[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un communisme autogestionnaire pour le 21e siècle

En 2017 au NPA, nous avons été nombreux·ses à commémorer les 100 ans de la révolution russe, expérience majeure pour notre courant. Pourtant, ça n’a pas été l’occasion d’un débat irriguant le parti, ce qui est lié à l’absence de débat de fond entre les principales tendances. La responsabilité première revient à la majorité (PFU), qui a préféré organiser une conférence allant jusqu’à C. Autain plutôt qu’un débat tourné vers la stratégie révolutionnaire au 21e siècle.

Nous pensons que 1917 reste une expérience précieuse pour la construction d’un parti révolutionnaire de masse, évitant opportunisme (mars) et gauchisme (juillet). Le « léninisme / trotskisme » a su transmettre des notions de stratégie / tactiques qui restent nécessaires pour le mouvement ouvrier, et que nous devrions faire vivre davantage.

Pour autant, contrairement à ce que certains courants peuvent véhiculer, nous ne pensons pas que nous héritons d’un manuel de la révolution ficelé. En particulier, il est fondamental de nous repencher sur la politique bolchévique des toutes premières années (donc sous la responsabilité de Lénine et Trotski), sur l’essoufflement de l’autogestion dans le pays et sur les oppositions dans le parti. L’explication trotskiste des causes matérielles de la bureaucratisation (pays à l’industrie faible ruiné par la guerre et la guerre civile) reste bien sûr une base incontournable pour toute analyse sérieuse. Mais l’idée qu’il n’y avait qu’une seule politique possible de 1917 à 1923 (début de l’opposition de Trotski) nous semble intenable.

Il faut commencer par rappeler que les bolchéviks ne savaient pas clairement où ils allaient lorsqu’ils se sont emparés du pouvoir en Octobre. S’ils espéraient déclencher une révolution socialiste mondiale, en Russie ils ont pendant plusieurs mois tenté de composer avec les patrons dans les entreprises, en ne mettant en place qu’un contrôle ouvrier consciemment opposé à la gestion ouvrière. Pourtant dans les comités d’usines, la volonté de gérer directement était très forte. Dans un certain nombre de cas, ces comités ont pris l’initiative d’exproprier les patrons, et le jeune État bolchévik s’y est opposé.

Le tournant vers la nationalisation de l’industrie à l’été 1918 a été davantage imposé par la guerre civile et le sabotage bourgeois que par la doctrine socialiste ou la théorie de la révolution permanente (même si en un sens elle la validait). Or, ce n’est pas la dynamique autogestionnaire qui a été mise au centre. Au nom de l’efficacité, Lénine et Trotski ont donné plus d’importance aux « spécialistes » qu’à la lutte contre la division du travail, et ont défendu la direction « unipersonnelle » contre la direction collégiale. L’organisation du travail dans les usines a donc peu changé, le patron étant remplacé par un directeur nommé par le parti. Les comités d’usine ont été déconsidérés, intégrés aux syndicats, et le parti (devenu unique) a pris la main sur les syndicats.

Il faut bien sûr souligner la terrible situation objective, qui a conduit la plupart des oppositionnels bolchéviks à rester loyaux. Il serait délicat d’affirmer qu’une « bonne politique » aurait évité la stalinisation.

Mais il faut aussi voir tous les problèmes que posent les auto-justifications des bolchéviks : dans les soviets le parti est unique car il représente la classe, l’État est ouvrier car il est dirigé par un parti ouvrier, l’économie étatisée est socialiste car planifiée par un État ouvrier… Le léninisme s’éloigne de l’Etat-commune décrit dans L’État et la révolution et le substitutisme se développe. Les apparatchiks de Staline ont bien opéré une contre-révolution en éliminant les anciens cadres qui gardaient des convictions. Mais leur « marxisme-léninisme » a malheureusement trouvé des points d’appui dans ce qu’il y avait de plus critiquable chez les bolchéviks.

Pour tirer le meilleur du communisme, il faut remettre au centre l’objectif de transformer les rapports de production : le quotidien doit changer qualitativement par rapport au capitalisme, la subordination à un patron doit laisser place à l’autogestion la plus large possible. Certes l’autogestion ne peut pas être fétichisée, car si les entreprises sont livrées au marché, elles ne sortiront pas des logiques de rentabilité, qui tendent à recréer la hiérarchie. Mais une planification qui n’émane pas des travailleur·se·s est autre chose que du socialisme.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Congrès NPA

Mener les débats pour refonder le NPA 

La majorité sortante dépolitise les débats : elle cherche à faire croire qu'une majorité arithmétique (qu'elle a déjà au CPN et au CE) permettra au parti de se relancer. Pour cela, elle esquive les débats politiques. Elle ne veut pas discuter du programme. L'enjeu du congrès serait juste de « réaffirmer » le NPA, c'est-à-dire en fait de reconduire la majorité sortante. On ne construit rien de solide en refusant de mener les débats. En 2012, la majorité (relative) sortante a explosé en plein vol, avec des départs massifs au Front de gauche. En 2015, la P2 s'est placé au « centre » du parti... pour mieux exploser quelques mois plus tard.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

La rotation des mandats : c’est pour quand ?

Lors de l’adoption des statuts provisoires du NPA en 2009, il était écrit : « Le principe de rotation de l’ensemble des directions, soit en nombre de mandats successifs (2, 3 ou 4) soit en nombre d’années, est discuté pour être adopté dans les statuts définitifs ». En 2009, 4 mandats successifs apparaissait comme un maximum envisagé. En 2013, le congrès a précisé les choses : « Le nombre de mandats successifs au CPN est limité à 4 mandats consécutifs ». Mais la majorité sortante nous explique aujourd’hui que la règle des 4 mandats successifs doit s’appliquer… à partir de 2013, au nom du fait qu’une décision ne peut pas être « rétroactive » ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Le marxisme dogmatique n’est pas un bon remède au populisme

Au sein du NPA, les différentes sensibilités rivalisent d’attaques contre Mélenchon et la France insoumise. Malheureusement, ces attaques restent bien souvent superficielles, et elles ne peuvent donc pas convaincre les sympathisants de la France insoumise. On critique la posture césariste de Mélenchon, ses diatribes cocardières, autant de critiques que nous devons faire mais qui ratent l’essentiel : l’impasse de son programme keynésien antilibéral. 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

La majorité sortante (et d’autres !) ne veut pas discuter du programme !

Lors du dernier congrès, la plateforme 5 avait voulu mettre au centre des discussions la question du programme. Mais nous étions bien seuls à vouloir en discuter. Néanmoins, le congrès avait décidé de lancer un chantier sur les questions stratégiques et programmatiques. Le CPN de mai 2015 avait ensuite défini un calendrier devant déboucher sur la rédaction d’un document programmatique l’été 2016. Quelques bulletins de discussion sont sortis, mais le chantier a été enterré, au moment où nous devions discuter du projet de société. C’est révélateur de l’importance que la majorité sortante accorde à la question du programme !

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook