[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Vincenzo Vecchi. La cour d’appel de Rennes n’exclut pas une remise en liberté provisoire

Brève publiée le 23 août 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/vincenzo-vecchi-la-cour-d-appel-de-rennes-n-exclut-pas-une-remise-en-liberte-6489331

La cour d’appel de Rennes a rendu sa décision, ce vendredi 23 août, sur la demande de remise en liberté de Vincenzo Vecchi, l’ancien activiste italien arrêté le 8 août dans le Morbihan. Avant de se prononcer, le tribunal demande une étude de faisabilité sur la surveillance électronique. L’Italien est visé par deux mandats d’arrêt de l’Italie, pour lesquels la cour a demandé un supplément d’information.

Ce vendredi 23 août, avant 10 h, une soixantaine de personnes était rassemblée devant la cour d’appel de Rennes pour soutenir Vincenzo Vecchi.

Ce vendredi 23 août, avant 10 h, une soixantaine de personnes était rassemblée devant la cour d’appel de Rennes pour soutenir Vincenzo Vecchi. | OUEST-FRANCE

La cour d’appel de Rennes a rendu sa décision, ce vendredi 23 août, concernant la demande de remise en liberté de Vincenzo Vecchi, 46 ans, interpellé le 8 août dernier près de Rochefort-en-Terre (Morbihan). Avant de se prononcer, la cour d’appel demande une étude de faisabilité sur les conditions du respect de l’assignation à résidence et de la surveillance électronique. Elle demande également un supplément d’information sur les procédures de mandats d’arrêt européens lancés par l’Italie.

« La cour a fait droit à nos demandes de supplément d’information, par ailleurs elle ordonne une enquête de faisabilité pour voir si les conditions de la remise en liberté sont réunies, ce dont nous de doutons pas », se félicite Me Maxime Tesier, l’un des avocats de l’Italien, à l’issue de l’audience.

18 ans de cavale

Visé par deux mandats d’arrêt de l’Italie, cet ex-activiste italien était en cavale depuis 18 ans. Il a été arrêté le 8 août dans le Morbihan, où il vivait depuis huit ans.

En 2012, le militant anticapitaliste avait été condamné à douze ans de prison en Italie pour des dégradations et saccages aux émeutes anti-G8, à Gênes en 2001. Vincenzo Vecchi avait aussi été condamné à quatre ans de prison pour sa participation à une manifestation antifasciste à Milan en 2006.

Depuis son arrestation, l’homme était incarcéré à la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes.

Les soutiens à Vincenzo Vecchi affichent des photos où ils posent pour demander la remise en liberté du militant anticapitaliste