[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Armons le NPA d’une analyse marxiste de la crise !

    Marx a démontré que l'accumulation du capital conduisait inévitablement à la crise : pour être plus compétitifs, les capitalistes utilisent de plus en plus de machines et de moins en moins de travailleurs. Or c'est l'exploitation des travailleurs qui est la source des profits, pas les moyens de production. Résultat : le taux de profit moyen diminue, et les investissements dans l’économie « réelle » sont moins rentables. D’où le tournant « néolibéral » pour retarder la crise : les capitalistes tentent d’augmenter l’exploitation d’un côté, et de l’autre dérégulent et spéculent. Mais les bulles finissent par éclater violemment, comme en 2007.

    Pour sortir de la crise dans le cadre capitaliste, c'est-à-dire restaurer le taux de profit, et donc relancer l'accumulation, il n'y a qu'une solution : la « purge » du capital excédentaire. Cette purge peut s'opérer par une vague gigantesque de licenciements ou, de façon plus radicale encore, par la guerre. Ce système est absurde du point de vue des besoins humains, puisqu'il a besoin de détruire des richesses pour se régénérer. Pour éviter ce type de catastrophes, l'anticapitalisme n'est pas un choix parmi d'autres : c'est une nécessité ; et le socialisme,  l'appropriation collective des moyens de production par les travailleurs, est la solution aux contradictions du capitalisme.

    Malheureusement, cet héritage théorique est dilapidé par la direction actuelle du NPA, qui reprend à son compte une analyse keynésienne de la crise, habillée d'un vocabulaire marxiste. Ainsi, dans la brochure du NPA sur la crise (« Comprendre la crise et lutter pour en sortir » de juillet 2009), il est écrit : « Si les profits sont trop élevés, les revenus des travailleurs seront trop faibles pour permettre d’acheter tout ce qui aura été produit ». Cette analyse appelle ensuite sa solution : « Ainsi, en théorie, une sortie de crise exigerait une progression des salaires pour permettre de restaurer des débouchés ». Autrement dit, on pourrait sortir de la crise, au bénéfice conjoint des travailleurs et des capitalistes, grâce à une bonne politique économique qui corrigerait les inégalités, augmenterait les salaires, ce qui augmenterait les débouchés et donc la production des entreprises. C’est aussi pour cela que Philippe Poutou a pu dire pendant la campagne « il faut donner à la population les moyens de consommer, pour relancer la machine économique ». C'est une impasse.

    Notre anticapitalisme ne peut qu'être une lointaine abstraction si nos analyses et nos réponses à court terme convergent avec celles des antilibéraux. De fait, la direction met en avant des mesures d'urgence en laissant entendre qu'elles pourraient être mises en place dans le cadre du système, alors qu'il faudrait oser dire que cela nécessite un gouvernement des travailleurs auto-organisés qui exproprierait les capitalistes, vers le socialisme !

    Il faut combattre sans relâche les théories qui alimentent les illusions des travailleurs sur une issue « sociale » à la crise dans le cadre du capitalisme. C'est un enjeu politique central. Le NPA doit se refonder en renouant avec le meilleur de l'héritage du mouvement ouvrier, notamment avec la théorie marxiste, en rupture avec l'idéologie bourgeoise.

    J. et S. (Tendance CLAIRE, membres du Groupe de Travail Économique du NPA), Plateforme E

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pouvoir d’achat : les mensonges du gouvernement

    Dans un entretien au Parisien le 8 mai dernier, Darmanin claironnait : « Plus de 95% des contribuables paieront moins d’impôts ». Une fake news de plus pour cet habitué du mensonge, qui avait osé dire le 19 mars dernier sur LCI : « Aujourd’hui, le mouvement des Gilets jaunes a détruit plus d’emplois, et il a détruit plus de richesses que la plupart de ce que nous avons connu depuis les dix dernières années, des manifestations, des contestations, des crises économiques, c’est quand même un scandale absolu ».

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Fiscalité

    Les riches, grands gagnants des mesures fiscales de 2018-2019

    L’OFCE et l’Institut des politiques publiques ont mesuré les effets des mesures fiscales 2018 et 2019 du gouvernement sur le pouvoir d’achat. Les 1 % les plus riches verraient leur revenu disponible grimper de 6,4 % (entre 2017 et 2019) grâce à ces mesures alors que les gains seraient inférieurs à 2 % pour tous les autres, et même négatifs pour les 10 % les plus pauvres. 

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook