[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Commémoration du naufrage du Sewol : mobilisation à Séoul

Par Lucien Timoré (20 avril 2015)
Tweeter Facebook

Sur la mobilisation en Corée du Sud du 16 au 18 avril 2015

Le 16 avril, l’anniversaire du naufrage du Sewol

Le 16 avril, environ 70 000 personnes ont manifesté pour annuler le décret de la loi qui veut complètement vider l’enquête de sa substance de l’enquête sur le naufrage. La manifestation a continué jusqu’à la nuit car les familles de victime voulaient aller à la Maison Bleue (siège de la présidence), même si la présidente Park est partie à l’étranger le 16 avril. La manifestation qui avait lieu à Seoul le 16 avril, s’est déroulée dans une ambiance commémorative plutôt que revendicative.

Entre le 16 et le 18 avril

La situation a commencé à basculer lorsque les familles de victimes ont été isolées devant Gwanghwa Moon, un symbole historique proche de la Maison Bleue (c’est comme si des manifestant-e-s en France essayaient d’entrer à l’Élysée). La police les ont encerclés, pour que personne ne puisse sortir/entrer. C’est-à-dire que les familles de victimes ne pouvaient même pas aller aux toilettes, et n’avaient rien à manger depuis le 16 avril. Elles dormaient dans la rue, et quelques passants ont essayé de leur donner à manger.

Le samedi 18 avril

Le samedi 18, les gens ont commencé à se rassembler pour « rencontrer » et « sauver » les familles isolées par la Police et pour revendiquer l’annulation du décret et le renflouement du Sewol. Mais la police a bloqué complètement les rues dès le matin avec les bus de police, y compris Sejong-ro (Boulevard Sejong, un boulevard principal du centre de Séoul, et Gwanghwa-moon se situe au bout de ce boulevard).

De plus en plus de manifestants ont commencé à se rassembler vers 15h, étant révoltés par la répression policière et agacés par le blocage des rues. Environ 30 000 personnes se sont mobilisées pour manifester. Pour « rencontrer » les familles de victimes, il fallait percer/forcer le mur érigé par plusieurs lignes de bus de police. Certains disent que c’était comme si on était en « guerre ». En tout cas, l’affrontement intense a continué jusqu’à minuit. La police a utilisé le canon à eau, du gaz lacrymogène, et du gaz poivre pour réprimer les manifestant-e-s. La majorité de ces policiers « anti-émeutes » sont très jeunes, environs 20-22 ans, devant faire leur service militaire au lieu d’aller à l’armée. Ce sont eux qui font le sale boulot que la police nationale ne veut pas faire.

Vers 22h 40, certains ont incité les manifestants à rentrer chez eux…. Mais les manifestants ont continué de telle sorte que les familles soient finalement libérées d’encerclement. Il y avait environ 5 000 personnes jusqu’à la fin pour casser l’encerclement de la police. Les photos montrent bien le mur que la police a entassé pour bloquer les manifestants. Entre Gwanghwa-moon et la première couche du mur de la police, c’est environ 700 mètre à 1 km. Ça veut dire qu’il y avait vraiment un affrontement très fort, toute la journée pour arriver au bout.

Jusqu’à 100 personnes, y compris 21 membres des familles de victimes ont été arrêtées. Environ 13 000 policiers ont été mobilisés le 18 avril. Face à cette répression policière non seulement de la manifestation mais aussi des familles des victimes, les citoyens sont de plus en plus en colère. De plus, en novembre 2011, la Cour constitutionnelle de Corée a jugé qu’ériger ce mur allait à l’encontre de la constitution sud-coréenne.

Radicalisation de la lutte basée sur la rage contre le gouvernement Park Geun-hey

En bref, vu les vidéos et le témoignage des coréens, l’ambiance de manifestation du 18 avril était beaucoup plus radicale par rapport au 16 avril. Et la manif sera reconduite le week-end prochain, et coïncidera avec la journée de la grève générale appelée par la KCTU (Korean Confederation of Trade Union), un syndicat identifié comme la gauche radicale.

Dans les vidéos, je remarque le Parti des Manifestants, le syndicat de la métallurgie, le syndicat de Samsung service, le syndicat des enseignants qui a été rendu illégal l’année dernière, le Parti des Travailleurs, etc. Sur la photo ci-dessous où les gens tiennent des pancartes, celle de rouge contient un message pour la grève générale. Les pancartes jaunes revendiquent l'annulation du décret de commission d’enquête sur le naufrage.


[1]    http://www.npa2009.org/communique/naufrage-du-sewol-1-apres-letat-sud-coreen-cherche-toujours-etouffer-la-verite

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook