[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Chroniques de la blanchisserie II : les « assisté-e-s »

Suite aux réactions positives au premier épisode des « Chroniques de la blanchisserie » (http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=818), nous revenons aujourd'hui sur la question des divisions entre travailleur-e-s et notamment sur la fonction des « contrats aidés »

Comment sont perçus les salarié-e-s en Contrat Unique d'Insertion au sein de ta boîte ?

C'est très compliqué. Les CUI sont, aux yeux des anciens, des « boulets », des « mogols », des « cassos » [cas sociaux], a priori.. c'est ce que j'ai pu entendre et ce que j'entends encore. Les CUI sont appelés de façon générique, « les contrats ».

Mais ça doit créer de grosses divisions entre les salarié-e-s ?

Oui, il y a une véritable hiérarchisation de l'exploitation. C'est quelque chose qu'on retrouve dans l'ensemble du milieu ouvrier, ça vaut pour tous les exploités. On trouve toujours plus inadapté que soi, toujours plus nul. Chaque élément d'un ensemble (ensemble CUI, ensemble intérim, ensemble CDI etc.) regarde les éléments des autres ensembles non pas comme des collègues , mais comme des gens différents, appartenant à une autre « caste ». Il y a une véritable forme de racisme socio-professionnel.

Tu penses que les travailleur-e-s sont incapables de surmonter ce genre de divisions ?

Quand je décris ça, je dis bien a priori tout de même, car les choses changent avec le temps. Le truc, c'est de faire ses preuves. En gros, il y a les bons CUI et les mauvais CUI. Au fil du temps, pour les « bons  CUI », on oublie même qu'ils sont CUI. Enfin presque. Et l'on arrive même à comprendre et à analyser l'exploitation des CUI. Mais pour cela, il faut discuter, encore et toujours.

Peux-tu décrire le genre de discussions que tu essaies d'avoir à ce sujet ?

En fait, il faut expliquer les choses quand on est CUI, il faut se justifier, tout le temps. Et il faut surtout bosser, bien bosser pour prouver que même un CUI peut être un bon ouvrier. Il y a un a priori qui vient du terme même de CUI, car les employés traditionnels savent qu'un CUI est un contrat aidé. Qui dit « aidé », dans l'inconscient collectif, dit « assisté », voire même « handicapé ». Un contrat aidé est donc considéré comme un « salarié aidé ». Question de sémantique. Il faut donc expliquer que ça n'est pas le salarié qui est aidé, mais l'employeur. Il faut le répéter, sans cesse. Chiffres à l'appui.

Quels chiffres ?

Précisons donc les choses : un CUI est un contrat aidé. L'entreprise est aidée par l'Etat à hauteur de 50 à 80% pour la rémunération. Exonération de charges etc. C'est donc un cadeau fait à l'employeur.

Le CUI, qui finit par travailler, produire, autant qu'un ouvrier classique, et c'est mon cas, rapporte une fois et demie plus qu'un ouvrier classique en lui coûtant une fois et demie moins... Expliquer cela est très compliqué mais indispensable.

Puisque les CUI ne sont pas des « assisté-e-s », quelles sont leurs motivations réelles pour accepter ce genre de statut ?

J'ai pu noter plusieurs cas de figure.

  • Les personnes qui ont toujours travaillé mais qui ont perdu leur emploi pour différentes raisons (divorce, licenciement, changement de métier). Ces personnes ont toutes plus de 40 ans. Elles peuvent être au chômage depuis un certain temps, mais elles ont eu des activités

  • Les personnes, plus jeunes, qui n'ont aucune formation ou un peu et qui ont du mal à trouver un emploi dans leur branche, alors elles prennent tout ce qu'elles peuvent. Aujourd'hui, Pôle Emploi propose essentiellement des CUI à celles et ceux qui ne sont pas en interim

  • Les personnes en décrochage social. Chômeurs de longue durée qui ont beaucoup de mal à s'adapter au monde du travail.

Et quel est, à ton avis, l'intérêt pour les patron-ne-s ?

Le CUI permet aux entreprises d'augmenter leurs bénéfices. En effet, il vaut mieux pour l'entreprise embaucher des CUI, les renouveler quelques fois et ainsi assurer la production a un coût moindre. L'exemple de la BIH n'est pas du tout isolé et démontre la volonté des gouvernements capitalistes libéraux d'exploiter au maximum la solution « contrats aidés ». En plus, cette façon d'exploiter les travailleurs permet de les maintenir dans la précarité et de les mettre en concurrence avec les titulaires, les CDI, tout en faisant baisser artificiellement le chômage.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Loi travail XXL

19 octobre, ou le mauvais chant du cygne

Ce jeudi 19 octobre, la CGT et Solidaires ont appelé à des manifestations et rassemblements dans tout le pays pour protester contre la réforme du code du travail : la loi travail XXL. Malheureusement, le nombre de manifestants était beaucoup plus faible que lors des précédentes journées. Les quelques dates isolées de protestation contre la politique du gouvernement impulsées par les directions syndicales, n’ont finalement rien fait pour construire un mouvement social en capacité de faire reculer le gouvernement, bien au contraire… Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Loi travail XXL

Retour sur la manifestation du 21 septembre à Toulouse

Nous avons assisté à une manifestation calme, avec des forces de l'ordre un peu en retrait. Les mots d'ordres concernaient les ordonnances, le quinquennat Macron dans l'ensemble; demandant le retrait de la nouvelle loi Travail, le rétablissement des APL, la hausse du SMIC et la Révolution. La manif s'est immédiatement suivie d'une Assemblée Générale du Front Social aux prises de parole très diversifiées. Nous tirons tout de même le constat de la sensible baisse de la mobilisation par rapport au 12, et nous y voyons plusieurs raisons.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Loi Travail XXL

Assez des journées d’action sans perspectives ! Grève generale, blocage de l’économie : mais que font les directions syndicales ?

Alors que la colère sociale est bien là, et que le rejet de Macron est de plus en plus fort, les manifestations du 21 septembre ont été plus faibles que celles du 12 septembre : 132 000 manifestants selon la police contre 223 000 neuf jours plus tôt (la CGT avait annoncé 400 000 manifestants le 12 septembre et n’a pas annoncé de chiffres nationaux pour le 21)

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook