[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Blocage des partiels à Lyon II malgré la répression policière

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Les étudiants de Lyon II ont été gazés à bout portant par les flics.....

Honte à la présidence de l'université, qui a tout de même été contrainte d'annuler les partiels prévus.

Vidéos :

https://twitter.com/AnBonhomme/status/995932411753050112

https://twitter.com/AnBonhomme/status/995941194969513985

(Ouest france) Les examens à l’université Lumière-Lyon 2 « ne peuvent pas » se tenir ce lundi 14 mai, en raison d’un blocage des bâtiments, a-t-on appris auprès de la présidence de l’établissement.

Ça bloque à Lyon 2. Vers 6 h 30, des étudiants qui avaient voté vendredi en assemblée générale la poursuite du blocage des lieux, ont formé une chaîne humaine, empêchant l’accès aux deux sites de l’université, a précisé la direction de la communication de l’université. Les forces de l’ordre sont intervenues pour empêcher les manifestants de pénétrer dans les bâtiments. Mais en conséquence, les examens prévus ce lundi n’auront pas lieu.

Une réunion se tient dans la matinée pour décider de la suite. La semaine dernière, l’université, où les cours étaient suspendus depuis un mois, avait fait savoir que les examens se tiendraient « comme prévu » du 14 au 25 mai. Seules les épreuves qui devaient se tenir mercredi avaient été reportées « du fait de la suroccupation des forces de l’ordre » ce jour-là en raison de la finale de l’Europa League, à Lyon, entre l’Atletico Madrid et l’Olympique de Marseille.

Les épreuves se déroulent « normalement » à Grenoble

En fin de semaine dernière, les partiels des étudiants de l’université de Nanterre, qui avaient été délocalisés au centre d’examens d’Arcueil (Val-de-Marne), avaient également été annulés vendredi et samedi sous la pression des bloqueurs. En revanche à Grenoble, où les examens ont été annulés mercredi dernier pour plus de 400 étudiants en raison d’un blocage, les épreuves se déroulaient « normalement » lundi selon la direction, qui a précisé que les forces de l’ordre s’étaient positionnées « préventivement » aux abords du campus.