[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Fin de mission: L’intervention impérialiste en Irak vue de l’intérieur

Aujourd'hui, on ne compte plus les différentes oeuvres littéraires ou cinématographiques aux USA consacrées à la guerre du Vietnam. Que ce soit le traitement des vétérans abandonnés à leur retour au pays (comme par exemple le puissant Premier Sang de David Morrell adapté au cinéma sous le titre de Rambo qui est clairement différent des autres films de la saga, purs produits de la propagande de Reagan), les séquelles physiques et psychologiques de ceux-ci comme dans Voyage au bout de l'enfer de Michael Cimino, la formation militaire dans Full Metal Jacket ou le combat sur le terrain dans Apocalypse Now. On pourrait également citer le récit de Ron Kovic Né un quatre juillet qui raconte son expérience et son parcours, de jeune patriote modèle et militaire enthousiaste à vétéran et militant anti-guerre; ou enfin, les documentaires critiques comme Les coeurs et les esprits oscarisé en 1974 ou Vietnam, année du cochon. De la même façon, dans nombre d'oeuvres de fiction, on retrouvera - en arrière-plan souvent - des vétérans du Vietnam, voire de la guerre de Corée. Cette aventure impérialiste, cette boucherie belliciste aura été un tournant dans l'histoire contemporaine des USA et pour la population, un véritable traumatisme. Le combat antiguerre avait aussi permis de voir naître une nouvelle génération militante à l'extrême-gauche avec le développement du Socialist Worker Party, des Students for a Democratic Society ou les Weather Underground.

Près de 15 ans après les attentats du 11 septembre, et le début des campagnes impérialistes en Afghanistan et en Irak, commence à émerger une "littérature de la guerre en Irak". Un programme spécial d'études littéraires et d'écriture créative spécialement réservé aux vétérans a été ouvert au Hunter College de l'Université de la Ville de New York, permettant à ces anciens soldats de mettre des mots sur ce qu'ils ont vécu. Phil Klay est l'un d'entre eux. Trentenaire, il a été sous-lieutenant dans les Marines de 2007 à 2008 dans la province d'Al-Anbar, la plus étendue du pays, autour de Ramadi et de Falloujah, aujourd'hui un des bastions de Daesh. Dans son premier livre, Fin de mission, couronné par le prestigieux National Book Award en 2014, il revient sur son expérience, au travers d'un recueil de nouvelles, genre très prisé outre-atlantique.

Ces nouvelles possèdent un ton assez grinçant. On retrouve l'histoire d'un soldat qui passe sa guerre à abattre des chiens errants avant de rentrer au pays, de retrouver sa vie banale avec sa  femme, les passages au centre commercial; ce qui se passe les heures et les jours à la base après une fusillade; la bouffonnerie de la reconstruction où l'on suit un jeune officier contraint d'enseigner le base-ball à des enfants irakiens pour améliorer leur vie et leur faire oublier la guerre... parce qu'un des principaux bailleurs de fonds est un fan absolu de ce sport. 

Les narrateurs n'y sont jamais des héros. Ce ne sont pas les braves troufions héroïques prêts à mourir pour la patrie, ou Halliburton, ou les deux à la fois; ni même les nouvelles voix du militantisme antiguerre. Ce sont des pauvres types, sexistes souvent, qui se sont engagés pour diverses raisons. Au delà des images télévisées, au delà des interventions médiatiques des leaders "du monde libre", politiques ou militaires, il y a des pions qui crèvent de trouille dans leurs uniformes de combat, ballottés de zone de combat en zone de combat par des états-majors en quête de contrôle des ressources et des marchés. On peut regretter que les irakiens n'apparaissent dans ce recueil que comme une menace, fantôme souvent, mais je crois qu'avant tout, à partir du moment où ces textes sont inspirés par le vécu de Phil Klay, il apparait logique que l'accent soit mis sur son vécu des évènements. 

Il reste un beau livre puissant, d'où ressort toute l'absurdité de cette guerre pour le contrôle du pétrole et de la région... Guerre qui a donné naissance à un monstre comme Daesh, et qui jette aujourd'hui sur les routes tous ces réfugiés. Un livre qui fait écho à la situation actuelle avec les interventions impérialistes en Irak et en Syrie, à la guerre civile, à la destruction de ces pays.

Phil Klay - Fin de mission
Éditions Gallmeister
2015

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Théâtre et lutte de classe

Sur la grève du Théâtre de la Commune à Aubervilliers

Après plus de 50 jours de grèves et une situation complètement cadenassée par la direction qui refuse de mener à bien les négociations avec les salarié.e.s, nous publions ici un dossier d'articles que nous avons écris pour le NPA qui permet de revenir sur ce mouvement qui dépasse de loin le seul théâtre de la Commune d'Aubervilliers. Vive la grève des salarié.e.s de théâtre de la Commune ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook