se font rares… et les spéculateurs ont, dans la panique (le contrat à terme expirant ce mardi), consenti à payer des acheteurs pour qu’il récupère le pétrole dont eux ne voulaient pas. Le cours du contrat à terme a plongé à -40 $, et il évoluait ce mardi encore en territoire négatif.

Crise économique et tensions entre producteurs de pétrole sont responsables de la chute des cours du pétrole

Lors de la conférence de l’OPEP élargie à la Russie le 6 mars dernier, aucun accord n’avait pu être conclu pour limiter la production afin de limiter la baisse des prix causée par la crise économique. La Russie et l’Arabie saoudite ont fait échouer un accord, chacun espérant que l’autre réduise sa production à son bénéfice. Depuis désormais près de deux mois, l’économie mondiale est à l’arrêt, entraînant un plongeon de la demande de pétrole. Puisque l’offre ne s’est pas ajustée à cette baisse, les stocks se sont accumulés et les prix ont plongé : ils sont passés de 60 $ le baril en février à moins de 20 $ aujourd’hui.

Un accord a finalement été conclu lors d’un nouveau sommet de l’OPEP élargi à la Russie dimanche 12 avril. L’ensemble de ces pays se sont engagés à réduire leur offre de pétrole de 10 millions de barils par jour à partir du 1ermai. C’est la plus grande baisse de production de l’histoire, et les États-Unis, premier producteur mondial (et non engagé par cet accord), ont bien entendu soutenu cet accord. Ils ont également promis de contribuer à la baisse de la production, mais de façon modeste (en diminuant leur production de 2 à 3 millions de barils par jour).

Cette baisse de la production a beau être historique, elle est largement insuffisante pour enrayer la baisse des prix : en effet, la demande de pétrole a baissé de 30 millions de barils par jour depuis le déclenchement de la crise. Les prix devraient encore continuer à baisser dans les prochaines semaines et pourraient devenir inférieurs à 10 $ le baril.

Des conséquences désastreuses pour les pays producteurs de pétrole

Les pays producteurs de pétrole avaient déjà été fortement ébranlés par la chute du cours du pétrole en 2014-2015, passant de plus de 100 $ le baril à 40 $. Le cours du pétrole s’était ensuite stabilisé depuis environ deux ans autour de 60 $. Les pays dominés fortement dépendants des exportations de pétrole (Venezuela, Iran, Nigéria, Algérie, Congo Brazzaville, Angola…) pour se procurer des devises nécessaires à leurs importations ont été frappés de plein fouet par cette baisse. Des plans d’austérité très durs ont été imposés aux travailleurs/ses pour leur faire payer le manque à gagner.

Cette nouvelle chute des prix du pétrole touche donc des pays déjà fragilisés. Elle va avoir des conséquences dramatiques, d’autant plus que ces mêmes pays sont frappés par une fuite des capitaux, qui fragilise leur monnaie et augmentera donc la charge de leur dette extérieure. Le prix de leurs importations va flamber, les exportations vont chuter : cela va se traduire par une explosion de l’endettement extérieur et une baisse du niveau de vie de la population.

Les États-Unis vont également être durement touchés, vue l’ampleur prise par le secteur du pétrole de schiste. Les investissements vont être stoppés et les licenciements vont être massifs.

En revanche pour les pays non producteurs, la baisse du prix du pétrole est une bonne nouvelle puisqu’elle va jouer positivement sur le taux de profit des entreprises. Néanmoins, cette baisse ne pèse pas bien lourd compte tenu de l’ampleur de l’effondrement économique. En outre, la chute des investissements dans les pays producteurs entraînera dans quelques trimestres une hausse des prix du pétrole quand l’économie mondiale commencera à redémarrer, freinant ainsi l’ampleur d’une reprise qui s’annonce de toute façon très fragile.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook