[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ukraine : « Maïdan », une Révolution orange bis ?

Par Julien Varlin ( 8 décembre 2013)
Tweeter Facebook

En 2004, des centaines de milliers d’Ukrainiens manifestaient contre le président Viktor Ianoukovitch élu par fraude. L’opposition, qui voulait un rapprochement avec l’Union européenne, était présentée dans nos médias (européens) comme « démocrate » face à un pouvoir pro-Russe « conservateur ».

Mais une fois au pouvoir, ces opposants n’ont pas convaincu, et le même Ianoukovitch est redevenu président en 2010... Il s’est sans doute vengé en jetant en prison la médiatique Ioulia Tymochenko, mais il faut dire qu’il ne manquait pas de prétexte, car comme les autres, elle a ses casseroles, et fait partie de l’oligarchie capitaliste. Ce club des 100 personnes qui possèdent plus de 60% du PIB du pays.

Depuis le 21 novembre, l’Ukraine semble revivre le même scénario de guerre froide avec le mouvement d’occupation des places (« maïdan » en ukrainien). Suite au refus du président de signer un accord avec l’UE, de grandes manifestations ont surgi, et même s’ils ont été surpris comme les autres, les pseudo-démocrates européistes en ont pris la tête. A ceci près que le rejet des partis établis est bien plus fort qu’avant. A Lviv, des organisations étudiantes ont même refusé le micro à un député (d’extrême-droite) de l’opposition, disant qu’ils ne voulaient pas entendre un politicien en place. Malheureusement le parti ultra-nationaliste Svoboda a gagné une certaine influence (ce sont eux qui ont abattu une statue de Lénine à Kiev).

L’UE apparaît à beaucoup de manifestants comme un vague symbole de modernité, qu’ils opposent aux violences policières, à la censure et à la dégradation sociale. Les capitalistes de l’opposition, qui préfèrent le business avec l’Ouest, s’appuient sur ces espoirs. Certaines figures de l’opposition ont une certaine popularité, comme le champion de boxe Vitali Klitschko qui tient un discours anti-corruption et vaguement « social ». Mais il n’y a rien à attendre de son parti (qui est lié à celui d’Angela Merkel !).

Ces politiciens n’ont aucune intention de remettre en cause l’exploitation de la majorité du peuple d’Ukraine, les travailleur-se-s. Ils se battent surtout pour savoir à quelle grande puissance il vaut mieux faire allégeance. La Russie et son gaz ? L’UE, attractive jusque là mais en crise totale ? Pendant ce temps le quart de la population vit sous le seuil de pauvreté. Il est urgent que les jeunes et les travailleur-se-s mettent au centre leurs propres intérêts, en ne comptant que sur leurs propres forces. Là bas comme ici, il faut une vraie révolution, rouge !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook