[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Transport routier : c’est dans la rue qu’on gagne

Par Damien Lanchron (16 décembre 2013)
Tweeter Facebook

Article paru dans L"anticapitaliste n°221 (12/12/2013)

Environ 600 salariés du transport routier ont manifesté le mardi 3 décembre. À l’appel de 5 syndicats, ils défendaient le congé de fin d’activité (CFA), réclamaient une hausse générale des salaires de 5 %, et ont obtenu une première victoire.

Le CFA est un régime de pré-retraite commun à tout le transport routier (marchandises, voyageurs) soit 618 000 personnes. C’est un acquis d’une lutte, le conflit massif de 1996, qui permet aux salariés de partir à 55 ans (57 depuis la réforme Fillon) pour compenser la pénibilité et la dangerosité des métiers concernés. De plus, il entraîne le remplacement des partants par l’embauche en CDI de jeunes qui, sans cela, seraient aujourd’hui sans emploi.

La mobilisation a payé car le patronat a dû passer les cotisations aux collecteurs du CFA de 2 % à 2, 8 %, une revendication commune des syndicats CFDT-CGT-FO-CFTC-CGC. Cette cotisation est financée à 60 % par les employeurs et 40 % par les salariés, ce qui va permettre de compenser le déficit de 16 millions. Pour la CGT, « c’est une belle victoire acquise dans l’unité », mais « le combat n’est pas pour autant terminé » car l’État annoncera en 2014 son désengagement sur les subventions. C’est donc une victoire à très court terme !

Le salaire de la peur
Les salariés revendiquent une augmentation de 5 %, mais les négociations piétinent. Le patronat propose une hausse indécente de 0, 5 %, ce qui fait qu’avec celle du Smic (1, 4 % en janvier), le début de la grille des salaires sera en dessous de celui-ci…

Dans le transport, le plus haut coefficient culmine à peine à 36 centimes au dessus du Smic et c’est le nombre d’heures travaillées qui fait la paye. C’est une branche où les salariés peuvent encore atteindre 250 heures mensuelles !
Pour les prochains rendez-vous les 16 et 18 décembre, « ces dossiers pourraient être bouillants, pour ne pas dire bloquants », avertit l’intersyndicale.

Trop d’heures, trop pénible, trop dangereux, trop polluant : absolument capitaliste ! Alors, une grève dure et massive, comme en 84, 92, 94 ou 96, pour tout bloquer, pour la nationalisation et la rationalisation sous contrôle ouvrier du transport et de la logistique ? Chiche !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Congrès CGT

Intervention de Marie (SFA) au 52e congrès de la CGT

Les artistes sommes aujourd’hui dans une précarité toujours grandissante. On voudrait nous faire croire que nous sommes précaires par essence. Comme syndicat, même si nous défendons au quotidien les conditions de travail des artistes, nous ne perdons jamais de vue qu’il nous faut revendiquer une permanence de l’emploi. A l’échelle confédérale, tout le monde en a parlé, il nous faudra progresser dans notre implantation parmi les plus précaires, nous pensons ça ne pourra pas se faire sans la collaboration avec les UL et les UD, particulièrement bien placées pour s’occuper ces travailleurs/euses isolé.e.s. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Lutte de classe

Pour le groupe Hyatt, maintenir les salariéEs en sous-traitance, ça paye énormément

Une grève a débuté le 25 septembre à l’hôtel de luxe Park Hyatt Paris-Vendôme, au 5 rue de la Paix à Paris, ou « rue de la Guerre » comme l’ont renommée les 55 grévistes syndiquéEs de la CGT-HPE (Hôtels de prestige et économiques). Une grève où salariéEs de l’hôtel et de la sous-traitance se battent main dans la main pour leurs droits syndicaux et de meilleures conditions de travail et d’embauche. Une grève en majorité de femmes, de personnes qui subissent tous les jours le racisme, une grève de notre classe sociale.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook