[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Chapitre 6.2 : " S’organiser pour faire face aux pandémies"

    La Tendance CLAIRE a décidé d’ "appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon tout en menant bataille contre les impasses réformistes de son programme" (https://tendanceclaire.org/article.php?id=1705). C’est pourquoi nous proposons une analyse critique du programme de l’Union populaire.

    Billets précédents :

    Chapitre 1.1, Chapitre 1.2, Chapitre 1.3, Chapitre 1.4, Chapitre 1.5, Chapitre 1.6

    Chapitres 2.1 et 2.2, Chapitre 2.3, Chapitre 2.4, Chapitre 2.5, Chapitre 2.6

    Chapitre 3.1, Chapitre 3.2, Chapitre 3.3, Chapitre 3.4

    Chapitre 4.1, Chapitre 4.2, Chapitre 4.3, Chapitre 4.4, Chapitre 4.5

    Chapitre 5.1, Chapitre 5.2, Chapitre 5.3, Chapitre 5.4, Chapitre 5.5, Chapitre 5.6, Chapitre 5.7

    Chapitre 6.1

    6.2 : « S’organiser pour faire face aux pandémies »... mais en laissant les capitalistes produire les médicaments, et même en les subventionnant par des fonds publics ?

    Le programme AEC a raison de prendre au sérieux le risque de nouvelles pandémies : « Tant que les causes des pandémies n’auront pas été réglées, nous devons nous tenir prêts à des répliques de même nature que le Covid-19. » Mais il est curieux que les « causes » en question en soient pas qualifiées : ne s’agit-il pas pour une bonne part du capitalisme mondialisé et de son fonctionnement inévitablement chaotique ? De ce point de vue, même si l’on comprend l’intention politique (déblocage automatique de fonds d’État), il est pour le moins unilatéral de vouloir « reconnaître les épidémies et pandémies au titre des catastrophes naturelles », alors qu’elles ne sont pas seulement « naturelles », mais aussi en partie socio-économiques.

    Pour lutter contre ces épidémies, le programme AEC précise : « Il nous faudra le faire de la manière la plus efficace et humaine, c'est-à-dire en choisissant le "tous ensemble" plutôt que le "chacun pour soi" et en sauvegardant nos libertés. L’État planificateur sera l’instrument principal de notre adaptation à l’ère des pandémies. » Face aux situations d’urgence, il préconise d’« adopter un plan d’adaptation aux pandémies non liberticide, basé sur la société du roulement et la planification sanitaire » (mesure clé), d’« abroger les lois sur l’état d’urgence sanitaire et le passe sanitaire », d’« interdire le dépôt de brevets sur les médicaments et les équipements nécessaires à une réponse sanitaire urgente et rendre obligatoire le partage de connaissances en vue d’une production massive et équitablement répartie des biens médicaux de première nécessité » et de « réquisitionner les entreprises indispensables à la production de matériel sanitaire (masques, tests, purificateurs) ».

    Mais les mesures plus structurelles ne mettent pas en cause la propriété capitaliste. Le programme AEC veut « faire un pôle public du médicament », mais il ne s’agit ni d’un monopole, ni même d’une entreprise publique pour la recherche et la production ! Ce « pôle public » devra en effet « garantir l’approvisionnement d’une réserve stratégique » et « assurer une relocalisation de la production de médicaments », mais non les produire lui-même. Il aura en effet comme tâche, entre autres, de « mettre en place une conditionnalité des aides perçues par les entreprises privées pour la recherche de vaccins et médicaments ». Il s’agit donc une fois de plus de subventionner des entreprises privées avec de l’argent public, tout en les contrôlant. Il s’agirait d’« assurer le contrôle des prix sur l’ensemble des produits de santé et communiquer sur leurs coûts réels », de « permettre la transparence sur le financement de la recherche et du développement » et de « produire et diffuser massivement les vaccins et traitements passés sous licence d’office ». Mais, à l’heure de la concurrence internationale féroce dans ce secteur comme dans d’autres, rien ne dit que des entreprises accepteraient des conditions aussi drastiques. Ou alors elles exigeraient que ces mesures de contrôle public soient compensées par des subventions publiques massives, et n’hésiteraient sûrement pas à faire du chantage pour en toucher toujours plus. Mais s’il s’agit de mobiliser tant de fonds publics et de fonctionnaires pour les contrôles, pourquoi ne pas créer plutôt une entreprise nationale du médicament, axée sur une logique de besoins et non de profits ? Comment peut-on prétendre mettre la planification au cœur de la stratégie sanitaire tout en laissant les outils de recherche et de production aux mains des capitalistes ?

    Par ailleurs, le programme AEC évite la question de la distribution des médicaments, alors que celle-ci repose aujourd’hui sur les pharmacies, ces officines privées souvent très lucratives (mais parfois non, avec une très forte inégalité dans la concurrence), qui captent de fait l’argent de la Sécurité sociale. Ne faudrait-il pas défendre là aussi le projet d’une chaîne nationale de la distribution des médicaments, qui serait de toute évidence beaucoup plus économique pour la société ? Elle permettrait aussi à tou-te-s les diplômés en pharmacie de trouver un vrai travail et un bon salaire, alors qu’aujourd’hui ceux et celles qui ont la chance d’avoir du capital par héritage peuvent ouvrir aisément leur officine alors que beaucoup doivent emprunter et que les plus pauvres (et les moins diplômé-e-s) se font embaucher par les précédents, parfois avec des salaires lamentables par rapport à leurs qualifications.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    France

    Contre la ligne d’ "union de la gauche", la France insoumise doit rompre avec la gauche bourgeoise pour rassembler les catégories populaires

    La question de l’union de la gauche a beaucoup refait parler d’elle depuis les universités d’été des différents partis, et des intellectuels l’appellent de leurs vœux. C’est pourtant une impasse à tous égards, comme le montre du reste l’échec patent de la NUPES. C’est donc une orientation avec laquelle doit rompre la France insoumise.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    France insoumise

    La restructuration manquée de la France insoumise : transformer la FI en parti pluraliste et démocratique, une urgence !

    L’assemblée représentative du samedi 10 décembre devait représenter une étape importante dans la construction de la France insoumise. Il s’agissait de présenter aux militant-e-s et d’adopter un plan de restructuration du mouvement. C’est notamment la base même de l’organisation, composée en particulier de militant-e-s ayant participé activement à la campagne présidentielle, qui a porté auprès de la direction une telle revendication.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    France insoumise

    Affaire Quatennens : la FI doit assumer ses responsabilités en tant qu’organisation politique

    Après la révélation par la presse de mains courantes déposées contre lui par son ex-compagne, Adrien Quatennens, député de l'Union Populaire, a expliqué avoir effectivement déjà été l'auteur d'une gifle, d'un geste brusque ayant conduit son ex-compagne à se cogner, ainsi que de textos trop insistants en contexte de rupture conflictuelle. Au-delà du contenu particulier de l'affaire elle-même, un certain nombre de conclusions politiques peuvent être retenues

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Union populaire

    Pour un regroupement communiste révolutionnaire DANS l’Union populaire

    Le Comité politique national (CPN) du NPA a décidé de convoquer le congrès du NPA pour décembre. La discussion est donc ouverte dans une situation politique marquée par les suites d’une séquence électorale inédite et plus généralement par les phénomènes de crise internationale multiforme (réchauffement climatique, guerre en Ukraine, stagnation économique, inflation...).

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook