[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Crise capitaliste : le grand bond en arrière

    Par Julien Varlin (30 novembre 2012)
    Tweeter Facebook

    Le système capitaliste plonge toujours plus de personnes dans la misère, même dans les pays capitalistes « développés ». C’est la crise la plus grande depuis 1929, entend-on souvent. Jusqu’où est-on en train de reculer dans le passé ? Un coup d’œil à quelques chiffres donne le vertige… et la rage !

    Inégalités sociales…

    On le sait, on en parle de temps en temps, sans vraiment réaliser à quel point, mais l’écart entre les riches et les pauvres augmente. Concrètement, si l’on regarde la part de revenu qui revient aux 10% les plus riches, on est revenu au niveau des années 1930 et avant.

    … et dynasties capitalistes

    Si l’on croit son discours, la classe dirigeante doit sa richesse uniquement à son mérite, à son travail… En réalité c’est du pipeau, avec son capital qui se transmet, ses facilités d’accès à la culture et aux formations des élites, voire ses pistons… Mais il y a des nuances selon l’époque. Même si l’ascenseur social est un mythe, c’est vrai que certains arrivent plus ou moins à prendre l’escalier. Une des particularités de l’époque actuelle, c’est que l’importance de l’héritage pour se faire une richesse augmente jusqu’à revenir au… du début du XXe siècle ! Retour à la Belle Époque… de la bourgeoisie !

    Chômage de masse

    Autre facette du marasme chronique du capitalisme : les fluctuations du chômage de masse. En France, il n’y a jamais eu autant de chômage, même en pourcentage de la population. Aux États-Unis, on a fait pire dans les années 1930, avec des pointes à 20% ! La différence, c’est en grande partie parce que la France d’alors était encore très rurale (le chômage est monté jusqu’à 15% parmi les ouvriers, mais il y avait encore beaucoup de paysans). En tout cas, la preuve est faite que le chômage dépend en réalité peu de nous, de notre « motivation », « employabilité », etc… (1)

    Financiarisation, le retour !

    Pour beaucoup, la montagne de la dette publique est le fléau du moment, au point de rendre difficile une analyse qui irait plus loin. Si on prend du recul, la dette est liée au ralentissement de la croissance capitaliste (et reporte les crises à plus tard) : elle a été énorme dans les années 1930, s’est envolée avec la Seconde guerre mondiale, puis s’est dégonflée avec les « 30 glorieuses ». Avec la stagnation depuis 30 ans, elle s’envole, et depuis la crise, elle explose.

    Le dada des politiciens de gauche qui cherchent des demi-mesures, c’est de dénoncer le « capitalisme financier ». Et là encore, c’est souvent présenté comme quelque chose de tout nouveau. En réalité, même sans les subprimes, les financiers dominaient déjà l’économie au début du XXe siècle. Lors de la crise de 1929, les boursicoteurs étaient particulièrement montrés du doigt… Ce système conduit de lui-même à concentrer le pouvoir dans les mains de ceux qui sont juste propriétaires du capital, indépendamment de telle ou telle usine. C’est le dynamisme de la reconstruction de l’après-guerre qui a été une longue parenthèse dans le capitalisme moderne. Et c’est la fin de ce dynamisme qui a fait revenir en force les financiers et poussé à la dérégulation. Critiquer la financiarisation sans être anticapitaliste, c’est se plaindre de l’odeur sans vouloir se débarrasser du cadavre !

    Ce que tout cela montre, c’est que c’est la nature même de ce système d’être instable. Le retour à la crise des années 30, c’est aussi le retour à tous les risques qui vont avec : racisme, fascisme, guerres… L’avenir est toujours plus réduit à la formule déjà vieille : « socialisme ou barbarie ».


    1) Graphe du chômage pour la France : source CEPII avant 1975, INSEE après. Pour les États-Unis, source BLS. Ces données sont plus à considérer pour les tendances que pour leurs valeurs, peu fiables.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    À propos de la crise du bitcoin

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Histoire

    40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

    Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook