[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

SNCF/RATP - les contrôles au facies bientôt légalisés !

ratp SNCF

Brève publiée le 20 octobre 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://leraildechaine.org/

Sous couvert de lutte contre le terrorisme, le gouvernement renforce le tout-sécuritaire, par le vote en 2016 d’une loi prévoyant notamment que les agents de sécurité de la SNCF et de la RATP puissent, « avec l’accord des passagers », fouiller les bagages ou procéder à des « palpations de sécurité ». En cas de refus de cette fouille, le passager sera empêché d’accéder aux transports. Policiers et gendarmes pourront, eux, pratiquer les fouilles sans l’accord des passagers... sans qu’un délit n’ait été commis.

Déjà, en aout dernier, le secrétaire d’état aux transports avait fait fort, expliquant « Chaque fois qu’on parle de fouille aléatoire, quelqu’un dit "oui mais ça risque d’être discriminatoire". Eh bien écoutez, moi je préfère qu’on discrimine effectivement pour être efficace, plutôt que de rester spectateur »...ce qui lui avait valu quelques critiques de la part d’autres membres du gouvernement... ce même gouvernement qui reprend à son compte ces mesures 2 mois après.

Tout le monde sait bien que derrière cette future loi, c’est l’officialisation des contrôles au faciès qui est en jeu ! Outre cette grave atteinte aux libertés, ces mesures auront pour conséquences de faire jouer aux agents SNCF de la Surveillance Générale et peut être au personnel des entreprises de prévention et sécurité, un rôle qui n’est pas du tout le leur.

Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Le gouvernement profite de ces annonces pour lancer en même temps un « plan de lutte contre la fraude », qui prévoit que les états-civils et adresses des contrevenants pourront être communiqués par les administrations des finances et des organismes sociaux, ce qui relevait auparavant du secret.