[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Sur la lettre ouverte des chercheurs en Intelligence Artificielle et Robotique contre les armes robotiques autonomes

La semaine dernière, une lettre ouverte[1] signée par plus de 1.000 chercheurs en Intelligence Artificielle (IA) ou Robotique et appelant à un traité interdisant les “armes offensives autonomes” a été rendue publique au congrès mondial de recherche en IA[2]. Cette lettre a depuis été signée par plus de 2.500 chercheurs du domaine et plus de 15.000 autres personnes, dont le célèbre physicien Stephen Hawking ou encore le patron de Tesla Motors, Elon Musk. Si les grands media ont rapidement accordé une grande publicité à cette lettre -- en l'associant principalement aux célébrités mentionnées -- le succès de celle-ci auprès des chercheurs doit avant tout à l'effort de certains d'eux (comme Stuart Russell ou Noel Sharkey, qui figurent parmi les premiers signataires) et de militants humanitaires qui, depuis plusieurs années, ont tiré la sonnette d'alarme contre les armes robotiques, à travers des initiatives comme l'organisation de forum de discussion dans les différents congrès académiques, la construction du Comité International pour le Contrôle des Armes Robotiques[3], l'impulsion du cycle de discussion a l'ONU sur les armes autonomes[4] ou encore la campagne “Stop killer robots”[5].

Mais si cette lettre a bénéficié d'une telle publicité, notamment de la part des grands media des puissances impérialistes comme The New York Times ou Le Monde, c'est qu'elle n'est en réalité pas si ... menaçante. En effet, la lettre précise d'emblée et sans ambigüité qu'elle s'intéresse uniquement aux armes autonomes et exclut explicitement les “missiles de croisière” et les “drones pilotés à distance”, pour lesquelles “des humains prennent toutes les décisions de ciblage”. Or ce sont les drones qui sont aujourd'hui les armes robotiques (semi-autonomes) les plus utilisées -- principalement par les États-Unis et leurs alliés) -- et qui génèrent le plus de contestations à travers le monde. Un grand nombre d'études[6] ont en effet établi l'énorme coût pour les civils dans les zones frappées par les drones américains, aussi bien en terme de morts innocentes que de dégradation des conditions vie à cause de la présence terrifiante et permanente des drones.

Ce choix de restreindre la portée de la lettre est dû à deux principaux facteurs. Pour certains des initiateurs de la lettre, c'est précisément le caractère totalement autonome des armes robotiques qui en ferait des armes dangereuses pour les civils en particulier et pour le futur de l'humanité en général: les drones téléguidés ne seraient pas nuisibles en soi. Pour certains d'autres, ce choix est stratégique en ce qu'il permet de rassembler plus largement tout en évitant de se mettre à dos les media et les gouvernements occidentaux. Dans tous les cas, ce choix peut se révéler contre-productif car il risque de détourner le combat actuel et nécessaire contre les drones tueurs vers un combat “virtuel” contre des armes qui n'existent pas encore, et qui ne sont pas forcément dans les plans immédiats des différentes puissances impérialistes.

Malgré ce défaut important, cette lettre est d'une importance cruciale dans le combat général contre les armes robotiques car c'est la première initiative à avoir suscité l'adhésion d'autant de chercheurs (beaucoup de signataires n'ont en effet jamais signé de pétition de leur vie) et à être aussi connue du grand public. Elle peut donc servir de point d'appui précieux pour commencer ou approfondir la discussion avec les chercheurs en IA et en Robotique sur la question des armes robotiques en général, et par extension, sur les crimes de l'impérialisme et du capitalisme dans les régions où ces armes sont entrain de sévir.


[1] http://futureoflife.org/AI/open_letter_autonomous_weapons 

[2] http://ijcai-15.org/ 

[3] http://icrac.net/ 

[4] http://www.unog.ch/80256EE600585943/%28httpPages%29/6CE049BE22EC75A2C1257C8D00513E26?OpenDocument 

[5] http://www.stopkillerrobots.org/ 

[6] Voir par exemple :

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Tribune libre

Parlons un peu de l’homéopathie

« L’homéopathie relève donc bien plus de la croyance que de la médecine, et l’on pourrait se dire que, finalement, ce n’est pas si grave, quelqu’un qui s’enfile des gélules de sucres ne présente pas le moindre risque pour le reste de la population. Malheureusement, c’était sans compter sur les grandes entreprises qui, y voyant un moyen de gagner de l’argent à moindre coût, se sont engouffrées dans la brèche. N’est-ce pas étrange de voir passer des publicités vantant les produits des « Laboratoires » Boiron lorsque l’on sait que la science elle-même considère l’homéopathie comme obsolète ?» Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Société

Publicité : quelle critique anticapitaliste ?

La publicité est devenue une sorte de symbole du capitalisme, et se retrouve donc critiquée par des mouvements de « gauche » très divers. Si les actions anti-pub se limitent à des minorités, le « sentiment anti-pub » est largement partagé (un sondage de 2013 donnait par exemple 64 % des personnes en France trouvant la publicité « désagréable »). D’où l’intérêt de développer une critique anticapitaliste de la publicité. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Libéralisation

« Routes nationales de France » : vers la privatisation du réseau routier ?

Depuis la loi de décentralisation de 2004 qui transférait la gestion de routes nationales aux départements, et la privatisation des autoroutes en 2005, il ne reste aujourd’hui plus que 12 000 km de routes sous la compétence de l’État. Les infrastructures se dégradent, et on estime aujourd’hui qu’il faudrait investir 4 milliards d’euros en dix ans pour les rénover. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook