[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce : les chefs des deux partis au pouvoir s'engagent par écrit à obéir à la troïka

    Grèce

    Brève publiée le 15 février 2012

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    ATHENES, 15 fév 2012 (AFP) - Les chefs des deux partis gouvernementaux grecs, le socialiste Georges Papandréou et le conservateur Antonis Samaras ont envoyé mercredi une lettre aux responsables de la zone euro s'engageant à poursuivre les objectifs de la politique économique négociée avec l'UE et le FMI, ont indiqué les partis.

    Dans sa lettre, rédigée en grec et en anglais, M. Samaras, leader de la Nouvelle Démocratie, le parti en tête des sondages sur les intentions de vote, indique que "si la Nouvelle Démocratie gagne les prochaines élections en Grèce", le parti restera "engagé" sur les objectifs du programme de stabilisation, et "sur les politiques décrites dans le mémorandum".

    Il précise néanmoins que "certaines modifications de politiques pourront être nécessaires pour garantir la mise en oeuvre totale du programme".

    "Ainsi que je l'ai déjà dit dans ma précédente lettre (du 3 novembre 2011), nous continuons à accorder une +grande importance au retour d'une reprise rapide+ afin que les revenus générés puissent aider à réaliser les objectifs fixés", déclare-t-il.

    "Donner la priorité à la reprise économique aux côtés des autres objectifs rendra le programme encore plus efficace et l'effort d'ajustement encore plus réussi", plaide M. Samaras dans sa lettre.

    La lettre, rendue publique peu après 12H30 GMT, est adressée aux responsables de l'Union Européenne, de la Banque Centrale Européenne et du Fonds Monétaire International.

    Du côté socialiste (Pasok), la lettre "a été envoyée", s'est borné à indiquer mercredi le bureau de presse du parti, qui n'avait pas rendu public le texte en début d'après-midi.

    L'envoi de ces lettres était une des conditions fixées par les responsables de la zone euro avant le déblocage d'un deuxième plan d'aide à la Grèce. Ils veulent s'assurer de la poursuite des réformes au delà des élections prévues en avril en Grèce.