[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Le retour des luttes pour les salaires se heurte de plein fouet à la logique du capitalisme en crise

    Après le reflux des mouvements sociaux qui a suivi le conflit des retraites, les luttes pour les salaires reviennent sur le devant de la scène notamment dans les grands groupes (Alcatel, Thalès, DCNS, Decaux, Keolis, etc.), mais aussi dans des secteurs d’habitude moins revendicatifs, comme la grande distribution – Carrefour, But, Ikea, Camaïeu, Système U, Intermarché – ou le bâtiment. Les salariés d’Eiffage Construction réclament par exemple 3% de hausse, notamment sur le chantier du Grand Stade de Lille. Eiffage rassemble 70 000 salariés autour de cinq métiers : grâce aux concessions et PPP (partenariats public-privé), c’est le troisième groupe français de BTP derrière Vinci et Bouygues et le cinquième groupe européen de construction, travaux publics, énergie et métal. Eiffage réalise un chiffre d’affaires de 13,3 milliards d’euros dont 16% à l’international, pour l’essentiel en Europe.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Lutte de classe

    Vive la lutte des travailleur-se-s de l’hôpital public !

    Ce mardi 7 juin, neuf syndicats et collectifs appelaient à la mobilisation de l’hôpital public (CGT, Sud, CFE-CGC, Association des médecins urgentistes de France, Collectif Inter-Blocs, Collectif Inter-hôpitaux, Collectif Inter-urgences, Printemps de la psychiatrie, Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité). Les rassemblements ont été limités, rassemblant des centaines de personnes dans chaque grande ville, mais les réquisitions empêchent de fait le droit de grève et cela ne saurait cacher la profondeur de la colère.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook