[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    À propos de la crise du bitcoin

    Par Gaston Lefranc (28 mai 2021)
    Tweeter Facebook

    Article publié dans l'Anticapitaliste

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».

    Le bitcoin n’est pas une monnaie (c’est un moyen de paiement très loin d’être universel…) mais un actif financier hautement spéculatif, qui n’a pas de sous-jacent économique réel, et donc qui n’est pas source de revenu (au contraire par exemple des actions qui permettent de recevoir des dividendes). Sa valeur fondamentale est donc nulle. Mais sa valeur spéculative repose sur sa rareté, puisque la création de bitcoins est limitée strictement chaque année. Du coup, les spéculateurs abreuvés de liquidités ont anticipé une forte valorisation du bitcoin (par rapport aux véritables « monnaies »). Les promoteurs du bitcoin affirment d’ailleurs que sa qualité fondamentale est d’être un « étalon de mesure et de transport de la valeur » en raison de sa dimension non manipulable et non-inflationniste (en bitcoin, pas en monnaies...). Autrement dit, contrairement au dollar ou à l’euro, le bitcoin serait une « monnaie bien gérée », une sorte d’« or digital » qui prendrait de la valeur par rapport aux véritables monnaies créées abondamment pour faire face à la crise.

    Rêve anarcho-capitaliste

    Le bitcoin avait déjà connu un trou d’air en 2018 avant de repartir de plus belle. Il est possible qu’il en soit de même aujourd’hui car les raisons de son succès demeurent. Néanmoins, des obstacles sérieux se dressent sur sa route : il utilise une grande quantité d’électricité pour les opérations informatiques qui servent à le fabriquer et à valider les transactions. D’autre part, de grands groupes comme Facebook s’apprêtent à lancer leurs propres « cryptomonnaies ». Elles ne seraient néanmoins pas en concurrence directe avec le bitcoin puisqu’elles seraient davantage des moyens de paiement (limités) adossés au dollar ou à l’euro que des supports spéculatifs. Les banques centrales réfléchissent aussi à lancer leur « monnaie numérique » afin de remplacer au maximum les billets de banque. Mais il s’agirait ici de véritable monnaie qui concurrencerait la monnaie scripturale (monnaie de crédit) créée par les banques commerciales.

    Le bitcoin ne relève pas d’une utopie communiste, mais d’un rêve anarcho-capitaliste d’une monnaie stable indépendante des banques et des États considérés comme trop laxistes sur la création monétaire. Dans la réalité, il est avant tout un support spéculatif. Une approche communiste de la monnaie n’existe pas pour l’instant de façon consensuelle y compris entre marxistes (certains « modèles » prônant une économie et planification électroniques ou d’échanges directs sans monnaie). Mais si l’on pense à l’utilisation possible de la monnaie dans une économie post-capitaliste, celle-ci ne doit plus fonctionner comme « capital-argent » accumulable sur la base d’une logique de profit.

    En partant de la critique radicale de l’actuel fonctionnement du système bancaire capitaliste, nous mettons en avant l’exigence de la socialisation des banques et de la subordination des financements à à la satisfaction des besoins. Par conséquent, la création monétaire devrait exclure le crédit lucratif entre les mains des banques privées ; elle devrait être dans les mains d’une entité publique. Et celle-ci, loin d’être « indépendante », devrait être soumise à un contrôle démocratique dont les modalités sont à débattre. Elle serait en lien avec des « fonds d’investissements » (dont les ressources viendraient des « cotisations » des entreprises) et des critères, élaborés en commun, de satisfaction planifiée de grands besoins déterminés collectivement comme « fondamentaux », sur critères sociaux et écologiques. L’ensemble peut s’accompagner d'une distribution qui augmente l’accès gratuit aux biens et services collectifs et le développement d'échanges directs en nature.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Histoire

    40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

    Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook