[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Weekend à Bure Anti-K

Du 3 au 5 juin 2016 avait lieu le camp Bure Anti-K, qui a ensuite rejoint la grande manifestation "200 000 pas a Bure" contre le projet d'enfouissement des déchets nucléaires. Le camp rassemblait une grande diversité de jeunes et de travailleur-e-s, salarié-e-s ou non, militant-e-s de différentes sensibilités avec un penchant révolutionnaire : anarchistes, autonomes, communistes, écologistes, féministes, libertaires, syndicalistes... Des camarades du NPA et de la Tendance CLAIRE comptaient parmi les organisateurs/trices.


Après un vendredi soir convivial et festif, l'AG du samedi portait sur le pourquoi et le comment de l'anticapitalisme. Notre camarade Raphaël a notamment présenté le processus révolutionnaire au Rojava (Kurdistan syrien). Une discussion riche a permis à tout le monde de constater la volonté d'agir ensemble contre le système capitaliste. La journée s'est terminée avec les chants d'une chorale révolutionnaire internationale, et les rencontres et discussions se sont prolongés jusque tard dans la nuit.


Tôt le dimanche matin, le camp s'est transféré devant le siège de l'ANDRA. Des centaines de manifestant-e-s ont dénoncé joyeusement les folles menées de l'industrie nucléaire civile et militaire, guidée par la fuite en avant aveugle et destructrice des profits capitalistes. Le complexe militarisé de la bureaucratie atomique a notamment essuyé une attaque mémorable de zombies qui scandaient : "Nous allons vous manger ! Nous allons vous irradier !"

Ni patrons ni radiations !
A bas l'État, les capitalistes et leurs monstruosités nucléaires !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Les jeunes, plus chauds que le climat: Échos de l’AG inter-facs de Jussieu

La COP 24 a donné à voir, jusque dans les médias dominants, la légitime révolte de la jeunesse mondiale face à la crise écologique – révolte incarnée notamment par la lycéenne Greta Thunberg. En France, les organisations d’écologie radicale connaissent un afflux de jeunes travailleurEs, d’étudiantEs et de lycéenEs. Cet afflux fait suite à l’expérience des « Marches pour le climat », qui ont attiré des dizaines de milliers de personnes, notamment des jeunes, conduisant nombre d’entre eux à ressentir le besoin d’une critique radicale du capitalisme.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook