[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Armons le NPA d’une analyse marxiste de la crise !

    Marx a démontré que l'accumulation du capital conduisait inévitablement à la crise : pour être plus compétitifs, les capitalistes utilisent de plus en plus de machines et de moins en moins de travailleurs. Or c'est l'exploitation des travailleurs qui est la source des profits, pas les moyens de production. Résultat : le taux de profit moyen diminue, et les investissements dans l’économie « réelle » sont moins rentables. D’où le tournant « néolibéral » pour retarder la crise : les capitalistes tentent d’augmenter l’exploitation d’un côté, et de l’autre dérégulent et spéculent. Mais les bulles finissent par éclater violemment, comme en 2007.

    Pour sortir de la crise dans le cadre capitaliste, c'est-à-dire restaurer le taux de profit, et donc relancer l'accumulation, il n'y a qu'une solution : la « purge » du capital excédentaire. Cette purge peut s'opérer par une vague gigantesque de licenciements ou, de façon plus radicale encore, par la guerre. Ce système est absurde du point de vue des besoins humains, puisqu'il a besoin de détruire des richesses pour se régénérer. Pour éviter ce type de catastrophes, l'anticapitalisme n'est pas un choix parmi d'autres : c'est une nécessité ; et le socialisme,  l'appropriation collective des moyens de production par les travailleurs, est la solution aux contradictions du capitalisme.

    Malheureusement, cet héritage théorique est dilapidé par la direction actuelle du NPA, qui reprend à son compte une analyse keynésienne de la crise, habillée d'un vocabulaire marxiste. Ainsi, dans la brochure du NPA sur la crise (« Comprendre la crise et lutter pour en sortir » de juillet 2009), il est écrit : « Si les profits sont trop élevés, les revenus des travailleurs seront trop faibles pour permettre d’acheter tout ce qui aura été produit ». Cette analyse appelle ensuite sa solution : « Ainsi, en théorie, une sortie de crise exigerait une progression des salaires pour permettre de restaurer des débouchés ». Autrement dit, on pourrait sortir de la crise, au bénéfice conjoint des travailleurs et des capitalistes, grâce à une bonne politique économique qui corrigerait les inégalités, augmenterait les salaires, ce qui augmenterait les débouchés et donc la production des entreprises. C’est aussi pour cela que Philippe Poutou a pu dire pendant la campagne « il faut donner à la population les moyens de consommer, pour relancer la machine économique ». C'est une impasse.

    Notre anticapitalisme ne peut qu'être une lointaine abstraction si nos analyses et nos réponses à court terme convergent avec celles des antilibéraux. De fait, la direction met en avant des mesures d'urgence en laissant entendre qu'elles pourraient être mises en place dans le cadre du système, alors qu'il faudrait oser dire que cela nécessite un gouvernement des travailleurs auto-organisés qui exproprierait les capitalistes, vers le socialisme !

    Il faut combattre sans relâche les théories qui alimentent les illusions des travailleurs sur une issue « sociale » à la crise dans le cadre du capitalisme. C'est un enjeu politique central. Le NPA doit se refonder en renouant avec le meilleur de l'héritage du mouvement ouvrier, notamment avec la théorie marxiste, en rupture avec l'idéologie bourgeoise.

    J. et S. (Tendance CLAIRE, membres du Groupe de Travail Économique du NPA), Plateforme E

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    À propos de la crise du bitcoin

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Histoire

    40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

    Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook