[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Sur la situation dans les télécoms

Par Ateris (14 septembre 2016)
Tweeter Facebook

Depuis plus de deux ans tous les acteurs du secteur des Télécoms ont engagé un "plan de licenciement" d'envergure que ce soit explicite (Numéricable), en sous main (Bouygues) ou "naturel" par la pyramide des âges (Orange). Chez Iliad il y a déjà très peu d'emplois en interne, la sous-traitance (souvent à l'étranger) est la norme et le modèle que les autres acteurs voudraient atteindre. La loi travail arrive à point pour que les patrons du secteur puissent maintenir leur taux de profit dans une branche ultra-concurrentielle (les tarifs pratiqués sont parmi les plus bas des pays occidentaux).

Numéricable / SFR

Patrick Drahi a annoncé un plan social chez Numéricable/SFR, avec plus de 5000 emplois supprimés à terme (un tiers des effectifs), ceci après le "plan d'économie" drastique suite au rachat qui a déjà vu des suppressions de postes chez les prestataires. La grève du 6 septembre a été peu suivie malgré tout.

Bouygues Télécom

Un accord a été signé par FO et CFE-CGC (ou CFTC?) qui supprime les RTT en échange d'une augmentation de salaire (négligeable). Ce sera sur la base du volontariat mais les nouveaux embauchés n'auront pas le choix. Evidemment l'accord s'imposera au fur et à mesure ou permettra de "convaincre" de nombreux salariés de démissionner d'eux-mêmes

Orange

A Orange entre 15 et 20000 postes seront supprimés d'ici 2020 par non remplacement des départs en retraite. Comme les autres, la direction invoque la réorganisation des méthodes de travail autour de la "digitalisation" pour justifier cette drastique réduction des effectifs.

Sous-traitants

Ce sont pour le moment surtout les travailleur-se-s salarié-e-s par les sous-traitants des quatre donneurs d'ordre qui subissent le plus les conséquences de cette situation. Les licenciements dans les centres d'appel en France sont difficilement chiffrables. L'exemple de Téléperformance à Blagnac est un modèle du genre : 200 salarié-e-s en CDI travaillant pour le compte de SFR voient leurs emplois menacés. Pourtant un nouveau client, Apple, est arrivé pour ce site, mais la direction de Téléperformance préfère embaucher des CDD et intérimaires pour ces 200 nouveaux postes, le tout sous prétexte que les besoins de ce client sont différents ; en fait le patronat préfère une main d'oeuvre précarisée à payer les formations nécessaires...

Seule une mobilisation d'ampleur et solidaire des travailleur-se-s du secteur pourra faire plier les patrons qui ne cherchent pas comme ils l'affirment à "innover" ou "investir pour l'avenir" mais bien à tirer le plus de profits possible.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook