[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Non, la carte de presse n’est pas obligatoire pour être journaliste en France

Brève publiée le 23 avril 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://factuel.afp.com/non-la-carte-de-presse-nest-pas-obligatoire-pour-etre-journaliste-en-france

Le reporter Gaspard Glanz, interpellé samedi lors de l'acte 23 des "gilets jaunes" et qui sera jugé en octobre pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique", a expliqué ne pas posséder de carte de presse. Celle-ci est-elle pour autant obligatoire pour être en droit d'exercer la profession de journaliste ? "Absolument pas", répond Bénédicte Wautelet, présidente de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP).

La carte de presse est-elle obligatoire ?

"On peut être journaliste et ne pas avoir de carte de presse", assure Bénédicte Wautelet, qui est également directrice juridique du groupe Figaro. "Journaliste n'est pas une appellation protégée. Et il n'y pas de conseil de l'ordre comme les médecins ou les avocats", ajoute-t-elle. La CCIJP est composée de représentants des éditeurs de journaux et de syndicalistes élus par les journalistes. "Certains (journalistes) ne font pas la demande, presque de façon militante, d'autres parce qu'ils pensent qu'il n'y ont pas droit", ajoute Vincent Lanier, premier secrétaire du SNJ (Syndicat national des journalistes).

Selon l'article L7111-3 du code du travail, qui ne fait pas mention de la carte de presse, "est journaliste professionnel toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l'exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources".

A quoi sert-elle ?

La carte est "un outil de travail" souligne Bénédicte Wautelet. Elle facilite ainsi le quotidien de son titulaire en permettant, par exemple, d'accéder plus aisément à des manifestations sportives ou des conférences de presse. Elle permet également d'accéder gratuitement aux musées publics. "Parfois, la commission délivre des cartes en urgence pour clarifier la situation de journalistes qui seraient bloqués à l'étranger", souligne par ailleurs Vincent Lanier.

Est-elle cependant obligatoire pour bénéficier de l'abattement fiscal de 7.650 € réservé aux journalistes ? "La détention de la carte n'est pas un prérequis pour l'administration fiscale, mais dans certains cas de litiges elle peut être utilisée pour prouver qu'on est bien journaliste. C'est forcément un plus", répond M. Lanier.

Quelles sont les conditions d'obtention ?

Selon la CCIJP, il faut que le demandeur justifie que son activité de journaliste constitue "une occupation principale et régulière" et lui procure l'essentiel de ses ressources, "soit plus de 50%". Enfin, l’employeur doit être une entreprise ou une agence de presse. La carte doit être renouvelée chaque année.

En 2018, la commission a accordé 34.890 cartes de presse à des journalistes (47% de femmes et 53% d'hommes) en France