[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Cinéma : La Marcheuse

Par Victor Müller (20 février 2016)
Tweeter Facebook

Cet article a été publié dans l'hebdo L’Anticapitaliste - 324 (18/01/2016)

Lin Aiyu est mère célibataire. Lin Aiyu est sans papiers. Lin Aiyu est une travailleuse du sexe de Belleville. Sa vie est partagée entre les soins à apporter au vieil homme grabataire qui la loge, les passes avec des clients peu respectueux, et les moments de tendresse avec sa fille au seuil de la révolte adolescente. Cet équilibre instable est bouleversé quand un voisin entre de force dans l’appartement pour se cacher de malfrats qui le poursuivent, et décide de rester. La relation qui s’instaure entre les deux femmes et cet intrus défie tous les stéréotypes du genre et de la relation amoureuse. Les rebondissements de la situation font aussi ressortir l’entraide et la camaraderie de femmes qui ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour échapper à la police et à la pègre, et vivre leur vie comme elles l’entendent.

Ce premier long-métrage de Naël Marandin, qui signe aussi les débuts de l’actrice principale, Qiu Lan, met une narration sobre et une esthétique réaliste au service d’émotions authentiques. On est bouleversé par l’émergence du sentiment amoureux là où on l’attend le moins, par l’irruption aussi de la misère affective et sexuelle qui gangrène la société capitaliste. On est révolté par le comportement prédateur des hommes qui usent et abusent de leurs privilèges masculins. On est impressionné par la solidarité qui relie les travailleuses du sexe de Belleville face au sexisme, au racisme et à l’exploitation.

Le film a été conçu en lien notamment avec les Roses d’acier, syndicat des travailleuses du sexe de Belleville. Sans mettre en scène de grandes luttes collectives, c’est un film militant, résultant d’une expérience de terrain dans un secteur trop peu connu des classes populaires, et qui articule de manière fine les problématiques de genre, de race et de classe. Il faut donc sauter sur l’occasion de le voir partout où il est sorti en salles, et ne pas hésiter à organiser des projections-débats afin de le faire connaître.

La marcheuse, De Naël Marandin, avec Qiu Lan, Yannick Choirat et Louise Chen. Sortie le mercredi 3 février 2016. 

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Féminisme

Pour un 8 mars féministe et révolutionnaire

Quelques jours après la polémique autour du Hijab de course vendu par Décathlon et après la parution d'une tribune, le 3 mars dernier, intitulée "Pour un 8 mars féministe universaliste", on sait d'avance que la journée internationale de lutte pour les droits des femmes se tiendra dans un climat délétère ce vendredi 8 mars, surtout pour les femmes racisées, les femmes musulmanes, les femmes des classes populaires, qui subissent en même temps la violence du patriarcat, de la bourgeoisie et du racisme d’Etat.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Féminisme

24 novembre: Une manifestation réussie qui montre l’actualité d’un féminisme révolutionnaire

Samedi 24 mars je sors du métro Opéra, un peu en retard pour la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles. Il y a tellement de monde que je peine à arriver en haut des marches, puis à me frayer un chemin pour espérer retrouver mes camarades. Nous semblons toutes et tous surpris-e-s et joyeux/seuses de ce chaos dont chacun-e peine à s'extirper pour se mettre en ordre de manifestation.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Théâtre et lutte de classe

Sur la grève du Théâtre de la Commune à Aubervilliers

Après plus de 50 jours de grèves et une situation complètement cadenassée par la direction qui refuse de mener à bien les négociations avec les salarié.e.s, nous publions ici un dossier d'articles que nous avons écris pour le NPA qui permet de revenir sur ce mouvement qui dépasse de loin le seul théâtre de la Commune d'Aubervilliers. Vive la grève des salarié.e.s de théâtre de la Commune ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook