[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Pourquoi je quitte le PS

Brève publiée le 19 octobre 2018

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.liberation.fr/debats/2018/10/18/pourquoi-je-quitte-le-parti-socialiste_1686320

Professeur de science politique et socialiste, Rémi Lefebvre explique pourquoi il rompt avec le PS après plus de vingt ans d’engagement. Le libéralisme s’est radicalisé, et le socialisme s’est désarmé. La gauche doit renouer avec la conflictualité et le rapport de force, notamment au niveau européen.

Tribune. Après vingt-trois ans d’engagement et après avoir longuement mûri cette décision, je quitte le Parti socialiste. A cette heure, mes sentiments sont mêlés. Tristesse et sentiment d’être libéré. Mélancolie de voir un cycle se fermer et euphorie devant l’ouverture d’une nouvelle page militante, même si l’heure est sombre pour la gauche.

Tristesse d’abord. Je me suis longtemps demandé : comment peux-tu rester dans un parti devenu à bien des égards aussi «détestable» et «infréquentable» ? J’ai quitté souvent le parti dans ma tête… sans formaliser mon désengagement, en attendant des jours meilleurs. C’est un pan de ma vie qui se détache aujourd’hui comme pour des centaines d’autres militants en partance. J’ai été tenu et retenu au PS à la fois familialement, relationnellement, amicalement, politiquement et professionnellement. Enseignant-chercheur en science politique, j’ai fait en partie profession de l’analyser. Je baigne dans le PS depuis mes premières années et j’appartiens au «milieu socialiste» qui a puissamment modelé la société française (et le monde enseignant notamment), comme les travaux de Frédéric Sawicki l’ont montré. J’ai vécu de près l’ascension du PS vers le pouvoir dans les années 70. Fils de maire socialiste (élu en 1978 et devenu notable, toujours élu…), j’ai vécu les batailles électorales, la victoire de 1981 (qui m’a marqué à vie alors que j’avais 10 ans), puis la désillusion, les palinodies, le désenchantement. Cette socialisation explique beaucoup. Je n’ai longtemps pas voulu, même déçu, «lâcher la proie pour l’ombre», ne pas laisser le parti à ceux que je trouvais indignes de sa tradition. On prête cette expression cinglante et juste à Pierre Mauroy : «Si tous les dégoûtés s’en vont, il ne restera que les dégoûtants.»

La sociologie politique m’a aidé à comprendre ma trajectoire et à composer avec elle, me construire avec et contre elle (une thèse de science politique sur les maires socialistes). J’ai vécu des moments intenses, de folles soirées et nuits et des congrès, noué des amitiés inoubliables, rencontré des gens formidables et de belles personnes, vraiment de gauche et d’autres moins mais respectables. Tout cela a forgé une illusio militante qui a résisté à beaucoup de déceptions et aux dissonances cognitives de toute façon inhérentes à l’engagement. Préférant la voice à l’exit (pour reprendre les catégories d’Albert Hirschman), je me suis battu pendant des années avec mes camarades de la gauche du parti pour infléchir une ligne de plus en plus libérale et pour réfléchir dans une organisation qui s’est desséchée et qui s’est dévoyée moralement dans la lutte des places, le cynisme et les renoncements répétés à son identité. La gauche du parti ne voulait pas lâcher le parti. Partir, c’est renier les luttes passées, capituler. Cette position était aussi confortable : elle donnait à certains responsables une rente électorale, le quota de postes et de mandats réservé à la minorité. Le pluralisme du PS et sa démocratie interne sont des atouts essentiels pour fédérer des militants aux conceptions politiques différentes.

Cette culture minoritaire a été un refuge, la condition du maintien de mon engagement, mais aussi, avec le temps, un enfermement. Nous avons été trop longtemps les «idiots utiles» du parti. «Peser de l’intérieur» tant que le parti était dominant à gauche avait du sens. Mais la situation a changé. C’est désormais peine perdue. L’espace politique du PS (de Filoche à Valls pour faire vite) s’est fortement rétréci. Le PS est un astre mort et aucune impulsion n’a été donnée depuis le dernier congrès. Beaucoup de socialistes attendent avec trop de paresse que le macronisme s’effondre en pensant naïvement et/ou cyniquement qu’il réhabilitera leur «socialisme de gouvernement», leur «réalisme de gauche» qui n’est plus en rien de transformation sociale. Ma conviction est que le PS ne rétablira pas sa position dominante à gauche. Les temps ont changé et, si le PS a été résilient historiquement (il a plus d’un siècle), une page se tourne.

«Politiste et socialiste» – titre d’un de mes articles en forme de socio-analyse –, avec le temps, je suis devenu de moins en moins militant et de plus en plus observateur - et je crains qu’il n’y ait plus guère qu’une décomposition à observer. Cela n’avait plus de sens. L’identité de socialiste était devenue intenable… plus possible à assumer, incompréhensible pour mon entourage, professionnel notamment, source de trop de souffrance morale et de malheur militant. C’est une forme de deuil et des liens multiples qui se déchirent.

Sentiment de libération ensuite. Le mandat de François Hollande a été un calvaire. Les socialistes au pouvoir n’ont même pas «essayé». J’ai eu un sentiment de honte et de haine mêlées. Il a fallu endurer les universités d’été au Medef et la morgue libérale sécuritaire de Valls. Le parti a été méprisé, l’électorat de gauche brutalisé. Les socialistes sont incapables aujourd’hui de tirer le bilan de cette expérience et de se remettre en cause. François Hollande cherche à reconquérir un parti qu’il voulait, de l’Elysée, «liquider». Il y a trop de «dégoûtants» désormais… La social-démocratie traditionnelle est morte. Il n’y a plus de proie qui tienne… Aucune politique de gauche n’est possible dans le cadre et la camisole des traités européens existants. Il faut en prendre acte même si cette prise de conscience est tragique car les identités socialiste et européenne ne font qu’un. Je reste réformiste : je crois au changement politique par étapes, au gradualisme pour respecter la démocratie, à la belle tradition du possibilisme, à l’éthique de responsabilité, comme dit Max Weber. Je suis attaché à la tradition humaniste, parlementaire et démocratique du socialisme dont les valeurs sont toujours d’actualité. Mais le libéralisme s’est radicalisé et le socialisme s’est désarmé. La gauche doit renouer avec la conflictualité et le rapport de force au niveau européen pour construire de nouveaux compromis.

Je quitte le parti dans une dynamique collective avec mes compagnons Marie-Noëlle Lienemann et Emmanuel Maurel dont j’ai mesuré depuis des années les convictions viscéralement de gauche. La direction actuelle du PS essaie de flétrir cette scission en la réduisant à des enjeux de mandat et de place. Ce n’est pas honnête intellectuellement. Les différends sont lourds et anciens.

Avec La France insoumise, j’ai des désaccords sur la politique extérieure, la nation, les migrants, la laïcité, mais sur la question sociale et écologiste les convergences sont très fortes. La France insoumise est devenue la première force à gauche, et cette position l’oblige. Je suis d’accord pour construire un «nouveau peuple» (proposer et construire une nouvelle alliance de classes), un nouveau sujet de transformation politique, mais cette orientation impose aussi de s’inscrire dans la tradition de la gauche et de respecter ses sensibilités. Construire un «nouveau Front populaire» en dépassant les patriotismes de partis et d’appareil : c’est notre démarche. Celle qui consiste aussi à clarifier pour recomposer. A court terme, c’est un parti de plus dans un univers partisan à gauche fragmenté et balkanisé, mais le cycle de la décomposition doit aller à son terme. J’ai la conviction que des convergences sont possibles, qu’idéologiquement les diverses chapelles de la gauche sont finalement assez proches et qu’elles vont reprendre langue. Le PS est mort, pas le socialisme. Il y a aujourd’hui bien plus de socialistes à l’extérieur du parti qu’à l’intérieur. Le PS vient de déménager mais «la vieille maison» dont parlait Blum n’est pas forcément sise dans les nouveaux murs d’Ivry.

Rémi Lefebvre professeur de science politique à l'université de Lille