[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce : l'idée d'un compte sous séquestre à l'étude selon un ministre autrichien

    Grèce

    Brève publiée le 20 février 2012

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/reuters_00426699-grece-l-idee-d-un-compte-sous-sequestre-a-l-etude-autriche-291800.php

    Les responsables de la zone euro vont discuter de la mise en place d'un compte sous séquestre sur lequel seraient placés les fonds du deuxième plan d'aide à la Grèce, a déclaré lundi matin la ministre autrichienne des Finances Maria Fekter sur une radio.

    Les ministres des Finances de la zone euro doivent approuver ce lundi un deuxième plan d'aide en faveur de la Grèce d'un montant de 130 milliards d'euros, crucial pour redonner un ballon d'oxygène au pays surendetté.

    Priée de dire si l'hypothèse de la mise en place d'un compte sous séquestre était à l'ordre du jour, elle a répondu: "Ce dossier est en cours d'élaboration à un niveau technique. Les ministres des Finances en débattront lors de leur réunion. J'accueillerai favorablement un tel compte."

    La ministre autrichienne a précisé que les pays de la zone euro surveilleront de près la manière dont les fonds débloqués seront affectés mais elle a exclu l'idée d'un "commissaire" pour gérer les budgets au nom de la Grèce.

    "On ne peut pas usurper la souveraineté budgétaire des parlements. Mais on peut très bien lier l'aide fournie à des conditions et s'assurer que ces conditions sont remplies. Nous avons constaté récemment que cela devait être strictement contrôlé dans le cas de la Grèce", a-t-elle dit.

    Maria Fekter a par ailleurs répété qu'il n'y avait pas de discussions en cours pour exclure la Grèce de la zone euro.