[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Brève réponse à un article du journal "Le Prolétaire"

Par Tendance CLAIRE (26 septembre 2014)
Tweeter Facebook

A propos de la Réforme territoriale. Une Tendance claire...MENT réformiste
http://pcint.org/03_LP/511/512_tendance-claire-ment.htm 

Il y a un réel désaccord entre nous : quand la bourgeoisie modifie ses institutions pour améliorer le cadre dans lequel elle exploite les travailleurs, nous pensons en effet qu’il est juste de combattre ces réformes institutionnelles. Quant à vous, vous vous refusez à combattre ce type de réformes sous prétexte qu’elles ne visent qu’à remplacer des institutions bourgeoises par d’autres institutions bourgeoises. C’est une divergence, mais ce n’est pas une ligne de démarcation entre les réformistes et les révolutionnaires. Avec cette façon de raisonner, il ne faudrait jamais s’opposer à une contre-réforme, parce que s’opposer à une contre-réforme impliquerait défendre le statut quo capitaliste !

S’il s’agissait de discuter de ces divergences, la discussion pourrait être intéressante. Mais vous préférez nous faire passer pour des défenseurs de l’État bourgeois, sous prétexte que nous combattons la « réforme territoriale ». Or, nous disons explicitement que « la rupture avec le système capitaliste impliquera la destruction de l’État bourgeois et la mise en place d'institutions totalement nouvelles ». Alors que nous disons « il faut donc montrer que de nouvelles institutions, démocratiques et sous le contrôle du peuple travailleur (un gouvernement des travailleurs, appuyé sur le principe du contrôle et de la révocabilité des élu-e-s par la population), sont une nécessité », vous traduisez (!) : « Bref un gouvernement vraiment démocratique, et le tour sera joué: plus besoin de révolution, de destruction de l’État bourgeois, d’instauration de la dictature du prolétariat, le principe de la révocabilité des élus par la «population» (les électeurs) suffit ! ». C’est une déformation grossière de nos positions, alors que nous disons explicitement le contraire !

Apparemment, le simple mot « démocratique » vous fait perdre la tête et vous fait dire n’importe quoi. Mais pour nous, « un gouvernement vraiment démocratique » nécessite précisément une révolution et la mise en place d’un gouvernement des travailleurs, c’est-à-dire de la dictature du prolétariat. Celle-ci implique une démocratie bien plus complète que celle des États bourgeois, et va de pair avec la nécessité que le prolétariat exerce pleinement son pouvoir, sa dictature, sur la classe capitaliste.

Pour que vos critiques puissent convaincre ou au moins nourrir de vrais échanges, il faudrait que vous ayez le souci de la vérité et de la rigueur. C’est une qualité qu’on pourrait attendre chez des révolutionnaires.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

À quoi sert la campagne Poutou ?

Suite à la conférence nationale du NPA, Philippe a tenu une conférence de presse (avec Cathy) et fait un entretien avec Le Média. Ce que nous craignions se confirme : cette campagne ne porte pas un projet crédible et désirable, alternatif à celui des réformistes. La direction revendique de porter des perspectives de trois ordres au cours de cette campagne : « lutter », « prendre nos affaires en main », et « rassembler, nous organiser ». De belles intentions, qu’il ne suffit pas de proclamer pour qu’elles se réalisent : il faut pour cela que nous soyons porteurs/ses d’une alternative politique et que nous sachions convaincre sur l’intérêt spécifique de notre campagne. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Sur les élections régionales

L’abstention a atteint des proportions telles que l’analyse des résultats n’a en réalité pas beaucoup de sens. Deux tiers des inscrits n’ont pas voté au premier comme au second tour. Cette abstention a été particulièrement massive chez les jeunes et dans les catégories populaires, et elle a touché davantage l’électorat de Le Pen et de Mélenchon de 2017. Rejet des politiciens, indifférence pour les élections intermédiaires, invisibilité de la campagne électorale (avec le matériel électoral qui n’est même pas parvenu à plusieurs millions de Français), les raisons s’additionnent pour ne pas voter.
 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook