[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Gil Scott-Heron s’est éteint le 27 mai à l’hôpital St. Luke de New York à 62 ans

Le « Godfather of Rap » ou le « Black Bob Dylan », comme il était surnommé, était séropositif et avait été hospitalisé plusieurs fois pour soigner des pneumonies.

Il est l"un des précurseurs du Rap (avec The Last Poets) du temps où il était d"abord un vecteur politique, au début des années 1970.

Ni Rap (le mot n’existait pas encore), ni Spoken Word, non, on disait Black Poetry... et jazz.

Il était une des figures du « Black Power » et adulé par les Black Panthers.

GHS2

Ses textes se nourrissent, entre autres, de la réalité de la rue, de « sa » rue, des problèmes politiques et sociaux dont lui-même souffre au quotidien. Il s’impose comme défenseur de la cause noire américaine dès la fin des années 1960 en décrivant la misère, la violence et la drogue qui ravagent les ghettos, en critiquant la politique américaine (et notamment le gouvernement de Nixon), et étendra son propos à la dénonciation de l’Apartheid.

Cet artiste évitait tous les pièges de la célébrité et du succès. Il aurait pu avoir toutes ces choses. Mais il était plus grand que cela. Il semblait tout à fait indifférent à l’argent.

GHS

Son chef-d"œuvre reste celui-ci, dans lequel il nous donne sa vision de la révolution en nous invitant à ne pas croire qu"elle se fera devant un écran de télé (à l"époque, c"était le plus grand média) mais dans la rue et de rajouter que c"est par elle seule que nous prendrons le pouvoir : « The revolution will not be televised / The revolution will put you in the driver"s seat / The revolution will be no re-run brothers / The revolution will be live » (La révolution ne sera pas télévisée / La révolution vous mettra à la place du conducteur / La révolution ne sera pas en différé, mes frères / La révolution sera en direct).

Écoutez la chanson ici :

Il restera à jamais une référence dans le Hip Hop, dans la musique en général et une des incarnations des luttes afro-américaines de la fin des années 60. Nous lui rendons hommage.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Théâtre et lutte de classe

Sur la grève du Théâtre de la Commune à Aubervilliers

Après plus de 50 jours de grèves et une situation complètement cadenassée par la direction qui refuse de mener à bien les négociations avec les salarié.e.s, nous publions ici un dossier d'articles que nous avons écris pour le NPA qui permet de revenir sur ce mouvement qui dépasse de loin le seul théâtre de la Commune d'Aubervilliers. Vive la grève des salarié.e.s de théâtre de la Commune ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Tribune libre

Parlons un peu de l’homéopathie

« L’homéopathie relève donc bien plus de la croyance que de la médecine, et l’on pourrait se dire que, finalement, ce n’est pas si grave, quelqu’un qui s’enfile des gélules de sucres ne présente pas le moindre risque pour le reste de la population. Malheureusement, c’était sans compter sur les grandes entreprises qui, y voyant un moyen de gagner de l’argent à moindre coût, se sont engouffrées dans la brèche. N’est-ce pas étrange de voir passer des publicités vantant les produits des « Laboratoires » Boiron lorsque l’on sait que la science elle-même considère l’homéopathie comme obsolète ?» Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Société

Publicité : quelle critique anticapitaliste ?

La publicité est devenue une sorte de symbole du capitalisme, et se retrouve donc critiquée par des mouvements de « gauche » très divers. Si les actions anti-pub se limitent à des minorités, le « sentiment anti-pub » est largement partagé (un sondage de 2013 donnait par exemple 64 % des personnes en France trouvant la publicité « désagréable »). D’où l’intérêt de développer une critique anticapitaliste de la publicité. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Libéralisation

« Routes nationales de France » : vers la privatisation du réseau routier ?

Depuis la loi de décentralisation de 2004 qui transférait la gestion de routes nationales aux départements, et la privatisation des autoroutes en 2005, il ne reste aujourd’hui plus que 12 000 km de routes sous la compétence de l’État. Les infrastructures se dégradent, et on estime aujourd’hui qu’il faudrait investir 4 milliards d’euros en dix ans pour les rénover. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook