[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grève victorieuse à l’usine SAMADA (Rhône)

    Par Jean Veymont (28 juillet 2011)
    Tweeter Facebook

    Du 31 mai au 12 juillet, la majorité des salariés étaient en grève à la SAMADA à Neuville-sur-Saône. 42 jours d’une grève dure avec une détermination sans faille et une victoire à la clé.

    Filiale à 100% de Monoprix (50% Casino, 50% Galeries Lafayette), Samada est le prestataire logistique du groupe, regroupant 13 sites logistiques et totalisant 200 000 m2 qui gèrent 130 millions de colis par an. Elle emploie plus de 1 000 personnes, dont 38 à Neuville-sur-Saône, où sont préparés et distribués les produits vendus dans les magasins Monoprix et les Galeries Lafayette.

    Jamais l’entreprise n’avait connu un tel conflit. Malgré les pressions les plus diverses — menaces de licenciements, fermeture du site, délocalisation... — toutes les tentatives de la direction ont échoué. Les salariés réclamaient l’intégration de 50 € de prime au salaire de base pour tous, comme leur direction s’y était engagée, ainsi qu’une augmentation de 50 € afin d’aligner leurs salaires sur ceux d’autres sites comme Gennevilliers. Pendant sept semaines, dans l’unité et la détermination, ils ont tenu ferme sur leurs revendications.

    Plutôt que d’ouvrir les négociations en assumant ses promesses, la direction a tenté de briser la grève en dépensant des sommes énormes, en faisant le choix de laisser pourrir des produits. Pour cela, elle n’a pas hésité à multiplier les infractions (embauche d’intérimaires pour remplacer des grévistes, obligation aux non-grévistes d’aller sur d’autres plateformes, fermeture de l’établissement, pressions sur certains salariés pour qu’ils démissionnent, etc.). Elle a fait venir des salariés d’autres sites pour remplacer les grévistes, embauché des vigiles avec leurs chiens, loué quatre entrepôts à Genas, Chalamont, Villars les Dombes et Chambéry. Elle s’est acharnée à traîner les grévistes devant le Tribunal, arguant que les piquets de grève étaient illégaux. Le 8 juin, elle était déboutée, mais elle a contesté cette décision et fait appel. La Cour d’Appel a rejeté cette remise en cause du droit de grève et confirmé le jugement de première instance. Pour fêter cette bonne nouvelle, les grévistes ont organisé un barbecue de solidarité le 27 juin, où riverains et délégations d’entreprises sont venus apporter leur soutien.

    Il a fallu attendre le 29 juin pour que la SAMADA soit contrainte d’accepter l’intégration de 50 € de prime au salaire de base ainsi qu’une prime de « redémarrage » de 800 €, payée moitié fin septembre et moitié fin novembre. Quant à l’augmentation salariale de 50€ pour tous, elle sera discutée en janvier dans le cadre de la NAO. Le 5 juillet, la direction s’est déclarée prête à discuter du paiement partiel des jours de grève, mais en contrepartie d’un accord sur une réorganisation de l’établissement !

    Avec ses énormes dépenses pour casser la grève, la filiale du groupe MONOPRIX a montré qu’elle avait largement les moyens d’augmenter les salaires des travailleurs.

    Après six semaines d’un combat exemplaire, les travailleurs de la SAMADA considèrent ce résultat comme une première victoire et suspendent leur mouvement tout en considérant que seule la mobilisation de tous les sites permettrait de créer un rapport de forces pour obtenir satisfaction sur leurs revendications face à cette direction de combat.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Congrès CGT

    Intervention de Marie (SFA) au 52e congrès de la CGT

    Les artistes sommes aujourd’hui dans une précarité toujours grandissante. On voudrait nous faire croire que nous sommes précaires par essence. Comme syndicat, même si nous défendons au quotidien les conditions de travail des artistes, nous ne perdons jamais de vue qu’il nous faut revendiquer une permanence de l’emploi. A l’échelle confédérale, tout le monde en a parlé, il nous faudra progresser dans notre implantation parmi les plus précaires, nous pensons ça ne pourra pas se faire sans la collaboration avec les UL et les UD, particulièrement bien placées pour s’occuper ces travailleurs/euses isolé.e.s. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Gilets jaunes

    Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

    Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Lutte de classe

    Pour le groupe Hyatt, maintenir les salariéEs en sous-traitance, ça paye énormément

    Une grève a débuté le 25 septembre à l’hôtel de luxe Park Hyatt Paris-Vendôme, au 5 rue de la Paix à Paris, ou « rue de la Guerre » comme l’ont renommée les 55 grévistes syndiquéEs de la CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques). Une grève où salariéEs de l’hôtel et de la sous-traitance se battent main dans la main pour leurs droits syndicaux et de meilleures conditions de travail et d’embauche. Une grève en majorité de femmes, de personnes qui subissent tous les jours le racisme, une grève de notre classe sociale.  Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook