[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Romaric Godin: "La Grèce, une tragédie française"

    Fakir Grèce

    Brève publiée le 18 juin 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.fakirpresse.info/romaric-godin-la-grece-une-tragedie-francaise

    C’est une bizarrerie : depuis deux ou trois ans maintenant, c’est sur le site de La Tribune qu’on suit la crise grecque. Alors autour d’un verre d’ouzo et devant de la moussaka, on a rencontré la cause de cette étrangeté : Romaric Godin. Pour causer de la gauche hellène, de la droite allemande, mais surtout de nos socialistes...

    Fakir : Avant d’en venir à la Grèce, je voudrais qu’on commence par toi. Comment on en arrive à avoir, dans les colonnes de La Tribune, le point de vue le plus « de gauche » ?

    Romaric Godin : J’ai commencé le journalisme dans, peut-être, ce qu’il y a de pire, mais de quand même instructif, c’est-à-dire le journalisme de marché : je suivais la Bourse.

    Lui : « Je ne pouvais plus les prendre au sérieux. »


    R.G. : Arrive la crise des subprimes, en 2007. Moi qui n’étais pas diplômé de journalisme, moi qui n’étais pas spécialiste d’économie – j’exerçais comme prof de lettres, avant –, je commence à dire : « Attention, c’est pas fini, il va encore y avoir des tensions, ça peut se casser la figure », mais les pros de ce métier me rient au nez. Des experts m’injurient : « Mais non, ce n’est qu’une légère correction. » On est le 1er septembre 2008. Deux semaines plus tard, c’est la chute de Lehman Brothers. Je n’en tire aucun orgueil. Juste, c’est une leçon quant aux « pros » et aux « experts » : moi qui passais mon temps à les appeler, je ne pouvais plus les prendre au sérieux.

    C’est à cette époque-là que je me retrouve, par choix personnel, correspondant à Francfort.
    En pleine tempête, j’assiste, tous les mois, à la conférence de Jean-Claude Trichet, alors président de la Banque centrale européenne. Il mène une politique monétaire catastrophique. Il impose des plans d’austérité terribles à l’Irlande, au Portugal, à la Grèce. Son obsession, en pleine récession, c’est de lutter contre l’inflation ! Bref, il se fait plus allemand que la Bundesbank, et aggrave la crise de la zone euro.
    Mais on ne peut pas dire que je publie des papiers férocement critiques, parce que, dans le quotidien, on n’a pas tellement de place, ça reste très factuel.

    Fakir : Finalement, c’est la fin de La Tribune comme quotidien papier, et le passage sur Internet, qui va te donner des marges de manœuvre…

    R.G. : Oui, et c’est terrible à dire pour les collègues, parce que ça s’est soldé par des plans sociaux, on s’est fait acheter par LVMH puis abandonner, avec une faillite en 2012, avec des licenciements à chaque fois. Mais puisque, maintenant, on est petits, ça ne sert à rien qu’on fasse Les Echos-bis. Il faut qu’on se différencie.

    Fakir : Si La Tribune occupait, comme auparavant, une position-clé dans le capitalisme français, tu ne bénéficierais sans doute pas de la même liberté.

    R.G. : Sans doute pas. Là, pour la Grèce, je peux dire qu’elle est totale. On me laisse prendre nos lecteurs à rebrousse-poil.

    La Grèce : « La mauvaise conscience de l’Europe »


    Fakir : La Grèce, justement. Comment tu t’y intéresses ?

    R.G. : Par le prisme allemand, d’abord.
    En 2012, avec le grand défaut – les investisseurs privés perdent 75 % de leur mise – puis avec les élections législatives à Athènes, la presse allemande se déchaîne. Dossier après dossier, on découvre combien les Hellènes sont paresseux, ne paient pas leurs impôts, etc.
    Donc, à ce moment-là, je me renseigne sur l’histoire moderne de la Grèce. Parce que, la Grèce antique, Périclès, le berceau de la démocratie, etc., on connaît par cœur. Mais la Grèce moderne, on en ignore à peu près tout.
    Or, d’après moi, c’est vraiment la mauvaise conscience de l’Europe.

    Dans l’après-guerre, c’est « la Pologne de l’Ouest ». En 1944, si on avait laissé voter les Grecs, les communistes l’auraient emporté, et ils auraient rejoint le bloc de l’Est. Peut-être qu’ils l’auraient regretté ensuite, mais n’empêche. Il a fallu Yalta, une guerre civile terrible, des coups de la CIA, puis la dictature des colonels pour que la Grèce reste dans le bloc de l’Ouest. Donc, ici, le joli conte de la « démocratie déversée par l’Europe », déjà, ça coince.
    Ensuite, la Grèce rentre dans l’Union européenne, mais sur quel motif ? « On ne ferme pas la porte au nez de Platon », déclare alors Giscard. Comme si on entrait dans l’UE pour prendre des cours de philosophie ! La Grèce va prendre des coups, à la place.

    D’abord, son agriculture s’effondre avec l’Acte unique puis le Marché unique européen. Ensuite, avec la chute du mur de Berlin et l’élargissement à l’Est, son industrie – principalement de sous-traitance, dans les pièces détachées automobiles – n’a aucune chance face à la concurrence : elle s’écroule. Quand on ajoute en plus un euro très fort, que reste-t-il comme chance de « développement » ? Les services financiers et le bâtiment. Ça tombe bien, les Grecs héritent des J.O. Et sous les encouragements de Trichet, c’est la montée d’un endettement privé, énorme, dont on ne parle jamais, parce que l’endettement public c’est mal mais le privé c’est bien : on distribuait, un peu comme aux Etats-Unis, des cartes de crédit immédiatement utilisables, elles-mêmes multipliées pour rembourser des crédits…
    Il y a des causes, profondes, à cette absence de base productive. Et comment, face à la crise, réagit l’Union, et la troïka ? Non par un « programme », mais par la punition. Par des amputations, tellement draconiennes, tellement sévères, qu’on a la garantie, avec ça, qu’aucune base productive ne naîtra dans les prochaines décennies…

    Europe : « On renverse son gouvernement… »


    Fakir : Ce qui est intéressant, je trouve, avec la crise grecque, c’est de l’utiliser comme un révélateur. Tu parlais de« berceau de la démocratie », tout à l’heure, mais y est apparue une nouvelle démocratie, à la sauce UE. En novembre 2011, Papandréou, le Premier ministre issu du Pasok, propose à son peuple un référendum sur l’accord signé avec Bruxelles, un référendum qui est annulé, dans l’urgence, en deux jours, par trois coups de fil de Sarkozy, Barroso et Merkel…

    R.G. : On fait pire qu’annuler un référendum : on renverse son gouvernement. La politique de Papandréou était critiquable, mais au moins était-il élu. Or, à cause de ce référendum, il déplaît à Angela Merkel et surtout à Nicolas Sarkozy. En vingt-quatre heures, on remplace le système démocratique grec par une espèce de grande alliance des deux partis, qui ne pouvaient pas se sentir pendant quarante ans, et on met à sa tête le vice-président de la Banque centrale européenne. Ainsi impose-t-on, via des pressions sur la dette, une majorité parlementaire différente de celle élue, voire un autre Premier ministre.

    Fakir : Et re-belote, lors des élections législatives de 2012, tous les pays, dont la France, Bruxelles, Francfort, font pression pour que les Grecs ne votent pas Syriza, et ça se joue à pas grand-chose à l’époque.

    R.G. : Mais ce n’est pas une exception en Europe : au Portugal et en Espagne, avant les élections de 2011, la Troïka avait demandé la signature d’un pacte entre les deux premiers partis, pour qu’ils continuent la même politique économique.

    Fakir : La crise grecque me semble révélatrice, aussi, d’une rigidité. D’une incapacité, de l’Europe, de l’Allemagne, de la BCE, à s’adapter aux circonstances, à négocier…

    R.G. : La rigidité, c’est d’abord de vouloir imposer la même recette à tous les pays. La contagion, après 2010, a été extraordinaire : les experts en plans d’ajustement structurels sont passés de la Grèce à l’Irlande, puis au Portugal, avec la même recette.
    Deuxième rigidité : quand ça ne se passe pas bien, ce n’est pas grave. C’est qu’il faut continuer !
    Et même, troisième rigidité, enfin, encore plus idéologique : non seulement si ça va mal ce n’est pas grave, mais c’est bien ! La récession, c’est la voie du salut !
    A tel point, quand même, que les dirigeants du FMI font presque figure de doux, de keynésiens, à côté de leurs partenaires européens. Et que Obama vient gronder un peu Merkel : « Ne faites pas n’importe quoi ! »

    La France : « Cette alliance était à portée de main »


    Fakir : Maintenant, avec notre nombrilisme, je voudrais en revenir à la France. La crise grecque m’apparaît comme un révélateur de notre lâcheté.
    A peine élu, en mai 2012, quelle est la première intervention en politique étrangère de François Hollande ? C’est une longue déclaration sur la première chaîne de télévision grecque, et qui invite les Grecs à bien voter, à rejeter Syriza.
    Ça me semble surtout une stupidité. Parce que, lui prétendait « changer l’Europe », admettons, puisqu’ils le répètent, s’ils veulent « changer l’Europe », les socialistes français auraient dû se dire : « Si jamais Syriza l’emporte– parce que Syriza n’est pas une force eurosceptique finalement – avec eux, on va peser pour changer l’Europe. On ira chercher d’autres alliés, en Italie, même peut-être avec les gouvernements de droite en Espagne, au Portugal, en Irlande, un groupe qui est assez fort pour s’opposer à la ligne allemande. » Mais ils n’ont même pas essayé.

    R.G. : C’est pire que ça.
    Il y a ce fameux sommet européen, fin juin 2012, le premier sommet de Hollande, la mère de toutes les batailles. C’est là où tout se joue. Qu’est-ce qu’il se passe derrière les portes closes ? Monti et Rajoy, de droite tous les deux, menant des politiques d’austérité tous les deux, vont voir Hollande. Ils disent : « On ne peut pas continuer comme ça. Il faut un bouclier pour qu’on n’aille pas à la faillite, nous, les deux grands pays du sud. Est-ce que la France nous soutient ? » Et Hollande répond : « Non. Moi, je négocie directement avec Angela Merkel. » A ce moment-là, Monti et Rajoy décident de se passer de la France. Ils menacent de quitter le sommet sans signer la déclaration finale, et leur demande est acceptée. Notre ami François Hollande ne veut pas en être alors que ça marche ! Il négocie son Pacte de croissance, en fait un chiffon de papier, et qui sert à une chose : faire passer auprès des députés socialistes le vote du pacte budgétaire.
    Cette alliance était à portée de main.

    Fakir : Ce comportement est en fait très logique.
    Depuis trente ans finalement, il y a une grande cohérence quant à la politique française. Nous, on remonte toujours à 1983 : à partir du moment où Mitterrand – sous la houlette de Delors, Fabius, Hollande déjà – renonce à l’« autre politique », décide de rester dans Système monétaire européen, on s’attache au mark, Jean-Claude Trichet à la Banque de France sera l’homme du « franc fort », avant de devenir l’homme de l’« euro fort » à la BCE, et durant ces trois décennies on reste le petit soldat de l’Allemagne.
    La crise grecque est aussi un révélateur de ça : la France, à travers François Hollande en 2012, mais aussi Moscovici comme commissaire depuis Bruxelles, et dernièrement Manuel Valls qui appelle Athènes à aller « plus loin dans les réformes », il y a une vraie continuité chez les socialistes français, depuis trente ans, dont la Grèce sert de révélateur.

    R.G. : C’est tout à fait honteux.
    Ça remonte même avant 1983, aux années 1970. Quand arrive la crise de 1974, l’Allemagne fait mieux que la France. A l’époque, Helmut Schmidt est chancelier. Il est social-démocrate et il gouverne avec des libéraux. Il est l’image de la gauche moderne, le pôle d’attraction de Rocard et de la gauche qui l’entoure, avec son fameux théorème : les bénéfices d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain. Quand arrivent les difficultés sous Mitterrand, au fond, le choix est fait d’avance. Les élites françaises sont fascinées par l’Allemagne, par ce pays qui nous ressemble peu.

    La trahison : « Il faut être avec nous, la France ! »


    Fakir : J’en reviens à 1983 parce que, à l’époque, on a cet isolement français en Europe, cette solitude sur la scène internationale qu’il faut mesurer, au milieu de Reagan, Thatcher, Kohl, et qui conduit à ce choix : rentrer dans le rang. Ce que Jospin appellera «  l’ouverture de la parenthèse libérale », qui ne s’est jamais refermée.
    Et maintenant, c’est Tsipras qui est un peu le Mitterrand d’alors, qui se retrouve dans cette espèce de solitude, à qui on interdit l’expérience. Et alors que la France, la gauche française, devrait être un soutien, c’est nous qui venons lui mettre la tête dans le seau !

    R.G. : Six jours avant l’élection, le 19 janvier, j’ai vu Varoufakis. Il n’était pas encore ministre de l’Economie. Je lui ai demandé : « La référence, c’est Hollande 2012 ? » Car tout le monde s’attend à ce que Syriza plie aussi rapidement. Et il me répond : « Je suis obsédé par ça. Hollande n’a pas essayé, moi j’essaierai. » Je crois que ce qui s’est passé en France en 2012, pour eux, c’est un point de repère : l’anti-exemple par excellence. C’est ce qu’ils ne veulent pas faire. Et puis il a ajouté : « Si Syriza gagne, ce sera la dernière chance pour Hollande de sauver son quinquennat. » Je pense qu’il attendait, un peu naïvement, que la France joue son rôle.
    Il faut voir aussi qu’en Grèce la France a une aura absolument incroyable. C’est le pays qui les a aidés pour l’indépendance, à la sortie de la guerre, qui a accueilli tous les opposants sous les Colonels. Ils adorent la France, les élites sont très francophones encore. Lors de mon déplacement en janvier, les gens me prenaient la main dans la rue et me disaient : « Il faut être avec nous, la France ! Il faut aller leur dire ! » C’est incroyable ! Ils attendent vraiment énormément de nous. Je n’aime pas trop le lyrisme, mais c’est vraiment étonnant.

    Fakir : Arrête, tu vas me faire pleurer ! C’est de l’ordre de la trahison !

    R.G. : C’est tout à fait ça. Et à mon avis, ils n’oublieront pas. L’affaire se réglera, mais on a perdu une belle opportunité. Parce que, sur la scène internationale, on n’est plus rien, on ne joue plus aucun rôle. En Europe, la France ne sert plus que comme faire-valoir à l’Allemagne, une Allemagne qui a toujours un complexe pour assumer sa domination vis-à-vis de l’Europe, qui ne peut pas l’assumer toute seule.

    Fakir : On serait les collabos de l’Allemagne…

    R.G. : C’est pas moi qui le dis, mais Varouflakis parlait de « Vichy post-moderne » dans son dernier bouquin.

    Fakir : Pour imposer la domination de l’Allemagne sur l’Europe, il y a la nécessité du consentement passif de la France.

    R.G. : Il est clair que la France occupe toujours, malgré ses faiblesses, une position de pivot sur le continent.
    Les Allemands jouent leur jeu : qui peut leur en vouloir ? Ils ont un gouvernement qui défend les intérêts des Allemands. Le vrai scandale, qu’est-ce que c’est ? Qu’en face, ils n’ont jamais eu d’opposition, de gouvernement qui les forcerait à transiger. On ne changera pas l’Allemagne, jamais. Mais on peut faire en sorte que, dans leur gestion de l’Europe, il y ait des changements. Un seul pays pouvait peser et c’était la France. Qui ne l’a jamais fait.