[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

RATP, Bus parisiens : embauche d’intérimaires, insécurité et pénurie

lutte-de-classe ratp

Brève publiée le 14 août 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2402&id=16

Cet été, plus encore que les années précédentes, le service des bus de la RATP en Île-de-France est dégradé. Le manque de personnel affecte tous les dépôts de bus. Chaque jour il manque des bus prévus sur ligne.

En juin, il y a eu par exemple 1 325 suppressions de service (un service est une journée de travail d'un conducteur de bus). Cela alors qu'il y a eu le même mois 3 820 repos travaillés, sans compter les heures supplémentaires effectuées par beaucoup en plus de leur service.

D'année en année, la direction réduit le personnel nécessaire. Même les formations pour apprendre les lignes de bus ou se familiariser avec les nouveaux matériels se font difficilement ou sont annulées au dernier moment. Pour la direction, ce n'est pas son calcul de l'effectif qui est en cause, mais la faute incombe aux malades, aux vacances « qu'il faut bien accorder », et aux inaptes à la conduite par décision de la médecine du travail.

C'est dans ce contexte que la direction entend recruter des conducteurs de bus intérimaires à partir du 7 août au dépôt de Pavillons-sous-Bois, ce qui est une nouveauté à la RATP. Sa justification : éviter les pénalités financières auprès du STIF (Syndicat des transports d'Île-de-France) qu'entraînent les services non couverts pour manque de personnel. La RATP entend donc faire comme tous les patrons : réduire l'effectif permanent au minimum, et utiliser un volant de travailleurs en intérim, dont on peut se débarrasser facilement.

Les premières réactions des machinistes et des syndicats mettent en cause la direction, qui répète sans cesse qu'elle tient à la qualité de la formation alors que les nouveaux intérimaires n'auront que deux jours de formation, beaucoup moins que pour le reste du personnel, et seront productifs après qu'on leur aura fourni deux pantalons et deux chemises. Au dépôt de Pavillons-sous-Bois où sont prévues ces embauches, il y a eu grève le 11 août. Une grève très suivie sur la douzaine de lignes du dépôt.

La direction a pour l'instant repoussé l'embauche des intérimaires, arguant de problèmes juridiques. On ne sait pas encore si elle manœuvre ou recule. Une chose est sûre : il faut embaucher sous contrat permanent.

Correspondant LO